Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Les Ibos de l'Amélie de Françoise Thésée.
« Destinée d'une cargaison de traite clandestine à la Martinique (1822-1838) »
Marie-Noëlle Recoque Desfontaine

   Au Congrès de Vienne, en1815, les grandes puissances européennes décident de mettre fin à la Traite, qui se poursuivra pourtant en dépit des interdictions. On note même un accroissement des expéditions, les négriers bénéficiant de la complicité des autorités de répression. La traversée transatlantique, compte tenu de son illégalité, gagne encore en inhumanité. Les Africains sont entassés dans des bateaux plus petits pour faire diversion et la route empruntée est différente, plus longue.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
« Abraham Hanibal, l'aïeul noir de Pouchkine » de Dieudonné Gnammankou
Marie-Noëlle RECOQUE-DESFONTAINES

Au XVIIIe siècle, l'Empire ottoman continue d'alimenter le monde arabo-musulman en esclaves européens et africains. C'est ainsi qu'en 1703, Hanibal est arraché à son pays, le nord de l'actuel Cameroun ; il a 7 ans. Il n'est pas musulman, ce qui a autorisé sa capture et sa vente à un sultan de Constantinople. Au terme d'un long périple, l'enfant devient, en Russie, l'esclave de l’empereur Pierre le Grand, qui en fait également son filleul. En 1717, il accompagne le tsar à Paris. Il est confié au duc du Maine, fils naturel de Louis XIV. Hanibal fait dans la patrie de Vauban des études de mathématiques, de fortifications et d'artillerie et devient un brillant ingénieur militaire.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
« Le bois de la Soufrière » (1885) d’Anaïs SEGALAS
Marie-Noëlle Recoque Desfontaines

   Anaïs Ségalas (1814-1893)  situe l’intrigue de son roman à la Guadeloupe, sur l’habitation de Charly de Tercel, le père de Rosélis une fillette de trois ans. L’esclavage a été aboli et dés la première page l’auteur donne le ton qui va être celui de l’ouvrage. « Les esclaves, dit-elle, ne sont plus que des travailleurs qui malheureusement ne travaillent guère » et elle ajoute qu’ils gâtent « la pensée juste et généreuse de l’abolition ». Autrement dit l’abolition était un cadeau octroyé à des paresseux qui ne le méritaient pas.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
« Meursault, contre-enquête » de Kamel DAOUD
Marie-Noëlle Recoque Desfontaines

   La quatrième de couverture l’annonce : le premier roman de Kamel Daoud est un « hommage en forme de contrepoint rendu à L’Etranger. » Rappelons donc le sujet du roman d’Albert Camus publié en 1942. L'intrigue se déroule en Algérie avant l'indépendance. Le narrateur Meursault est un Français indifférent à tout. Au début du roman on le voit, impassible, enterrer  sa mère. Sur une plage, il tue sans raison un Algérien.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
« Voyage dans les ténèbres » de Jean RHYS
Marie-Noëlle Recoque Desfontaines

   Anna Morgan est une jeune orpheline blanche, originaire d’une petite île des Antilles. Contrainte à l’exil par un revers de fortune, elle tente de survivre en Angleterre. Déracinée, sans le sou, dépourvue d’esprit combatif, notre héroïne vit d’expédients. C’est ainsi qu’elle est amenée à évoluer dans un milieu interlope et à se faire entretenir par des hommes dans la compagnie desquels elle cherche, vainement, la preuve de la réalité de sa propre existence. Anna se meut dans la vie comme un zombi. Même les miroirs, sur lesquels elle se penche souvent,  lui renvoient invariablement une image inquiétante d’elle-même, un reflet déconcertant, comme si elle regardait « quelqu’un d’autre ».  

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Premier  «  roman » en créole :  « Atipa » d’Alfred Parépou (1885
Marie-Noëlle Recoque Desfontaines

     « Mo chè compatriote yé la,

        A pou zòte mo  fait Atipa. A pas francé non, a criole. »

   C’est la dédicace qu’Alfred Parépou adresse aux Guyanais, quatre décennies après l’abolition de l’esclavage. Pour la première fois un créolophone prend sa plume pour écrire un texte long de plus de deux cents pages dans sa langue. Il s’agit d’une gageure. L’auteur prévient son lecteur : « Limprimerie France yé la, pas savé écrit criole/…/ yé trompé toujou oune tas côté. Ca pou ca fait engnin ; mo savé zòte  wa comprendne li toute meinme. » 

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
« Nous avions un rêve » de Jake LAMAR (Payot-Rivages Thriller)

   Melvin Hutchinson est un Afro-américain au parcours exemplaire. Ses parents l’ont élevé dans la conscience de sa valeur. A la veille de son départ pour l’université, sa mère, institutrice, le met en garde contre les noirs qui essayeront de le détruire plutôt que de voir un des leurs réussir, et elle accompagne ce conseil d’une interdiction, celle de ne jamais lui « ramener une blanche ». Melvin emprunte le chemin ainsi tracé.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
EVENEMENTS  DE 	MAI 1802, à MATOUBA, SAINT-CLAUDE, EN GUADELOUPE : L’HABITATION  d’ANGLEMONT
Marie-Noëlle RECOQUE-DESFONTAINES

 Depuis 1948, grâce à une initiative du maire de Saint-Claude, Rémy Nainsouta (1883-1969), une stèle érigée sur le morne Savon, à Matouba, rappelle la mort de Delgrès et de ses hommes, le 28 mai 1802. Mais l’emplacement exact de l’habitation d’Anglemont, dans laquelle ils se sont suicidés au  cri de « Vivre libre ou mourir », n’était pas connu de façon précise avant des fouilles archéologiques entreprises en 2005. Gérard Richard, alors Conservateur du Patrimoine au Conseil Régional, a publié dans le bulletin de la Société d’Histoire de la Guadeloupe (SHG, n°160) un article dans lequel il donne la description de l’habitation d’Anglemont avant sa destruction. Il indique également le résultat des fouilles menées par le service de l’inventaire et de l’archéologie, qu’il dirigeait à l’époque, pour en mettre à jour les restes.

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
« La part du mort »  de Yasmina KHADRA
Marie-Noëlle RECOQUE-DESFONTAINES

Ancien combattant du FLN, le commissaire Brahim Llob est en poste à Alger dans les années qui précédent la guerre civile. Un de ses lieutenants étant accusé d’avoir voulu abattre un notable,  Llob se lance dans une enquête destinée à le disculper. Cette enquête, riche en rebondissements, s’inscrit dans l’histoire contemporaine de l’Algérie, dont elle se nourrit.

 

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Entretien avec Ella Habiba SHOHAT
Marie-Noëlle RECOQUE-DESFONTAINES

Ella Habiba SHOHAT est Israélienne née de parents juifs irakiens. Elle vit et enseigne aux Etats-Unis. Ella Habiba SHOHAT se sent et se revendique autant arabe que juive et prend la défense des identités multiples. Elle a consacré  un essai aux  juifs orientaux ou « misrahim», qu’elle appelle aussi, juifs arabes : «Le sionisme du point de vue de ses victimes juives» (La Fabrique, 2006).  Ella Habiba SHOHAT est aussi une spécialiste de l’œuvre de Frantz FANON

Le bloc-notes de Marie-Noëlle RECOQUE DESFONTAINES
Refuser de s'enfermer dans des rôles mortifères

« Quel dommage que tu ne sois pas plus noire » de Yasmine MODESTINE / ou de la difficulté d'être française et  métisse.