Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

UN MEMBRE DU MINISTERE DE L’IMMIGRATION AURAIT TRAITE UN VIGILE DE «SALE NOIR»

Le responsable communication du ministère est l’objet d’une plainte pour «injures racistes», rapporte le Canard Enchaîné.

Un membre du ministère de l’Immigration et de l’Identité nationale est l’objet d’une plainte pour «injures racistes», selon le Canard Enchaîné. Il aurait traité de «sale noir» un vigile d’un hypermarché Carrefour, à Charenton, près de Paris. Il s’agit, affirme le journal, de Gautier Béranger, «responsable du pôle communication» au ministère et adjoint de Patrick Stefanini, secrétaire général du ministère.

Selon le journal, le conseiller d’Hortefeux se serait énervé quand le vigile aurait emporté ses papiers pour vérification, «une procédure obligatoire quand un chèque dépasse 250 euros, le sien (étant) de 528,06» euros. Gautier Béranger lui aurait alors dit qu’il pouvait «mettre une croix sur sa carrière, c’est moi qui donne les accréditations aux sociétés de gardiennage !» Plus grave, {{le responsable communication l’aurait menacé de le «renvoyer dans son pays}}», alors que le vigile est français, selon le Canard Enchaîné. L’employé de Carrefour a déposé plainte au commissariat du XIIe arrondissement. Des témoins de la scène ont aussi proposé leur témoignage à la victime de ce qui constitue une insulte raciste, si les faits sont avérés.

Joint par le «Canard», Gautier Béranger nie les faits. «Vous me l’apprenez, je n’en reviens pas», assure-t-il, donnant au passage sa version, où tout incident a disparu: «J’ai discuté très gentiment avec un Monsieur fort sympathique d’ailleurs, je me suis juste inquiété de savoir où il partait avec mes papiers et lui m’a demandé où je travaillais». Et le responsable du ministère d’ajouter: «Rien de pire que les agressions raciales, ça je ne l’accepte pas !»

LIBERATION.FR : mercredi 30 avril 2008
----
{{Le vigile traité de «sale noir» par un fonctionnaire réclame des excuses publiques}}

Le vigile injurié réclame des excuses publiques au fonctionnaire du ministère de l'immigration. Il affirme en outre avoir reçu des menaces pour qu'il abandonne ses poursuites.

Après avoir porté plainte contre un membre du ministère de l'immigration, le vigile traité de "sale noir", Pierre-Damien Kitenge, réclame des excuses publiques pour retirer sa plainte.

La plainte déposée a été transmise au parquet de Créteil, les faits s'étant produits dans une grande surface du centre commercial Bercy 2 de Charenton-le-Pont (Val-de-Marne).

Samedi 26 avril, Gautier Béranger, adjoint au secrétaire général du ministère de l'Immigration, fait ses courses dans un magasin Carrefour et veut payer par chèque. Le montant étant élevé, plus de 500 euros, selon Pierre-Damien Kitenge, la caissière le sollicite pour aller faire les vérifications d'usage. Le fonctionnaire aurait alors lancé à un vigile: "Monsieur, vous n'avez pas le droit de toucher mes papiers, sale noir, je vous connais, vous êtes sans papiers et vous faîtes du trafic de papiers. Vous ne savez pas qui je suis, vous pouvez faire une croix sur votre carrière".

{{Appels anonymes}}

"Choqué" d'avoir été traité de la sorte, il décide de porter plainte. Convoqué lundi dans le bureau du directeur du magasin Carrefour, il se serait vu demander de retirer sa plainte parce que Gautier Béranger, contacté par le gérant du magasin, aurait présenté des excuses. "J'assume ce que je fais, je maintiens ma plainte dès lors qu'il ne m'a pas présenté des excuses publiques", a répondu Pierre-Damien Kitenge.

Depuis, il a reçu "trois ou quatre appels anonymes" lui intimant de retirer sa plainte. "Mon travail est en jeu, il n'y a plus grand espoir. Une fois que les médias m'auront oublié, je serai mis à la porte ni vu ni connu», pronostique-t-il. Par ailleurs, des témoins de la scène -- des employés présents près des caisses -- lui avaient proposé de témoigner en sa faveur mais auraient, selon lui, été "sommés par leur direction de ne pas faire de commentaire et encore moins de témoigner".

Libération.fr (avec AFP)
vendredi 2 mai 2008

Commentaires

shaka_zulu1 | 09/05/2008 - 19:58 :
C'est ce que je disais sur un autre site:www.bworldconnection.com.Vous pouvez brailler que vous êtes français, votre couleur de peau ou votre faciès vous rappellera toujours vos origines et ce même si vous êtes né en France.Si c'est un conseiller d'Hourtefeux, il ne faut pas être surpris.j'ai toujours dis que Sarko aurait pu bien mettre Le Pen ministre de l'intérieur.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages