Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL
Brésil 2014

BRESIL PAS CONVAINCANT, CROATIE PEUT MIEUX FAIRE

Jean-Laurent Alcide

Le match d’ouverture de la Coupe du monde de football s’est donc déroulé dans le grand stade de Sao-Paolo, au Brésil, devant plus de 60.000 spectateurs. 1 milliard de spectateurs à travers le monde ont regardé l’événement qui…n’en fut pas un.

En effet, on n’a pas eu droit à un grand match, c’est le moins qu’on puisse dire. En première mi-temps, un Brésil méconnaissable s’est fait carrément balader par une surprenante Croatie (enfin pas si surprenante que ça quand on sait que nombre de ses joueurs exercent dans les plus grands clubs professionnels européens). Neymar, présenté comme le nouveau Pelé, semblait flotter sur le terrain tandis que Fred, l’ex-joueur de l’Olympique lyonnais, était invisible. Pas étonnant que les « Auriverde » se soient emmêlés les pédales et se soient mis un but à eux-mêmes ! Finalement à l’approche de la mi-temps, ils se sont réveillés et Neymar a réussi à tromper l’excellent gardien croate. Bref, on s’est ennuyés ferme !

Au second temps, l’entraineur brésilien, Scolari, avait sans doute sermonné ses joueurs car on a commencé à voir du beau football-samba et très vite les Croates se sont retrouvés acculés sur leurs buts, n’arrivant plus du tout à contrôler le ballon. Malheureusement, une de ces graves erreurs d’arbitrage s’est produite peu avant l’heure de jeu quand l’arbitre japonais, pourtant très bon jusque-là, a sifflé un penalty imaginaire en faveur du Brésil. Grosse tension dans le stade. Le tireur, Neymar, qui prend son temps, se concentre visiblement angoissé et qui tire, manquant de rater son pénalty car l’immense gardien croate s’était détendu du bon côté et avait réussi à repousser le ballon. Pas suffisamment cependant pour qu’il ne retombe pas dans le petit filet ! A ce moment-là, un sentiment d’injustice a flotté dans l’air. On n’aime pas ce Brésil qui joue petit et qui gagne petit. Ce Brésil qui prend l’avantage grâce à une faveur de l’arbitre.

Assommés, le camp croate a tenté vaillamment de se reprendre, multipliant les attaques et mettant plusieurs fois à mal la défense brésilienne qui présente de sérieuses lacunes, ce qui n’augure rien de bon quant à la suite de la compétition pour l’équipe favorite du tournoi. Mais vers la fin du match, contre le cours du jeu, lors d’une contre-attaque, Oscar a délivré son équipe en marquant à l’aide d’un pointu, cette forme de tir de la pointe de la chaussure très peu fréquent à ce niveau de la compétition. Brésil : 3, Croatie : 1 ; Le stade exultait ! Il n’y avait vraiment pas de quoi. On peut comprendre la ferveur patriotique des supporteurs brésiliens, leur envie de gagner le match d’ouverture, mais gageons que ce soir, chacun réfléchira et comprendra qu’il s’est agi là d’une victoire presque à l’arraché.

On n’a pas eu droit à un grand Brésil. S’agissant de la Croatie, tout le mal qu’on peut lui souhaiter est de franchir le premier tour. Elle le mérite.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages