Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

ANTILLES : ET SI NOS EBOUEURS NE REPRENAIENT QU'EN...SEPTEMBRE ?

ANTILLES : ET SI NOS EBOUEURS NE REPRENAIENT QU'EN...SEPTEMBRE ?

  La fermeture des écoles et de l'université réclamée à cors et à cris par les syndicats aux Antilles et la reprise des cours en septembre relève de l'irresponsabilité.

 Mais avant d'expliquer pourquoi, venons-en aux éboueurs ! Si les soignants (médecins, infirmières, aide-soignantes, aide à domicile etc.) ont été les véritables héros de la première phase de l'épidémie, celle du confinement, s'ils ont été loués, applaudis et remerciés, cela à juste titre, il y a une deuxième catégorie de héros qui a été complètement oubliée : les éboueurs.
  Car, imaginons un seul instant que ces derniers aient refusé de travailler !
 Imaginons qu'ils aient avancé ces solides arguments que sont la dangerosité de leur métier déjà en-dehors de toute épidémie et son extrême pénibilité ! Et qu'ils aient, avec raison là encore, pointé du doigt le fait que nos ordures qu'ils ramassent tous les jours, sous le soleil ou sous la pluie, pourraient contenir le virus. Car enfin, s'il y a bien un nid à microbes, ce sont les bennes à ordures. Or, vaillamment, stoïquement même, nos éboueurs ne sont pas entrés en grève ! Ils ont, jour après jour, ramassé nos ordures, y compris de tous ceux d'entre nous qui sont des porteurs sains du virus.
 Si nos éboueurs avaient rendu leur tablier, nous aurions été confronté à des montagnes d'ordures et le virus aurait trouvé là un excellent terrain pour se propager. Ils ne l'ont pas fait. Ils n'ont jamais demandé ni exigé de ne recommencer à travailler qu'en septembre. Qu'ils en soient remerciés !
 A l'inverse, nos enseignants, du Primaire à l'Université, eux, bien moins exposés puisqu'on suppose qu'une salle de classe ou un amphi sont un tout petit peu moins dangereux  quand même qu'une benne à ordures, n'ont eu de cesse d'exiger le report des cours au mois de septembre prochain. Ils savent pourtant parfaitement que plus de la moitié des élèves et des étudiants antillais ont été largués parce que l'enseignement à distance demande du matériel (un ordinateur et pas un simple IPhone !) et des conditions de travail (de logement notamment) correctes. Ils savent pertinemment que reporter la rentrée en septembre ne fera qu'aggraver la fameuse "fracture sociale" que pourtant ils ont l'habitude de dénoncer.
 Car, enfin, soyons sérieux, cette rentrée à compter du 11 mai, du Primaire à l'Université, a été décrétée PROGRESSIVE et dans le RESPECT DES REGLES SANITAIRES. Et décrétée par qui ? Par le gouvernement, un gouvernement qui a été démocratiquement élu. Il est bien beau de le vouer aux gémonies aujourd'hui, de l'accabler de tous les maux de la terre, mais qui l'a mis en place ? Les 10% d'ultra-riches dans l'Hexagone et le 1% de Békés aux Antilles peut-être ? A qui la faute si le Parti Communiste français  n'est plus que l'ombre de lui-même et si son quotidien, "L'HUMANITE", frôle chaque année le dépôt de bilan ? A qui la faute si les partis communistes martiniquais et guadeloupéens, vaillants défenseurs de "la classe ouvrière" pendant des décennies, ont vu leur électorat se réduire comme peau de chagrin ? Et pourquoi toutes celles et tous ceux qui blablatent aujourd'hui sur le "Monde d'après" et sur l'importance cruciale de l'écologie n'élisent-ils jamais des écologistes aux plus hautes fonction ?
 Ceux qui n'élisent que des gens de Droite ou des Socialistes (ce qui revient à peu près au même) n'ont qu'à s'en prendre qu'à eux-mêmes !
 Et puis si l'économie ne redémarre pas, où trouvera-t-il, ce gouvernement les milliards qu'il devra distribuer aux uns et aux autres pour éviter faillites, dépôts de bilan, licenciements massifs etc. ? Les mêmes personnes qui critiquent le système capitaliste ne voudraient surtout pas, comme à Cuba, se voir remettre un carnet avec lequel ils devraient se rendre dans le seul et même magasin d'Etat pour se voir fournir des denrées alimentaires en quantité drastiquement définie et surtout peu variés. Ne faisons pas les hypocrites là encore !
 Reporter, aux Antilles, le retour à l'école et l'université à septembre relève tout simplement de l'égoïsme de classe, de l'égoïsme de la petite bourgeoisie "quarante-pourcentaire", qui n'a que faire des filles et des fils des classes modestes et défavorisés. Car non, un agriculteur du Gros-Morne ou un marin-Pêcheur de Pointe-Noire n'ont pas les moyens de payer à leurs enfants des cours particuliers par Skype comme le font les petits bourgeois et les riches. Remettre nos enfants sur les bancs de l'école et de l'université en septembre, sous de fallacieux prétextes, revient à priver ceux-ci de presque 5 mois d'enseignement. CE N'EST PAS ADMISSIBLE !
 Oui, il faut que cette rentrée de mai soit progressive. Oui, il faut que les établissements scolaires et universitaires soient désinfectés, que des règles sanitaires strictes et de distanciation sociale soient respectées car personne ne nie la dangerosité du Covid-19. Oui, il faut qu'il y ait un roulement par classe avec un emploi du temps allégé. Mais il est indispensable que nos élèves et nos étudiants puissent renouer avec l'institution scolaire et universitaire. 5 mois sans cela, c'est trop ! Beaucoup trop.
  STOP A L'EGOISME "QUARANTE-POURCENTAIRE" !  
 (Et puis, halte à la psychose aussi ! S'il y a eu une dizaine de morts du covid-19 dans chacune de nos deux îles, il y en a considérablement plus qui sont décédés à cause d'un AVC, du cancer, du diabète, de l'hypertension, du tabac ou tout simplement de vieillesse.)
Image: 

Commentaires

michel mirgan | 12/05/2020 - 11:26 :
Pas tout à fait d'accord ,même s'il y a du vrai dans l'article."Les enseignants" ne sont pas les seuls à décider :il y a d'abord les collectivités propriétaires de locaux et souvent fauchées (mairies) et les syndicats de personnels 'entretien (agents etc...)