A PROPOS DE LA LICENCE DE CRÉOLE À L’UAG

lundi 30 juin 2008
 la rédaction de Montray Kreyol

Maître de conférences en Sciences du langage à la Faculté des Lettres et Sciences humaines de l’UAG (Université des Antilles et de la Guyane), Serge Colot, d’origine guadeloupéenne, est le responsable de la Licence de créole, officiellement appelée Licence LCR (Langues et cultures régionales),sur le campus de Schoelcher. Nous l’avons rencontré...

MONTRAY : En tant que responsable de la Licence de Langues et Cultures Régionales, couramment appelée Licence LCR ou Licence de créole, à l’UAG, à quels problèmes êtes vous confronté ?

S. Colot : Le principal obstacle à l’épanouissement de la Licence LCR est le suivant : c’est une formation qui demeure mal connue et parfois mal perçue, à tort d’ailleurs, par le public estudiantin et, malheureusement, par une partie du personnel administratif de notre université également. Il suffit, pour s’en convaincre, de se référer à une situation concrète qui concerne l’information des étudiants et futurs étudiants quant à l’offre de formation de l’Université des Antilles et de la Guyane. Bien que depuis deux ans la Licence LCR se prépare en trois années, on peut lire, sur les fiches de diplômes de l’UAG préparées par le personnel du SCUIO en 2008 (Service Commun Universitaire d’Information et d’Orientation), que ladite licence n’est accessible qu’en troisième anné et que l’on doit d’abord, pour y accéder, valider deux premières années d’un autre diplôme. Or, cette information est complètement fausse, et du fait même d’une telle information erronnée, la Licence LCR se trouve placée dans une situation très délicate et extrêmement préjudiciable se traduisant par un manque d’effectifs : si les étudiant pensent qu’il n’y a pas de première et de deuxième année de LCR, ils n’ont aucune raison d’y solliciter une inscription !

MONTRAY : La réforme de l’Université française, notamment le LMD (Licence-Master-Doctorat) affecte-t-elle votre formation ?

S. Colot : On peut difficilement évaluer l’incidence de la réforme LMD sur notre formation. À cela il y a au moins deux raisons. La première est que cette réforme n’est entrée en vigueur dans notre académie que depuis deux ans, ce qui est peu pour tirer des conclusions définitives. Soulignons cependant que d’une manière générale, la tendance est à la baisse des effectifs au sein de l’ensemble des universités françaises depuis la survenue de la réforme LMD. La seconde raison tient à ce que la Licence LCR est habituée à fontionner avec des petits effectifs, comparativement aux autres filières de la Faculté des Lettres.

MONTRAY : Où et comment s’organise cette licence ? Quels en sont les objectifs ?

S. COLOT : La Licence LCR se prépare en trois ans sur le campus de Schœlcher en Martinique, où elle est donc accessible immédiatement après le baccalauréat. Elle existe aussi sur le campus de Saint-Denis en Guyane, où elle par contre est ouverte uniquement en 3ème année.

En s’inscrivant en Licence LCR, l’étudiant découvrira toute la richesse de la zone américano-caraïbe, des origines à nos jours. Nous offrons une formation pluridisciplinaire qui permet d’acquérir des connaissances et des compétences dans les domaines de la linguistique, de la littérature, de l’anthropologie ou encore de l’histoire des mondes créoles.

Les objectifs de cette Licence peuvent se résumer en trois points :

• approfondir la connaissance intuitive de la langue créole ;

• fournir les éléments scientifiques et les méthodes d’analyse de la situation de coexistence du créole et du français ;

• procéder à l’analyse critique des questions fondamentales qui touchent à l’identité et à l’environnement socioculturel des Antilles et de la Guyane.

MONTRAY : Quels sont les débouchés d’une licence de créole ?

S. Colot : Les débouchés professionnels de la Licence Langues et Cultures Régionales sont très variés et on ne saurait en dresser une liste exhaustive ici. Cependant, on peut citer les débouchés les plus connus et les mieux identifiés.

• la Licence LCR est une licence bi-valente, c’est-à-dire qu’elle propose à l’étudiant de combiner des enseignements proprement LCR avec des enseignements d’une autre discipline. Et justement, en associant l’étude des Langues et Cultures Régionales à l’étude d’une autre discipline (telle que l’Anglais, l’Espagnol, l’Histoire ou les Lettres Modernes), peuvent se préparer avantageusement aux concours de recrutement de l’Education Nationale.

• la Licence LCR ouvre aussi des perspectives sur le secteur du Tourisme, à travers les circuits du Patrimoine notamment ;

- le secteur du journalisme bilingue qui tend à se développer ;

- le secteur de l’Edition, avec les procédés bien connus de la traduction ou de la correction ;

• d’une manière plus générale, cette licence ouvre l’accès à tous les coucours de la Fonction Publique requérant une Licence. • et au-delà de la Licence LCR, les étudiants ont également la possibilité de poursuivre leurs études jusqu’au Doctorat et de s’orienter ainsi vers les métiers de l’enseignement supérieur et de la Recherche Universitaire.

MONTRAY : Comment fait-on pour s’y inscrire et où ? S. COLOT : L’inscription à l’université se déroule en deux étapes :

• l’étudiant doit d’abord procéder à son inscription (ou réinscription) administrative. L’inscription administrative se traduit par le paiement des droits universitaires, l’affiliation si besoin au régime de la sécurité sociale étudiante et par la délivrance de la carte d’étudiant.

• il procède ensuite à son inscription pédagogique qui se traduit par le choix des enseignements.

Pour préparer l’inscription, il est souhaitable que les étudiants consultent attentivement les brochures des différentes filières afin d’étudier toutes les possibilités de choix qui s’offrent à eux. Deux étudiants tuteurs seront aussi présents dans le hall de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines pour les aider lors des inscriptions. Les inscriptions se déroulent pendant tout le mois de juillet et se font soit en personne au guichet de la Faculté des Lettres, soit en ligne sur le site www.univ-ag.fr. Plusieurs cas de figure se présentent, explicités dans le calendrier prévisionnel ci-après :

- Première inscription

• RDV en ligne à partir du 05 juillet 2008

• inscription en ligne du 08 au 30 juillet 2008

- Réinscription

• admis première session du 08 au 30 juillet 2008

• admis deuxième session du 15 au 30 juillet 2008

- Validation des acquis (dossier à télécharger et à remettre en deux exemplaires)

• première inscription et réinscription du 12 mai au 27 juin

• commission pédagogique le 04 juillet 2008

- Transfert (étudiants qui souhaitent changer d’université) • date limite de dépôt des demandes (départ) le 10 octobre 2008

• date limite de dépôt des demandes (accueil) le 14 novembre 2008


Annonces