Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

"Cette liberté qui nous a été donnée il y a 169 ans", dit-elle...

"Cette liberté qui nous a été donnée il y a 169 ans", dit-elle...

   N'IMPORTE QUOI !

   On aura tout vu et tout entendu dans cette Martinique qui est devenue un bateau ivre à bord duquel  chacun est libre de raconter la première contrevérité ou ânerie venue sans jamais craindre de se faire contredire ni par des journalistes soit ignares soit complaisants ni par une opinion publique qui est toujours aux abonnés absents (sauf pour râler contre le Papa Blanc comme des "mendiants arrogants", selon l'expression d'Aimé CESAIRE).

   Donc la Dame est élue sénatrice. Normal ! Plus d'une vingtaine de communes sont acquises à la coalition EPMN/PPM laquelle coalition avait tout de même pris une raclée électorale dans ces mêmes communes en décembre 2015. L'unique quotidien de l'île interviewe donc la Dame au soir des élections sénatoriales qui lui ont permis d'être élue (au fait, salaire : 7.000 euros par mois comme n'importe quel directeur de parc naturel) et voici ce qu'elle déclare :

   "Cette liberté qui nous a été donnée il y a 169 ans a construit un peuple."

   Oui, vous avez bien lu : "donnée". Heureusement que la dame ne dispose pas d'un vocabulaire très étendu sinon elle nous aurait gratifiée d'un : "octroyée". Papa Schoelcher nous a donc libérés de nos chaînes ; la République Une et Indivisible nous a permis d'accéder à la liberté ; la France mère des arts et des lettres et fille aînée de l'Eglise a eu l'immense bonté d'ôter le carcan du cou de ses esclaves nègres. Quand on sait qu'avant 1848, la Martinique a été secouée par pas moins de 37 révoltes d'esclaves parmi lesquelles 9 très violentes, quand on sait que le 22 mai 1848, les Nègres n'ont pas attendu l'arrivée d'un hypothétique décret d'abolition pour se révolter, on mesure le degré d'inconscience et d'ignorance d'un tel propos.

   NON, MADAME, ON NE NOUS A PAS DONNE LA LIBERTE, NOUS l'AVONS CONQUISE REVOLTE APRES REVOLTE !

   Et beaucoup des nôtres, de nos ancêtres, l'ont payé de leur sang.

   Enfin quand vous racontez que notre peuple existe depuis 1848, là encore c'est du grand n'importe quoi. Notre peuple existe depuis la fin du XVIIe siècle, moment où il a commencé à mettre en place, au beau mitan de l'enfer esclavagiste, une langue, une cuisine, une musique, une pharmacopée, une architecture, des techniques agricoles et de pêche etc..., toutes choses qui ont fait de nous ce que nous sommes aujourd'hui. Croire que tout cela date de seulement du XIXe siècle, de 1848, relève de l'ignorance crasse.

   Ou poko rivé o Séna, ou za ka fè nou wont ? Tonnan-di-Dié !...

Commentaires

jean-michel caraibes | 29/09/2017 - 15:16 :
Au delà de sa personnalité folklorique (injures;;,religiosité de pacotille -"je pardonne..".-) Conconne n'est pas pire que nos "révolutionnaires-fonctionnaires" ,une espèce qui n'existe qu'en Martinique.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages