Accueil

BREVE MISSIVE AUX BEKES MARTINIQUAIS

BREVE MISSIVE AUX BEKES MARTINIQUAIS
  
   Vous êtes les Békés les moins nombreux de toute la Caraïbe.
 

   1% de la population martiniquaise contre 5% à Barbade, 4% à Trinidad, 3% en Jamaïque. Même les Blan-péyi de Guadeloupe sont plus nombreux (2%) que vous quoique beaucoup moins fortunés. Vous avez voyagé à travers la Caraïbe longtemps avant nous qui n'en avions pas les moyens jusqu'à il n'y a pas si longtemps. Vous y avez même parfois investi.

      Or à aucun moment, apparemment, vous ne vous êtes pas demandé : "Mais pourquoi dans ces îles anglophones, on n'entend jamais "Blancs, dehors !" ou on ne lit jamais sur les murs des graffitis "Békés : exploiteurs, racistes !. Pourquoi sommes-nous honnis par un si grand nombre de Martiniquais ?" Et n'allez pas croire que cela date du chlordécone parce que des manifestants bloquent ces jours-ci vos supermarchés ! Cela fait vingt ans au bas mot (depuis l'écologiste Pierre DAVIDAS) que des Martiniquais se battent pour dénoncer ce scandale et obtenir réparation. Le rejet dont vous êtes l'objet est considérablement plus ancien que celui provoqué par les seules trente années (1912-2002) au cours desquelles vous avait contraint vos ouvriers agricoles utiliser ce si dangereux pesticide. 

 Guy CABORT-MASSON, militant et écrivain un peu oublié des jeunes générations, avait coutume de dire et d'écrire : "Les Békés sont des Martiniquais déchus."
  Beaucoup d'entre nous continuent à le penser aujourd'hui. Vous constatez d'abord que votre "martinicanité" n'est absolument pas remise en cause. Ce qui l'est, c'est justement votre trahison répétée depuis des siècles de ladite martinicanité. Pourtant, vous n'en aimez pas la France pour autant ! La Révolution française abolit l'esclavage et hop !, vous n'avez aucune hésitation à demander aux Anglais, qui colonisaient alors Sainte-Lucie, de venir occuper la Martinique. Anglais qui étaient, à l'époque, les ennemis de cette même France. NAPOLEON III envoie, en 1862, un corps expéditionnaire conquérir le Mexique et prend Fort-de-France comme base navale : des centaines de Nègres se portent volontaires contre...zéro Béké. La guerre 14-18 éclate : même topo. Des milliers des Nègres vont mourir pour la France sur les champs de bataille d'Europe contre...zéro béké. Pareil lors de la guerre 39-45. D'ailleurs, quand, au sortir de cette dernière guerre mondiale, DE GAULLE avait eu l'idée de donner les Antilles aux Etats-Unis en guise de remboursement des dettes de guerre contractées par la France envers l'Oncle SAM et que des manifestations de protestations avaient éclaté à Fort-de-France, on n'y avait vu aucun béké. Quand la presse martiniquaise, toutes tendances confondues, s'était indignée et élevée contre ce troc, aucun Béké n'avait pris sa plume pour dire qu'il ne souhaitait pas devenir américain. 
   Et vous avez d'ailleurs toujours préféré envoyer vos rejetons étudier le marketing dans les universités américaines au lieu de les envoyer étudier les Belles-Lettres à la Sorbonne comme l'a longtemps fait la petite bourgeoise nègre. On ne peut donc raisonnablement pas dire que vous démontrez un amour débordant pour la France. Or, dans le même temps, vous ne démontrez aucun amour non plus pour la Martinique. Conclusion logique : vous n'aimez que vous-mêmes, votre caste soi-disant pure ethniquement, vos "habitations", vos supermarchés, vos concessions automobiles et autres magasins de sport ou de bricolage.
    Vous n'aimez que vous-mêmes et votre fric.
  Pareil narcissisme est, sachez-le, tout simplement suicidaire (et ce n'est pas votre "TOUS CREOLES" à la noix et de dernière minute qui pourra vous sauver la mise)... 

Pages