Accueil

Xavier Niel va déposer son offre de reprise du quotidien France-Antilles ce lundi

Xavier Niel va déposer son offre de reprise du quotidien France-Antilles ce lundi

Selon nos informations, la société NJJ, holding personnel de Xavier Niel, prévoit de reprendre entre 115 et 135 salariés du groupe sur les 235 personnes qui étaient employées par France-Antilles. En tout, NJJ estime à près de 10 millions d'euros le budget nécessaire pour relancer le groupe. L'Etat devrait également participer.

Le feuilleton France-Antilles se poursuit. Ce lundi, Xavier Niel va remettre au tribunal de commerce de Fort-de-France  son offre de reprise du groupe de presse qui publiait trois quotidiens dans les départements d'outre-mer (Guadeloupe, Martinique, Guyane) avant sa  liquidation judiciaire  fin janvier.

Certains aspects de l'offre de reprise restent à affiner mais les grands contours de celle-ci ont été présentés aux syndicats de France-Antilles en milieu de semaine. Selon nos informations, la société NJJ, holding personnel de Xavier Niel, prévoit de reprendre entre 115 et 135 salariés du groupe sur les 235 personnes qui étaient employées par France-Antilles.

Le groupe veut conserver une enveloppe financière pour recruter à terme des profils à même de renforcer le contenu éditorial et l'offre de France-Antilles sur le numérique. En tout, NJJ estime à près de 10 millions d'euros (en comptant le coût des clauses de cession) le budget nécessaire pour relancer le groupe. 

L'Etat devrait également participer dans le cadre de la procédure de redressement des entreprises de type Ciri (Comité interministériel de restructuration industrielle). Mais ce montant n'a pas encore été arbitré.

Vers une parution quotidienne

Pourquoi Xavier Niel s'intéresse-t-il seulement aujourd'hui à France-Antilles alors que le groupe avait été placé en redressement judiciaire en juin dernier ? « On ne peut pas laisser trois territoires français à des milliers de kilomètres de la métropole sans le lien sociétal ni l'information qu'apporte un titre de presse quotidienne régionale », ont fait valoir des représentants de NJJ aux syndicats du groupe cette semaine, via une visioconférence. 

Le groupe de Xavier Niel souhaite conserver une parution quotidienne pour l'édition papier, selon nos informations, afin que le lecteur conserve un rythme et des repères précis dans le temps. « C'est une offre assez encourageante. Nous sommes rassurés sur le rythme de publication car nous croyons en l'existence d'un quotidien sur ces territoires », confie une représentante du personnel.

NJJ ne s'interdit notamment pas de réduire la pagination. Le groupe AJR participations, dernier propriétaire en date de France Antilles, souhaitait, lui, en faire des « trihebdomadaires » en vue de limiter les coûts. 

Du côté des revenus, le groupe souhaite notamment s'appuyer sur la « marque » France-Antilles pour développer l'activité événementielle du groupe via l'organisation de festivals ou de concerts. NJJ espère faire renouer France-Antilles avec la rentabilité opérationnelle d'ici deux ans au maximum.

Prochaine étape le 10 mars

Lancé en 1964, ce groupe a été le  tout dernier vestige de l'empire de presse de Feu Robert Hersant. A l'instar de toute la presse quotidienne régionale française, France-Antilles a beaucoup souffert financièrement ces dernières années, voyant reculer ses ventes papiers ainsi que ses recettes publicitaires.

En 2018, les pertes ont atteint 6 millions d'euros pour un chiffre d'affaires de 28 millions ; France-Antilles ne vendait plus que 25.000 exemplaires de ses trois éditions quotidiennes en semaine et 58.000 le week-end.

La prochaine audience du tribunal de commerce de Fort-de-France est prévue pour le 10 mars. A cette date, France-Antilles pourrait officiellement avoir un nouveau propriétaire en la personne de Xavier Niel. Ce dernier est déjà actionnaire du Monde et de Nice-Matin.

Pages