Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

DE LA SETUFF A LA CFTU : LA MEMOIRE COURTE DU PPM

DE LA SETUFF A LA CFTU : LA MEMOIRE COURTE DU PPM

     Les transports publics à Fort-de-France et plus largement en Martinique n'ont jamais été une petite affaire.

    Il s'est, en effet, rarement passé une année sans qu'il n'y ait eu des mouvements d'humeur, des grèves et des blocages. Dans le temps, quand Fort-de-France se trouvait bloquée par la SETUFF, ancêtre de l'actuelle CFTU, le PPM criait à la destruction du petit commerce foyalais qu'il affirmait être pris en otage par des personnes irresponsables.

   Aujourd'hui, sous le boisseau, le voici à la manœuvre derrière l'actuel mouvement des chauffeurs de MOZAIK et du TCSP  parce que MARTINIQUE TRANSPORT a décidé de résilier la délégation de service public attribuée à cette entreprise qui n'a jamais brillé par son efficience, c'est le moins qu'on puisse dire. Résiliation pour "faute", faut-il encore le répéter, et non sur la base de quelque motif infondé ou politicien. En effet, des usagers, réunis en association, n'ont jamais cessé de s'en plaindre tout au long des années écoulées !

   Ce qui est politicien, par contre, c'est bien cette grève inexplicable, incohérente même, puisque la délibération qui a décidé de cette résiliation précise très clairement que TOUS LES PERSONNELS DE LA CFTU seront réembauchés dans la nouvelle structure qui sera mise en place. Lesdits personnels eux-mêmes ne sont pas en cause. Leur erreur est de prêter l'oreille à une manipulation pré-électorale. Manipulation assez semblable par ailleurs aux effets de manche et aux beaux discours creux de la commission parlementaire aux pouvoirs tronqués présidée par Serge LETCHIMY, celui-là même qui, en 2007, il y a 13 ans donc, quand le scandale de l'empoisonnement de la Martinique par le chlordécone avait éclaté, n'avait pas trouvé mieux à faire que de rassembler à la hâte les revendeuses des différents marchés de Fort-de-France et les faire défiler dans les rues pour conspuer les écologistes au motif fallacieux que ces derniers voulaient "leur ôter le pain de la bouche".

   Les électeurs, pour peu qu'ils décident enfin de ne plus se faire vèglé, auront très bientôt à juger pareils comportements...

Image: 

Pages