Préparation à l’épreuve de traduction

 2001

Cette épreuve ne comporte pas de programme précis. Vous pouvez être amenés à traduire n’importe quel texte soit du créole au français (épreuve dite de version) soit du français au créole (épreuve dite de thème).

Epreuves :

S’agissant de la version, vous pouvez être confrontés à un texte qui n’est pas écrit dans votre variété maternelle de créole (ex. un candidat martiniquais peut avoir à traduire un texte en créole guyanais ou réunionnais). Cela demande donc une étude particulière des créoles autres que le vôtre. S’agissant du thème, vous traduirez le texte français dans votre propre créole. Cependant, le recours à des éléments lexicaux et rhétoriques d’autres créoles que le vôtre est autorisé chaque fois que le besoin se fera sentir. Par exemple, le mot tacot n’ayant pas d’équivalent en créole guadeloupéen, un candidat guadeloupéen peut parfaitement employer le terme martiniquais bradjak ou le terme haïtien bogota. Pour les emprunts rhétoriques, il convient de les « re-grammaticaliser » dans votre propre variété de créole. Par exemple, en cas d’emprunt de l’expression guadeloupéenne manjé nanm a’w an salad (se morfondre), le candidat martiniquais devra réécrire manjé nanm-ou an salad et le candidat guyanais manjé to nanm an salad. Le recours aux néologismes est également autorisé mais devra se faire de manière mesurée. Dans tous les cas, le candidat devra faire suivre le néologisme du terme français créolisé entre parenthèses et en graphie standard (soit NSG, soit nouvelle graphie réunionnaise). Exemples : - Adan doukou-a (/konjonkti-a) nou ka viv la…(Dans la conjoncture actuelle…).
- Adan larel-lidé (/idéoloji) sé Bétjé-a…(Selon l’idéologie des Blancs créoles…). Mais, d’une manière générale, le candidat ne devra pas considérer que l’emploi massif de néologismes est un signe de bonne traduction. Cet emploi devra donc, comme pour les emprunts lexicaux et rhétoriques, être mesuré.

Dictionnaires :

Il est indispensable de faire l’acquisition progressive des dictionnaires créoles disponibles (vous pouvez procédez à leur achat par Internet), notamment :

- Albany Jean, P’tit Glossaire, le piment des mots créoles, chez l’auteur, Paris, 1974, 116 pp.
- Alain Bentolila, Ti diksyonnè kréyol-fransé, Haïti, Port-au-Prince, Ed. Caraïbes, 1976, 511 p.
- Alain Armand, Dictionnaire kréol rénioné/français, Océans Editions, s.d.
- Philip Baker, Vinesh Y. Hookoomsingh, Diksioner kreol morisyen/Dictionnary of Mauritian Creole/Dictionnaire du créole mauricien, L’Harmattan, 1987, 365 p.
- Ralph Ludwig, Danièle Montbrand, Hector Poullet, Sylviane Telchid, Dictionnaire créole-français avec un abrégé de grammaire créole et un lexique français-créole, Servedit/Editions Jasor, 1990.
- Henry Tourneux/Maurice Barbotin, Dictionnaire pratique du créole de Guadeloupe suivi d’un index français-créole, Karthala-ACCT, 1990.
- Danielle D’Offay/Guy Lionnet, Diksionner kreol-franse/Dictionnaire créole seychellois-français, Helmut Buske Verlag Hamburg, 1982.
- Marcel Fontaine, Dominica’s Diksyonnè Kwéyol Annglé/English—Creole Dictionnary, Dominique, Roseau, Komité pou étid Kwéyol, 1991, 158 p. John E. Mondésir, Dictionnary of St Lucian Creole, Allemagne, Mouton de Grutyer, 1992, 621 p.
- Pierre Pinalie, Dictionnaire élémentaire français créole, L’Harmattan, 1992, 237 p.
- Georges Barthélémi, Diksyoner pratik kreol gwiyanè-fransé/Dictionnaire pratique créole guyanais-français, Ibis Rouge, 1995, .
- Maurice Barbotin, Dictionnaire du créole de Marie-Galante, Hamburg, ske Verlag, 1995, 231 p.
- Serge Harpin, Dictionnaire Encyclopédique des technologies créoles (créole-français). La pêche à la Martinique, Fort-de-France, AMEP, 1995, 175 p.
- Raphaël Confiant, Dictionnaire des néologismes créoles, Ibis Rouge, 2001.


Juillet

1. Lire/parcourir les ouvrages de traductologie suivants :

- Walter Benjamin, "La tâche du traducteur", in Mythe et violence, trad. M. de Gandillac, Denoël, 1971.
- Valéry Larbaud, Sous l’invocation de saint Jérôme, 1946, rééd. Gallimard, 1998.
- Vinay et Dalbernet, Stylistique comparée du français et de l’anglais, 1958, rééd. Didier, 1966.
- Georges Steiner, Après Babel—Une poétique du dire et de la traduction, Albin Michel, 1998.
- Maurice Pergnier, Les fondements sociolinguistiques de la traduction, Atelier de Reproduction des Thèses, Librairie Honoré Champion, 1978. Georges Mounin, Les Belles Infidèles, 1955, rééd. Les Presses Universitaires de Lille, 1994.
- Georges Mounin, Les problèmes théoriques de la traduction, Gallimard, 1963.
- Antoine Berman, L’épreuve de l’étranger, Gallimard, 1984.
- Jean-René Ladmiral, Traduire : Théorèmes pour la traduction, Gallimard, 1994.
- Henri Meschonnic, Poétique du traduire, Verdier, 1999.

2. Faire des fiches sur :

- les principales écoles de traduction.
- les concepts principaux utilisés en traductologie.
- les diverses techniques ou procédés de traduction.

3. LECTURE INTENSIVE DE TEXTES LITTERAIRES ECRITS EN CREOLE.


Août

1. Etudier la syntaxe des variétés de créole autres que la vôtre à l’aide des ouvrages et revues suivants :

Ouvrages :

- Jean Bernabé, Fondal-Natal Tome 2 et 3, L’Harmattan, 1976.
- Jean Bernabé, Fondas kréyol-la, L’Harmattan, 1987.
- M. D’Ans, Le créole français d’Haïti, The Hague, Mouton, 1968.
- Albert Valdman, Le Créole—Structure, statut et origine, Klincksieck, 1978.
- M.F. Goodman, A comparative study of Creole French dialects, La Haye : Mouton, 1964.
- Marguerite Saint-Jacques-Fauquenoy, Analyse structurale du créole guyanais, Klincksieck, 1972.
- Marguerite Saint-Jacques-Fauquenoy, "Le verbe « être » dans les créoles français", in Langues et techniques, nature et sociétés, Klincsieck, 1972.
- Pradel Pompilus, Contribution à l’étude comparée du créole et du français à partir du créole haïtien : phonologie et lexicologie, Edit. Caraïbes, 1973.
- Annegret Bollée, Le créole français des Seychelles. Esquisse d’une grammaire—textes—vocabulaire, Tûbingen, Niemeyer, 1977.
- L.D. Carrintgton, Saint-Lucian creole : a descriptive analysis of its phonology and morpho-syntax, Kreolische Bibliothek, voL. 8, Hamburg, Buske.
- Robert Damoiseau, Eléments de grammaire du créole martiniquais, Hachette, 1984.
- Robert Damoiseau, Eléments de grammaire comparée français-créole, Ibis Rouge/Presses Universitaires Créoles, 2000.
- Pierre Cellier, Comparaison syntaxique du créole réunionnais et du français, Université de la Réunion, 1985.
- Georges Manessy, Créoles, pidgins, variétés véhiculaires—Procès et genèse, CNRS Editions, 1995.
- Mervyn. C. Alleyne, Syntaxe historique créole, Karthala/Presses Universitaires Créoles, 1996.
- Guy Hazaël-Massieux, Les créoles—Problèmes de genèse et de description, Publications de l’Université de Provence, 1996.
- Daniel Véronique, Matériaux pour l’étude des classes grammaticales dans les langues créoles, Publications de l’Université de Provence, 1996.

Revues :

- LANGAGES N° 61, Mars 1981, Bilinguisme et diglossie (coordonné par J-B. Marcellesi), Larrouse.
- ESPACE CREOLE N°1 à 10, L’Harmattan (N°1 à 8), Ibis Rouge/Presses Universitaires Créoles (N) 9 et 10).
- MOFWAZ N° 1 à 5, L’Harmattan (N°1à 4), Ibis Rouge (N°5).
- ETUDES CREOLES (tous les numéros).

2. Vous constituer un lexique inter-créole au fur et à mesure de vos lectures de textes écrits en créole, surtout pour les realia. Par exemple :

- LIBELLULE : marisosé (Martinique) ; zinzing (Guadeloupe) ; zédjui-lali (Dominique) ; dèmwazel (guy.) etc…
- LUCIOLE : koukouy (Haïti) ; bet-a-fé (Martinique) ; klendenden (Guadeloupe) ; zoukouyanyan (Guyane) etc…
(N.B. Se rappeller que le « co-texte » ne suffit pas toujours à deviner le sens d’un mot et que l’incapacité à traduire un seul mot peut parfois bloquer la traduction d’une phrase entière, voire d’un paragraphe.)

Vous constituer un lexique d’expressions idiomatiques inter-créole. Par exemple :

IGNORER QUELQU’UN : pa pwan wotè an moun (Martinique) ; pa lévé an moun di gad (Guadeloupe) etc…

3. Vous constituer une grammaire inter-créole au fur et à mesure de vos lectures de textes écrits en créole en sélectionnant les points de grammaire les plus importants. Par exemple :

LE POSSESSIF :

martiniquais : chimiz-mwen.
guadeloupéen : chimiz an mwen.
guyanais : mo chimiz.


Septembre

1. Travailler à l’aide des ouvrages suivants :
- Raphaël Confiant, Guide de la Version Créole, Ibis Rouge/PUC, 2001.
- Raphaël Confiant, Guide du Thème créole, Ibis Rouge/PUC, 2001. 2. - Thème et version

2. Choisir 3 pages dans un livre de :
- Maupassant
- Balzac
- Camus
- Mérimée

Choisir 3 pages dans les livres suivants :
- Hector Poullet (Tibouchina)
- Alfred Parépou (Atipa)
- Raphaël Confiant (Kod Yanm)
- Axel Gauvin (Kartié Twa Let

3. Traduire ces 3 pages en se mettant dans les conditions du concours (4h d’affilée)

4. Faire 1 thème et 1 version par semaine et les expédier à R. Confiant selon les mêmes modalités que les dissertations (si possible dans la même enveloppe hebdomadaire). Ne pas oublier d’y adjoindre une photocopie des pages que vous avez choisies de traduire. Vos traductions vous seront corrigées et réexpédiées selon les mêmes modalités que les dissertations.


Octobre

1. MEME PROGRAMME QU’EN SEPTEMBRE.

2. Thème et version

Choisir 3 pages dans un livre de :
- Benjamin Constant
- Voltaire
- Hugo
- Sartre

Choisir 3 pages dans les livres suivants :
- Roger Valy (Louké)
- Térez Léotin (Lespri lanmè)
- Elie Stephenson (O Mayouri)
- Daniel Honoré (Lo Maloyer blan)


Novembre

1. MEME PROGRAMME QU’EN SEPTEMBRE ET OCTOBRE.

2. Thème et version

Choisir 3 pages dans un livre de :
- Malraux
- Mauriac
- Barbusse
- Vallès

Choisir 3 pages dans les livres suivants :
- Georges-Henri Léotin (Mémwè latè)
- Sony Rupaire (Gran parad…)
- Max Rippon (Dé gout dlo…)
- Raphaël Confiant (Marisosé)


Décembre

1. MEME PROGRAMME QU’EN SEPTEMBRE, OCTOBRE ET NOVEMBRE.

2. Thème et version

Choisir 3 pages dans un livre de :
- Simone Schwartz-Bart
- Jacques Roumain
- Camara Laye
- Antonine Maillet

Choisir 3 pages dans les livres suivants :
- Monchoachi (Nostrom)
- Georges Mauvois (Don Jan)
- Jeff Florentiny (Dodin !)
- Carpanin Marimoutou (Roman Pou la tèr ek la mèr)

LA FORMATION A DISTANCE S’ARRETE EN DECEMBRE 2001


Annonces