Raphaël Confiant :

« GRAND MERCI COME DE REN QE J’ENRELHI D’O LE CREOLE. »

jeudi 9 juin 2011
 la rédaction de Montray Kreyol

L’interview ci-après est en langue gallo, l’une des deux langues de la Bretagne avec le breton. Si ce dernier appartient aux langues celtiques (gaélique, gallois etc.), le gallo, lui, est une langue d’oïl à l’instar du normand, du poitevin ou du picard. C’est la dernière langue d’oïl à faire de la résistance...

QUESTEMBERT — En 2008 fût menéy dens la gazette « Francofonia » ene caozeriy o l’ecrivou martiniqë Raphaël Confiant. Je sonjis qi n-n’a des morçiaos q’on a -r’vaïr o des sonjeriys bén sonjéys su le galo, pari ?

Francesca Torchi : V’étes yun des ecrivous les pus consecants su le cai qi a a-r’vaïr o l’ecrivaïje en creole. Et-ti ene langue d’ecrivaïje ou ben ene sembllance de langue « a caozae ».

Raphaël Confiant : Le creole qé j’ecris ét point li qé le monde prechent tous les jous. Et veunla pourqhi qi n-n’a des siens qi metent le tor su mai a dire qé j’orine un fao-creole. Meins dame le françaez ecrit o les ecrivous « creolous », chamoiseau, Pépin e l’z aotrs, ça n’yet point dou françaez antilhae ed’tro etou. Gn’a un françaez antilhae, ene meniere de parlement françaez d’ilë, un p’tit paraille come le qébecoué. Meins ét point etal qé je caozons nouz-aotrs. Ao persu, faot toute force se detoçae qé le creole s’orine dou françaez. Le creole s’orine des parlements dou françaez qi sont devenû a ren anet. Je së mai putot a poussae su le françaez ao monde, le françaez qi taet préchae ao XVIeme ou ben XVIIeme siecl (...)

(...) Le melié creole-françaez-la s’orine su le françaez antilhae, e i n-n’a yun de françaez antilhae, s’orine su des enserches dens les veilh-parlements de france e etout su m’n invispiy a mai. Pour ben dire, je crë qé j’ë le dret d’enjinae, d’enmorfozae le cai e point sément su le cai q’a a-r’vaïr o le parolië. Et ene meleriy, ene meleriy de maintiunes menieres. N’ét point un doubllaije dou parlement antilhaez. C’ét vra fètis ! Meins gn’a point choué. Raport a qé les ecrivous ecrivent ene langue fètis ninporca. Faot vaïr q’ét ene repérzentézon a nous de la langue, n’ét point de l’ecrivaïje ethnografiq dame, come i n-n’a des siens qi me reperchent. Des ecrivaïjes ethnografiqs n’ont soin qé d’ecrire paraille come le monde caozent. Nous-aotrs, a la contrere, j’enjinons ene langue. Et un doubl-hait. Dou hait d’ecrivaïje e dou hait langaïjouz (...)

Francesca Torchi : La langue creole ét tenant entr la goule e l’ecrit. Gn’a-ti de la « teyatralitéy » dens le creole o ela ?

Raphaël Confiant : La teyatralitéy dou creole ét point ren qé dens le creole dame. Dens d’aotrs langues gn’a de la teyatralitéy paraille. Meins raport a qé le creole a point core orinae ene langue ecrite afétéy ben afétéy ét q’ét, permië, ene langue caozéy, ét core la langue caozéy qi va yetr le metr cant q’c’ét q’ça sera d’ecrire le creole. Dede ela, toute la luteriy q’ét m’néy o les ecrivous creole ét de sérchae a qeriae ene langue creole « dégouléy », déhahudéy de la langue caozéy pour ben dire. Tan qé cant q’c’ét qé j’ecrivons en françaez je v’lons mussae de la goule dens l’ecrivaïje. Je balons a-rebou ! J’ecris mai dens les deûz langues et, de la secousse, je së dens le cai de vaïr l’ereur-la entr les deûz langues. Cant q’c’ét qé j’ecris en creole, je së tenant a voulaïr « ecrivaïjae » e cant q’c’ét qé j’ecris en françaez je së a metr de la goule tant qé pu en d’dens. (...)

(...) J’ë ecrit 5 romans en creole e j’esseye d’erpaïssae dedens astoure. Meins c’ét dusse ben dusse. Ca y’a raport o un fae istoriq. Ao jou d’anet le creole ét core a s’afétae come langue d’ecrivaïjes. Ol a vra a-r’vaïr o la langue caozéy. Cant q’c’ét qé des siens ecrivent en creole il ont d’afétae la langue e le roman ensembllement. Et vra qé j’ecrivis en creole pour tiendr d’o la langue, pour dire qé faot l’ecri toute force, meins dame je n-n’eû point de haite o ‘la. Et cant q’c’ét qé j’anrelhis a ecri en françaez, je m’avizis qé ‘la taet point d’domé. Et grand merci come de ren qé j’enrelhi o le creole. Je consaille a tous les jieunes ecrivous creole d’enrelhae o le creole a sour fin qé d’enghernae l’inventeriy de la langue creole.


Raphaël Confiant : « Grand merci come de ren qé j’enrelhi d’o le creole. »

Annonces