Accueil

Chlordécone : bande de bouffons de députés martiniquais !

Chlordécone : bande de bouffons de députés martiniquais !

   Alors que pour la toute première fois depuis que le scandale du chlordécone a éclaté il y a 11 ans (cf. l'ouvrage publié en 2007 par L. BOUTRIN et R. CONFIANT, "Chronique d'un empoisonnement annoncé"), l'Etat français vient de reconnaître sa part de responsabilité par la voix du président Emmanuel MACRON en visite en Martinique, nos bouffons de députés martiniquais, qui n'ont jamais ouvert leur grande gueule sur la question, ont cherché à semer la zizanie.

   En effet, devant le président MACRON, ils se sont employés à contredire L. BOUTRIN qui représentait la CTM (A. MARIE-JEANNE est actuellement en France au Congrès des Régions) alors que s'il y a quelqu'un qui connaît bien ce dossier et qui n'a cessé de se battre depuis 11 ans pour le faire reconnaître, c'est bien BOUTRIN. C'est petit ! C'est mesquin ! C'est faire passer des querelles partisanes avant l'intérêt général du peuple martiniquais.

   BANDE DE BOUFFONS ET DE BOUFFONES, VA !

   Vous n'avez jamais ouvert la bouche sur l'empoisonnement au chlordécone, l'une d'entre vous a même voté la prolongation de l'épandage aérien à l'époque de l'ex-Conseil régional et maintenant, devant le Papa Blanc, vous venez étaler vos querelles imbéciles alors que des milliers d'ouvriers agricoles contaminés attendent réparation, alors que le taux de cancers, de maladies d'Alzheimer et de Parkinson ainsi que de malformations congénitales explose dans notre petit pays à la population vieillissante. Alors que 6.000 hectares sont gravement contaminés également, sans compter nos rivières, nappes phréatiques et rivages.

   Le Président MACRON, quoi qu'on puisse penser de sa politique par ailleurs, a, sur ce point précis, reconnu la nécessité absolue de l'Opération "ZERO CHLORDECONE" qui consiste à lister les terres non-contaminées et en friches pour recommencer à y produire, à attribuer un label "ZERO CHLORDECONE" à ceux qui produisent déjà dessus et à aider les agriculteurs travaillant sur des terres contaminées de se reconvertir dans d'autres cultures.

   Qu'un président français ait une plus claire vision d'un problème si grave que nos députés martiniquais est tout simplement affligeant pour ces derniers, mais surtout pour ceux et celles qui mettent régulièrement des bulletins dans l'une pour de pareils bouffons. Chers (es) électeurs (trices), wouvè zié-zot ek zowey-zot tibwen !...