Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Chlordécone : ce sont les empoisonneurs qui doivent être jugés

Chlordécone : ce sont les empoisonneurs qui doivent être jugés

 Faut-il appeler cela "l'impunité coloniale" ? En effet, en Martinique, la justice punit rarement les puissants. Pour ne pas dire presque jamais 

 S'agissant du scandale du chlordécone dénoncé il y a déjà 30 ans par Pierre Davidas, dénonciation reprise par la suite par diverses associations écologiques, tout le monde connaît les coupables. Tout le monde sait qui furent les importateurs de ce dangereux pesticide organochloré : les établissements De Laguarrigue. Ce nom est écrit noir sur blanc dans l'ouvrage Chronique d'un empoisonnement annoncé de L. Boutrin et R. Confiant publié en 2007. Il y a donc...13 ans déjà !!!
 Pourtant, la justice-sous-les-cocotiers a-t-elle seulement interrogé les De Laguarrigue ? Les a-t-elle convoqués ? Ont-ils été auditionnés par les services de police ? Les douanes ont-elles enquêté pour savoir comment ils faisaient pour importer parfois des pesticides non autorisés sur le territoire français tel que la dieldrine ?
  JAMAIS ! Pas une fois, pas une seule fois, ces empoisonneurs n'ont été inquiétés.
 Or, aujourd'hui, cette même justice s'en prend à des jeunes qui ont repris le combat contre le chlordécone et de part et d'autre, on entend des voix condamner "la violence", "les activistes", "les vandales" etc..., cela notamment par des partis politiques tels que le PPM qui avaient longtemps nié la contamination de notre pays par le chlordécone. 
  Pour notre part, même si nous doutons de l'efficacité des méthodes employés par les activistes, nous nous refusons à les condamner. L'Etat français, la justice-sous-les-cocotiers, les partis politiques martiniquais de tous bords portent l'entière responsabilité des actions et des débordements qui agitent la Martinique depuis quelques mois.
  OUI, L'ENTIERE RESPONSABILITE !...

Commentaires

Michel P. | 05/09/2020 - 18:09 :
On parle du procès de militants "anti-chlordécone". Toutefois, les prévenus ne sont pas poursuivis pour leurs opinions sur le chlordécone. Ils le sont pour violences volontaires sur les forces de l’ordre, tentative d’incendie d’un véhicule de police et dégradation de biens publics… L'avantage de l'appellation anti-chlordécone, c'est que tout le monde est anti-chlordécone. Qui est pour le chlordécone ? Personne ! Elle suscite donc la solidarité, à bon compte. Cependant, être contre le chlordécone n'a plus de sens dès lors qu'il est interdit et qu'on ne l'utilise plus. En réalité, le combat des militants n'est pas contre le chlordécone mais contre ceux qui ont permis qu'il contamine les sols, avec une présomption de cancers de la prostate. Ils voudraient que ces responsables soient jugés. Le problème est que le chlordécone, quand il était utilisé, l'était légalement. Il bénéficiait d'autorisations. Dès lors, l'affaire ressemble un peu à celle du tabac. Le tabac tue, c'est même écrit sur les paquets de cigarettes. Il provoque des cancers de la gorge et des poumons. Mais sa vente est permise. De ce fait, attaquer les responsables au pénal est délicat. On peut les attaquer au civil, pour les préjudices subis. Ce n'est pas facile mais des Américains ont fait condamner de grandes marques.
Balivot | 28/08/2020 - 11:51 :
Alors la bravo pour votre analyse ! Très juste et qui remet les choses dans leur contexte... Dans le FA (ou partout ailleurs) on parle en effet de procès des militants anti chlordécone. Et en effet tout le monde est contre. Mais ces manifestations cachent autre chose oui, ils veulent un procès des personnes concernées mais je dirais meme que ca va au dela de tout ca. Derrière tout ca se cache en réalité une poignée de noiristes (qui au final sont racistes) anti "tout ce qui n'est pas de leur couleur" je dirais. On le voit bien avec ce qui découle de ces manifestations (discours haineux sur les réseaux sociaux etc etc). Donc le terme militants anti chlordécone permet de les rendre plus sympathiques aux yeux du public mais c'est une usurpation. On devrait appeler un chat un chat. Et il y a pas mal de jeunes étudiants qui sont manipulés par tout cela et qui participent à ces manifestations. Nous avons tous été jeunes (et/ou étudiants) donc nous savons ce que c'est. On peut parler du tabac, de l'alcool aussi, des PCB et de tout les produits chimiques qui tuent. L'hexagone n'est pas en reste non plus, les zones viticoles sont polluées pour des dizaines voires centaines d'années et on commence "à peine" (depuis 10/15ans) à évoquer la dangerosité du glyphosate (ou autre car ce n'est que l'arbre qui cache la foret), ou des cancers en surnombres dans ces zones. Donc quand ces gens font un scandale en parlant de l'état colonial qui a empoisonné ces colonies il faut aussi regarder ailleurs car c'est partout la meme chose. Je suis bien évidemment contre le chlordécone mais ce produit était efficace pour les cultures tropicales malheureusement avec toutes les conséquence qu'on connait. Et malheureusement ce n'est pas un complot de l'état colonialiste blanc contre la petite ile peuplée de martiniquais, c'est plutot la loi de l'argent et de la rentabilité qui a primé comme partout ailleurs dans le monde tout simplement. Le combat est donc noble mais je pense que le débat peut etre elevé à une cause globale.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.