Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL
Politique

CYRILLE HAMILCARO ET CLAUDE HOARAU FONT LA PAIX

www.clicanoo.re

{Après plusieurs années de lutte incessante, Cyrille Hamilcaro et Claude Hoarau ont décidé de changer de stratégie. Si les éternels rivaux de Saint-Louis assurent n’avoir signé aucun pacte, ils admettent tous les deux vouloir mettre un terme à leur opposition systématique. Des consignes d’apaisement à destination des militants ont déjà été données.}

À Saint-Louis, c’est bien connu, la tension politique est particulièrement vive. Animé par deux principaux candidats, Claude Hoarau pour le PCR, et Cyrille Hamilcaro pour le Nouveau Centre, chaque scrutin est régulièrement le théâtre de violentes oppositions. Des oppositions qui ont pris au fil des consultations une telle ampleur qu’elles ont fini par dépasser le simple cadre politique. Chaque déclaration d’un candidat, chaque initiative prise par un élu donne l’occasion à l’autre camp de riposter. Et, loin de se limiter à la seule sphère des élus et des proches des deux têtes de liste, cette rivalité s’est propagée chez les militants, entraînant parfois des incidents. Au point que Saint-Louis est devenue une ville à part sur l’échiquier politique. Traînant une image pas toujours glorieuse, la commune cumule des clichés pas toujours justifiés sur sa situation politique et, dans une moindre mesure, sur sa solidité économique. Mais les choses sont peut-être en train de changer. Depuis quelques mois, Cyrille Hamilcaro et Claude Hoarau ont amorcé une trêve dans leur conflit. Une trêve qui reste évidemment informelle, les deux rivaux insistant bien sur le fait qu’aucun accord n’a été signé et qu’aucune rencontre n’a eu lieu.

Reste que dans les faits les deux barons politiques de Saint-Louis reconnaissent qu’ils ont décidé de calmer le jeu dans l’intérêt disent-ils, “de la commune”. Ces nouvelles postures ne se limitent pas à de simples discours. Il faut bien admettre que cette volonté d’apaisement se vérifie concrètement sur le terrain. D’habitude animés par d’incessantes joutes verbales, les conseils municipaux sont devenus, par exemple, des lieux d’échanges et de discussions.

Lors de la dernière assemblée, Cyrille Hamilcaro a même dispensé des conseils bienveillants à Claude Hoarau et réciproquement. Au moment de voter l’attribution d’une indemnité au maire de Saint-Louis, les services de Claude Hoarau ont par exemple omis de prévenir leur édile qu’il ne devait pas assister au scrutin. Si d’ordinaire l’opposition n’aurait pas raté une aussi belle occasion d’attaquer Claude Hoarau et sa majorité, Cyrille Hamilcaro a préféré, ce jour-là, prévenir son rival des risques encourus. Preuve que les délicatesses se font des deux côtés, Claude Hoarau avait pour sa part félicité son adversaire de toujours au lendemain de sa victoire aux élections cantonales. Des élections qui, il faut le noter, s’étaient déroulées dans un climat relativement serein.

Dernier épisode en date : celui des écoles. La semaine dernière, Claude Hoarau a tenu une conférence de presse pour annoncer le lancement de “l’année des écoles” à Saint-Louis. À cette occasion, le maire de Saint-Louis a remercié le conseiller général et le conseiller régional de Saint-Louis pour leur travail dans ce dossier. Des conseillers qui ne sont autres que Bertrand Grondin et… Cyrille Hamilcaro. On pourrait bien sûr multiplier les exemples, mais si celles-ci semblent anodines de prime abord, ces différentes anecdotes illustrent parfaitement le changement de mentalité qui s’opère depuis quelques mois, en coulisse, à Saint-Louis.

Interrogé sur ce changement, Claude Hoarau explique : “La gué-guerre permanente à l’intérieur des services ou dans les écoles donne une image peu réjouissante de la commune. Cette année, les élus qui sont dans l’opposition ont fait des efforts. Nous attendions un tel geste et ils ont tendu la main. Puisque tout le monde a décidé de travailler dans le sens de l’intérêt collectif, nous ne pouvons que nous en réjouir et leur rendre cette main tendue”. Analyse identique dans le camp de Cyrille Hamilcaro. Son entourage indique qu’il a “mûri” et qu’il a “décidé de travailler en silence”. Pour l’ancien maire, la priorité est désormais de récupérer une mairie “apaisée et dans un meilleur état en 2014 afin de mieux développer la commune”. Pour s’assurer que rien n’envenime le climat, les deux leaders ont transmis des consignes claires à leurs sympathisants. “Nous avons donné des directives de souplesse aux militants qui ont très bien compris qu’une confrontation permanente n’était pas toujours constructive”, assure Claude Hoarau. Mieux, les deux rivaux ont pris le parti de travailler dans le même sens sur un certain nombre de dossiers.

Outre le cas de l’éducation que nous avons cité plus haut, le projet de création de la commune de la Rivière fait aussi consensus. “Nous avons mis en place une commission ad hoc au sein de laquelle siègent des élus de la majorité et de l’opposition. Chaque membre de la commission fait son travail sans a priori et nous avons bon espoir que le décret validant définitivement la création de la 25e commune de la Réunion soit publié avant 2014”, se félicite Claude Hoarau. Reste qu’en politique “ouverture” ne signifie pas pour autant “perte d’identité”. Et dans les deux camps on se fait fort de préciser qu’il n’est nullement question d’une quelconque fusion. “Je n’ai pas encore pris ma carte du Nouveau Centre et je n’ai pas de carte PCR à proposer à Cyrille Hamilcaro”, prévient ainsi Claude Hoarau, non sans ironie. Cela tombe bien puisque Cyrille Hamilcaro n’entend pas se laisser absorber lui non plus par le camp adverse. “Nous préparons déjà les prochaines échéances électorales et pendant les campagnes qui s’annoncent nous serons là où nos militants nous attendent”, rétorque Cyrille Hamilcaro.

La trêve pourrait donc être brève. À moins que l’opinion, lassée par ce numéro de duettistes, finisse par se tourner vers d’autres candidats à l’occasion des prochains rendez-vous. Claude Hoarau et Cyrille Hamilcaro ont évidemment à l’esprit ce scénario lorsqu’ils militent, ensemble, pour davantage de sagesse…

Johan Equixor

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages