Accueil

« APPROCHE D’UNE PÉDAGOGIE DU CRÉOLE PAR LA RADIO »

Par Daniel Boukman


« Approche d'une pédagogie du créole par la radio », sé tit plopdari-a Daniel Boukman vréyé-douvan, , nan bokantaj pawol-la ki fet, lè 2 ek 3 jwen 2008, Chelchè (Matnik), atè Linivèsité Lézantiy ek Lagiyàn

Lors de mon intervention (du lundi 2 juin 2008) «  Ecrire et lire le créole : donner du temps au temps  ! » (: Matjé ek li kréyol-la : annou kité tan fè tan !), j'ai insisté pour dire que je n'étais membre d'aucune communauté universitaire, que je n'étais pas un spécialiste en linguistique… Mais je n'ai peut-être pas suffisamment dit ce qui pouvait donner à mes propos quelque crédibilité…

Utilisant, pour écrire poésie et théâtre, la langue créole mais aussi la langue française. (à ce propos, je regrette de ne pouvoir faire autant en anglais et en espagnol, ces deux autres langues de notre région caribéenne) ; participant tant soit peu par cette pratique d'écriture à la « défense et illustration » du créole (martiniquais) et au-delà à celles des autres créoles de notre région ; organisant pour la promotion de ces créoles un concours de poésie en langues créoles de la Caraïbe, Kalbas Lò Lakarayib , qui se déroule, depuis 2006, tous les deux ans ; animant sur Radio Martinique depuis quatre ans, Tout Lang Sé Lang , une émission consacrée au créole ; cheville - ouvrière, depuis plusieurs années, de divers ateliers d'étude du créole : bref, militant culturel martiniquais oeuvrant pour que notre pays avance sur le chemin de sa libération… ce sont là autant de raisons qui justifie ma présence parmi vous.

J'en profite pour rendre un fraternel hommage aux membres du GEREC – en particulier à Jean Bernabé potomitan de ce groupe – grâce à qui, grâce auxquels je me suis approprié, entre autres, l'instrument graphique qui permet le passage de l'oral à l'écrit, et qui n'a pas encore – pour des raisons de nature extra - linguistique – n'a pas encore, tel quel, donné toute la mesure de sa puissance opérationnelle.

Lors de la dernière période de mon séjour en émigration, en France, de 1982 à 1987, j'ai fait partie de l'équipe de Radio Mango sur le fréquence TROPIC FM, et c'est sans doute cette expérience riche d'enseignements qui m'a amené, revenu au pays, à proposer, en 2004, à la direction de Radio Martinique Tout Lang Sé Lang , une émission d'une durée de 2 minutes et demi, à 5 heures 45 du matin, du lundi au vendredi.

A l'origine, TLSL une émission était destiné aux auditeurs de la seule Martinique, puis s'est étendue à ceux de Guyane, et c'est bien ainsi !

Au départ, pour éviter tout malentendu, j'ai précisé que je ne cherchais pas à apprendre à ceux qui écouteraient, à parler le créole mais que je les inviterais à prendre conscience des réalités lexicales, syntaxiques, sémantiques du créole ; sans oublier de leur donner des informations relatives à l'histoire de la formation du créole, et bien entendu, je me proposais d'alphabétiser par la voie des ondes.

Autant parler du processus ayant donné naissance au créole, de la délimitation des espaces créolophones, des données démographiques concernant les populations créolophones dans le monde… autant tout cela est relativement facile à faire passer radiophoniquement.

Mais, quand il s'est agi par la voie des ondes d' exposer les principes graphiquesdu créole, très vite, j'ai compris que cette partie du projet était une mission impossible  que seules des émissions télévisualisées pourraient rendre opérationnelles.

Les deux premières années, TLSL avait lieu exclusivement en français…

Mé sa'w lè fè ! Lè an fwiyapen matrité, sé pòkò mi i pòkò mi ! Erezdibonè, vitman man rivé konprann , adan radio moun-lan, man té pou vréyé douvan pawol-la nan lang kréyol la, menm si, délè, man ka batjé, an ti moman tan, nan lang fransé-a.

Alè-tala, sé démaré man démaré lespri-mwen ek, anmizi man té ka vansé, anmizi man té ka ba kòmwen balan kifè sé pawol ki ba pawol.

Man koumansé dékatiyé proveb kontel :

Bef douvan bwè dlo klè  ! Ansipozision, dapré'w, pawol-tala vèdi an bann bef kay bwè dlo adan an ma… Sé primié bef-la ki rivé bò ma-a, sé yo ka bwè an bel dlo klè poulos sé lézot-la, sé an sel dlo sal yo a bwè : si ou kouté proveb-tala manniè-tala, ou garé menm !

An proveb kréyol, sé sa yo ka kriyé, adan lang fransé-a, « une parabole » kivèdi an pawol ki ka pòté an mas kidonk fok ou tiré mas-la pou ou sa wè sa ki séré dèyè'y.

Kouté pou tann ek tann pou konprann ! Bef douvan bwè dlo klè  ! Sé bef-la, sé lémoun ; ma-a, sé lavi-a…Si ou ka viv lavi'w an manniè molpi , si ou ka vansé aladous, an jan mòlòkoy anlè chimen lavi, bonbon'w andwa brilé ! …Jòdijou, viv lavi-a, sé pa ralé chez bò tab !… Bef douvan bwè dlo klè , proveb-tala ka di'w « Ba kow balan ! Goumen ! Simié ou chouval pâsé ou kalmason !

Dakò ! Men, mésiézèdanm, joujòdi, atè Matnik, bef paré pou dékalé bef… bef ka anni létjété nan ma-a ek yo ka anni plen bouden-yo épi dlo dlo dlo…Matnik kon adan anlo dot péyi oliwon latè ola sé kalté bef-tala san-fouté- pa- mal lèrestan troupo-a, mésiézèdanm, sé mandé man ka mandé es tan-an pa rivé pou di yo : « Mésié sé bef douvan-an, zot pa las bwè dlo klè, bann agoulou ?

Man pran kouraj épi man vansé anlè larel gramatikal-la

Aujourd'hui, exercice de grammaire comparée, appliqué à ce qu'on appelle, en français, “le possessif” kivèdi, lè man ka di loto - mwen an , tout moun (moun ki ka palé kréyol), tout moun ka konprann : loto-a, i pa taw ; loto-a , i pa tay ; loto-a, i pa tazot ; loto-a i pa tayo : loto-a tamwen, sé loto-mwen !

Mé ansipozision, sé fransé ou ka palé épi ou ka di “ mon voiture est neuf ”. Manman ! An sel pété-ri !! Yo ké kriyé'w tèbè, apoda , sakré ababa !

Men lè ou pran tan katjilé, fout lang fransé-a ni an jan konplitjé nan koy ! Kouté pou tann : ma maison , ma table , ma chaise mais mon lit , mon jardin , mon fauteuil ….Kréyol-la ka di kay -mwen, tab- mwen , chez- mwen , kabann- mwen , jaden- mwen , fotey- mwen.

Lang anglé-a ka di  : my home ; kréyol-la ka di : kay -mwen… anglé : my table : kréyol : tab- mwen ; anglé : my chair ; kréyol : chez- mwen… anglé : my bed ; kabann -mwen ; anglé : my garden ; kréyo l : j aden -mwen … anglé : my arm-chair ; kréyol ; fotey -mwen ….tousa pou di, ba lang fransé-a, ni mo, sé konsidiré sé dé fimel kontel ma maison, ma table, ma chaise… épi dot mo sé konsidiré sé dé mal k ontel mon lit, mon jardin, mon fauteuil…

An final di kont, nan lang fransé-a, ni mo mal ek mo fimel  ; nan kréyol-la menm manniè épi lang anglé-a , pa ni mo mal , pa ni mo fimel  : an mo, sé an mo épi sé tout  !

Man mété kantékant kréyol Matnik épi kréyol Gwadloup

Yè bonmaten, man vréyé-douvan yonndé mo magoté épi moun kontel, nan kréyol Matnik, moun-bòkay, moun-lotbò, moun-vini,, moun-wototo granmoun, moun-mò… Aprézan, annou gadé pabò kréyol Gwadloup ki bakfoul épi anchay model mo étila moun sé konsidiré sé rasin an piébwa ki pòté anpil flè kontel moun-a-diplom, moun-a-mizè, moun-a-chalé, moun-a-lang sal, moun-boukousou, moun-ayennafè, moun-koré, moun-grozorey, moun-avan.

Man mété yonn bò lot dives kréyol Lakarayib

Ni tejk tan, man vréyé-douvan yonndé pawol ki té ka palé di dlo Dlo , sé an mo ki sòti nan bway an mo fransé de l'eau ki tounen dlo nan tout kréyol Lakarayib…. Toutfwazékant, Donmnik, yo ka di tou glo (menm manniè kon nan linò Matnik) ; atè Giyan, yé ka di osi dilo

Nan lang fransé-a, lè man ka di de l'eau , ou ka tann dé son [de / l' eau] ; nan sé kréyol Lakarayib-la, dlo sé an sel son [dlo] ; [dilo], [glo] ka ba an sel son [dilo], [glo]…Lang fransé, lang kréyol-la, kon di pawol-la, silon lanmizik, silon dansé !

Man janbé kannal la ek man ba moun kouté an mòso ta Labib nan kwéyol Sent-Lisi :

(…) Jou bonmaten-sala, bien bonnè, yo pwan Jézi lakay Kayafas ek yo mennen'y an gwan kay gouvènè-a (…) Konsa Pilat [gouvènè-a] sòti déwò ek i di yo «  Kisa zot ni kont nonm-sala ?  » Yo wéponn Pilat, yo di'y «  Nou pa té kay mennen'y ba'w si i pa té fè pies kwim  ! » Pilat di yo : «  Eben, pwan'y zot menm ek sèvi lwa-zot menm pou jijé'y  ! » Sé Jwif-la wéponn, yo di'y : «  Gouvedman Ronmen-lan pa ka ban nou dwa pou kondanné pies pèsonn pou lanmò  »(…)

Man mandé lézoditè kouté pou tann Ti moun , an powézi Elie Stéphenson, nan lang kréyol Giyàn :

Nou té ka manjé ansanm / asou tiban akajou.

Nou té ka manjé ansanm / ké nou lanmen / annan menm kwi-a.

Sa mo té gen, a té di to / sa to té gen, a té di mo.

Man Nini lévé nou kon sa :

Panga briga ! / Panga kolè !

Nou té ka manjé ansanm / poson savann, tété wèlè, bet danbwa, jibié danbwa.

Nou té ka manjé ansanm / komou, wasey an menm kwi-a.

Sa mo té gen, té di to / sa to té gen, té di mo.

Man Nini lévé nou kon sa

Penga briga ! / Panga kolè !

Moun pa vin pou manjé moun !

Man li tou dives kont – Nani Wozet , Lapen mlizisien, Tig ké Lapen , Lapen, Balèn épi Léfan Konpè Lapen épi Gran Djab-la, Solé ké Lalin, Chien é kòn-a'y, Konpè Zanndoli, Konpè Chien épi Konpè Lapen – dives kont éti pawol-la ka woulé lantou lagouloutri (lagoulouitri , an mo nef pou di lavorasité) é sè kont-la man ba sé moun-lan kouté a nan kréol Giyàn, nan kréyol Gwadloup oben nan kwéyol Sent-Lisi, apré, man ka tounen nan kréyol Matnik .

Man palé osi di mofwazaj fab Lafonten nan kréyol Gwadloup, Ayiti, Matnik kontel Le Corbeau et le Renard , sa ki ba , nan kréyol péyi Ayiti, Boustabak ak chen mawon ta Mont-Rosier Déjan ; Genbo épi Rakoun , Hector Poullet épi Sylviane Telchid tounen nan kréyol Gwadloup ; Mel é mangous éti sé Térez Léotin ki mofwazé'y man kréyol Matnik…

Tout sé alé-viré tala (kréyol Sent-Lisi, kréol Giyàn, kréyol Ayiti, Kréyol Gwadloup, kréyol Matnik (man pa nos palé trop di Donmnik padavwa konnet-mwen feb parapot a lang kwéyol Donmnik)… tout sé alé-viré tala, sé an model montray pou moun pa bliyé pep kréolopal Lakarayik ek Lagiyàn, sé kontel frè ek sésé an menm fanmi. Tout frè ek sè adan an menm fanmi pa ka toujou sanm kon an gout dlo potré an gout dlo.

Délè,, lè moun ki ka kouté – sé pa dé gangrek sé pa moun wototo, moun ou wèy ou pa wè'y - lè sé moun –tala ka jwenn mwen épi ka di mwen sé kontan yo kontan kouté TLSL, yo ka ba mwen an bel fos é sé pou lapéti paowl-yo, kannot-la fann ek key viré fann lanm lanmè blé a..

 


{{Daniel Boukman}}

Pages