Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL
Brésil 2014

ALGERIE-BELGIQUE : LES DIABLES ROUGES NIQUENT LES FENNECS

Jean-Laurent Alcide

Si les équipes africaines, hormis la Côte d’Ivoire, (Nigeria, Ghana) n’ont pas entamé le tournoi de manière flamboyante, il était permis d’espérer que l’Algérie redresserait l’honneur du continent.

D’abord parce que nombre de ses joueurs jouent dans de grands clubs français et européens (ils sont nombreux d’ailleurs à être des « Beurs » c’est-à-dire à être nés en France) ; ensuite, parce qu’ils sont entraînés par l’ex-joueur ex-yougoslave Vahid Halilodzic qui nous fait rêver dans les années 80 du siècle dernier. En face, les Belges, surnommés les Diables rouges présentaient une équipe cosmopolite composée d’un Africain, d’Arabes et de Turcs, équipe presque aussi cosmopolite que celle de la Suisse. Il faudra à la fin de cette coupe du monde faire une analyse sociologique quant à la composition des différentes équipes pour savoir si les équipes cosmopolites ont pris le pas sur les équipes mono-ethniques ou pas.

Donc Vahid avait demandé à ses joueurs de bétonner à mort et on a eu droit à une occupation constante de la moitié de terrain des Fennecs algériens par les Diables rouges belges et comme d’habitude, il a suffi d’une seule et unique incursion des premiers dans les dix-huit mètres des seconds pour se créer une occasion qui fut transformée en but grâce à un pénalty. Contre le cours du jeu ! Bon, la tactique défensive des Algériens n’étaient pas moche du point de vue du spectacle, ce qui est déjà ça, mais on se doutait bien, qu’ils ne tiendraient pas tout le match comme ça. Et comme de juste, au second temps, les Diables rouge ont réussi à vaincre le signe indien et à scorer par deux fois, réduisant à néant la stratégie de Vahid Halilodzic.
Un bon point dans la sélection algérienne tout
de même : l’extraordinaire gardien de but Raïs Mboli qui a multiplié les exploits et a permis aux Fennecs de ne pas rentrer au bercail avec une valise de buts. Particularité : Raïs est…Noir.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages