Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Université des Antilles : appel à la vigilance du SupAutonome-FO

Université des Antilles : appel à la vigilance du SupAutonome-FO

Chers collègues, chers administrateurs,

À l’issue de cette année universitaire difficile, le SupAutonome-FO tient à vous souhaiter d’excellentes vacances bien méritées. Toutefois, nous ne saurions, en dépit de ce repos auquel nous aspirons tous, nous montrer négligents à l’égard de certains éléments récents.

Tout d’abord, nous devons rester vigilants dans la défense et la protection des personnels en situation de précarité dans notre établissement, ce qui suppose nécessairement que nos propos soient en conformité avec nos actes, et ce, quel que soit le service ou la composante à laquelle nous appartenons. Je veux dire par là qu’on ne peut d’un côté prétendre défendre les personnels contractuels menacés et de l’autre, s’empresser de recruter sur des postes vacants des nouveaux agents par détachement (ces nouveaux agents étant des fonctionnaires affectés dans un autre établissement que l'Université des Antilles). Il y a là une contradiction majeure.

Cette conformité de nos propos avec nos actes doit aussi se vérifier dans le cadre de la sécurité informatique. On ne peut dans le même temps être responsable de la sécurité informatique, déplorer la diffusion de mails diffamatoires et s’autoriser soi-même à transférer à l’ensemble de la communauté un mail de ce type. 

On peut s’étonner également de certaines subites dénonciations, quand un silence de plomb régnait auparavant, lorsque nos boîtes mails étaient régulièrement polluées par ce genre de mails chaque semaine, voire plusieurs fois par semaine. Quand on dénonce, il faut tout dénoncer et non pas uniquement ce qui ne va pas dans le sens de nos intérêts !

Par ailleurs, comment parler de « chute des effectifs » quand on sait que les effectifs étudiants ont régulièrement progressé depuis 2014 et que ce sont les centres de ressources informatiques qui sont garants de ces chiffres officiels adressés au Ministère, que ce sont eux-mêmes qui ont transmis l’information de cette augmentation d’effectifs croissante depuis 4 ans ?

Enfin, il est vraiment dommage que l’attractivité encore trop faible de notre établissement soit attribuée à des mails anonymes,  et non pas à ce gigantesque détournement de fonds publics dont nous payons toujours pleinement les frais aujourd’hui.  Il est tout aussi dommageable de ne pas rappeler que l'attractivité est aussi essentiellement liée à la qualité de notre offre de formation et à sa dimension innovante: lorsqu'on reporte subitement cette nouvelle offre de formation du jour au lendemain, alors que des futurs bacheliers s'étaient déjà inscrits, voilà qui pose problème et nuit à la réputation de l'Université des Antilles. De plus quand on voit le manque de rigueur et l'absence de travail de certains responsables chargés de mettre en œuvre cette accréditation, il y a en effet de quoi se poser la question de l'avenir de notre établissement! Ce point a d'ailleurs donné lieu à de nombreux échanges au conseil académique restreint du 17 juillet dernier.

Osons poser les vrais problèmes sans langue de bois! Ne nous cachons pas derrière des pseudo-mails pour fuir les questions de fond: Quel est le rétro-planning du plan de résorption de la précarité? Quel est le planning des instances de l'établissement? À  quand la nouvelle accréditation ? À quand de vraies réponses sur la question primordiale et cruciale de la soutenabilité de notre future offre de formation? À quand la Direction des Systèmes d'Information, indispensable au pilotage de l'établissement? À quand une vraie prise de conscience du caractère inacceptable de détournements de fonds dans une université?

Est-il acceptable qu'une plateforme soit accessible le 24 juillet au moment de la fermeture de notre établissement et qu'on essaie de nous faire croire que tout va bien dans le meilleur des mondes, quand il est évident que rien n'est préparé ni anticipé? Jusqu'à quand ce pilotage à vue?

Appuyons-nous, une fois pour toute, sur les rapports d’experts produits et les documents financiers certifiés pour mettre en place la politique de l'établissement et ainsi éviter les détournements de l’histoire de notre institution. 

En tout cas, le SupAutonome-FO s’engage à cette vigilance et à la défense sans concession des droits de l'intégralité des personnels de l'établissement (titulaires ou non).

Excellentes vacances !

Pour le SupAutonome-FO  Université des Antilles

René Dorville

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages