Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Ces "indépendantistes" ou "souverainistes" qui arborent fièrement l'écharpe tricolore

Ces "indépendantistes" ou "souverainistes" qui arborent fièrement l'écharpe tricolore

 Ce deuxième tour des élections municipales a donc permis de départager les candidats (es) en ballotage et d'élire de nouvelles têtes. Parfois...

 Oui, parfois, car lesdites "nouvelles têtes" sont des gens qui se présentaient pour la troisième ou quatrième fois à ces élections. Comme nouveauté on peut franchement faire mieux ! Mais bon, si ignorer ou feindre d'ignorer cet aspect des choses peut donner du grain à moudre aux journalistes et autres blogueurs, pourquoi pas ?
 Ce qu'il y a par contre d'intéressant et d'instructeur, ce sont les cérémonies d'intronisation. Chez les élus (es) de Droite ou autonomistes, aucune bizarrerie : attachés à la Mère-patrie, étroitement pour les premiers, discrètement pour les seconds, il n'y a aucun problème, aucune contradiction à ce qu'ils/elles se fasse passer l'écharpe bleu-blanc-rouge et que fièrement ils/elles fassent des sourires ultra-bright face aux photographes et aux cameramen de télé. 
  Là où par contre, cela ne va pas du tout, c'est quand des élus (es) appartenant à des mouvements ou à des partis d'obédience souverainiste, indépendantiste ou écolo-souverainiste, se comportent exactement de la même façon. Ni Alfred Marie-Jeanne ni Garcin Malsa, élus et réélus maires à diverses reprises, n'ont jamais passé l'écharpe bleu-blanc-rouge lors de leur intronisation. Jamais !
 Qu'est-ce donc que signifie l'incongruité pour des maires se réclamant de la mouvance souverainiste ou indépendantiste d'afficher aussi bruyamment leur "francité" ? Avons-nous reculé de trente ans en arrière ? Aurions-nous affaire à de fieffés (es) hypocrites ? La Martinique aurait-elle sombré dans le n'importe quoi avec tel ancien député de la gauche molle dénonçant aujourd'hui "la race blanche" qui envahirait notre île, des activistes qui déboulonnent les statues de Schoelcher et pas celles de Jésus et de la Vierge Marie pourtant arrivées deux siècles avant lui et bien pires que lui, des élus (es) qui votent l'achat d'une terre agricole à un Béké au prix d'un terrain constructible et maintenant des élus (es) souverainistes se pâmant d'aise avec un bout de tissu bleu-blanc-rouge ?
  Serions-nous arrivés au stade de la Martinique-du-n'importe-quoi ?...

Pages