LE SALON D’OUESSANT DECERNE SES PRIX

vendredi 22 août 2008
 la rédaction de Montray Kreyol

Les prix 2008 du salon du Livre insulaire d’Ouessant ont été proclamés lors de l’inauguration hier soir. Sur la photo, Jean-Noël Christment, lauréat du prix poésie, avec Yvette Duval, conseillère régionale.

Plus connus sans doute dans les îles lointaines qu’en Bretagne,les prix du salon du Livre insulaire ont été remis hier.

« En dix ans, explique Yves Goulm, l’un des membres du jury du salon du Livre insulaire, le prix d’Ouessant est devenu une caisse de résonance importante pour les auteurs et les éditeurs insulaires. » Exemples : l’Écossaise Christine de Luca, lauréate 2007 du prix poésie, a été l’invitée de plusieurs salons spécialisés. Le Corse Marco Biancarelli, deux fois primé dans la catégorie fiction, a été sollicité par d’importantes maisons d’édition du continent.

Un rôle de stimulant

Sans compter, fait remarquer Yves Goulm, «  la visibilité que le prix donne dans leur île aux auteurs et aux éditeurs primés », et «  l’élan qu’il peut donner à de jeunes auteurs », complète Riccardo Pineri, universitaire longtemps en poste à Tahiti, président du jury cette année.

« Le salon d’Ouessant a un retentissement lointain sans doute plus important qu’ici. Je peux affirmer qu’il joue un rôle de stimulant dans la création littéraire en Océanie. »

Les livres primés

Sur environ 80 livres présélectionnés, le jury a primé les ouvrages suivants. Le grand prix est attribué à un ouvrage collectif, La peinture en Martinique, édité sous l’égide du Conseil régional de l’île antillaise, avec des contributions d’écrivains de l’île comme Maryse Condé, Patrick Chamoiseau ou Raphaël Confiant et des artistes eux-mêmes, « un beau livre qui est un document essentiel pour comprendre les rapports des images et de la réalité insulaire », explique le président du jury. Le prix Beau-Livre va à Stéphane Dugast et Xavier Desmier pour Dans les pas d’Emile-Victor (édition Michel Lafon) dont le sous-titre, « Vers un réchauffement climatique » précise le projet : comparer une expédition de Paul-Emile Victor il y a 70 ans sur la côte orientale du Groenland et la réalité d’aujourd’hui, paysage, habitat, société.

En fiction, le jury a retenu 36, rue de l’Argentière du Catalan Antoni Serra (éditions Fédérop) et Les bonnes de la Havane de Pedro Perez Sarduy (éditions Ibis Rouge). En poésie, le prix est remis à Jean-Noël Chrisment, un médecin « dans la grande tradition des médecins lettrés », qui a travaillé à Nouméa et aujourd’hui en Polynésie pour son recueil Pollen édité chez Gallimard. Dernier prix, le prix sciences décerné à Bruno Kissoun qui a dirigé un ouvrage collectif sur l’urbanisme et l’architecture religieuse, publique et militaire au XVIIIe et XIXe siècles à Pointe-à-Pitre (éditions Zabor). Nouveauté cette année, un prix jeunesse choisi à la fois parmi des livres pour enfants ou des livres réalisés par les enfants. Il sera décerné ce jeudi après-midi à Ouessant.

Josiane GUEGUEN.


Annonces