Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL
Brésil 2014

ALLEMAGNE-PORTUGAL : RONALDO DANS LES CHOUX !

Jean-Laurent Alcide

On attendait l’immense Cristiano Ronaldo ! Le fabuleux ballon d’or portugais à la gueule d’ange et aux démarrages fulgurants suivis de dribbles quasiment innarrêttables. On se réjouissait à l’avance du spectacle.

Or, on a eu droit à un type à l’allure passe-partout, un certain Müller, un Allemand moyen qui, l’air de rien vous, vous met trois buts les doigts dans le nez. L’équipe allemande a écrasé le match face à une équipe portugaise complètement fantomatique et inexistante tant en défense qu’en attaque. On aurait dit des zombies errant sur le terrain, incapables d’aligner trois passes et multipliant les fautes au point de se retrouver à dix au bout d’une demi-heure de jeu. Prendre un carton rouge dès la première rencontre de la Coupe du monde, ça ne la fait vraiment pas !

A vrai dire, cette équipe portugaise n’a jamais vraiment brillé ces derniers temps et n’a dû sa qualification qu’au génie de son meneur de jeu. Mais là, sans doute fatigué après sa brillante saison au Real Madrid, Ronaldo a paru lent au démarrage, peut créatif, pas du tout inspiré et très seul parmi des coéquipiers eux aussi totalement éteints. Est-ce pour autant fini pour le Portugal après cet humiliant 4-0 ? Pas sûr car les deux autres adversaires de leur groupe, le Ghana et les Etats-Unis sont prenables. Il suffit à Ronaldo et aux siens de se ressaisir pour finir à la deuxième place et ainsi être qualifiés pour les quarts de finale. C’est tout le mal qu’on peut leur souhaiter car il n’est pas pensable qu’un joueur tel que Ronaldo disparaisse si vite de la compétition. Déjà qu’Ibrahimovic et Ribéry n’en font pas partie…

Les Allemands, par contre, ont démontré une puissance athlétique et un sens tactique remarquable, ce qui laisse présager qu’ils iront loin dans ce tournoi. Pourquoi pas une finale Italie-Allemagne ? Sauf si le Brésil redonne une autre image de lui-même.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages