Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

UN JOURNALISTE FRANÇAIS EN BUTTE À LA JUSTICE ISRAÉLIENNE

UN JOURNALISTE FRANÇAIS EN BUTTE À LA JUSTICE ISRAÉLIENNE

Depuis bientôt sept ans, le journaliste Jacques-Marie Bourget attend réparation. Grièvement blessé au poumon et au bras gauches, le 21 octobre 2000 à Ramallah, en Cisjordanie, par une balle tirée, selon son intime conviction, par un soldat israélien, Jacques-Marie Bourget a porté plainte, en France, pour tentative d'homicide involontaire, soutenu par l'organisation Reporters sans frontières qui s'est constituée partie civile.

Venu en Israël, au début de la deuxième Intifada, pour le compte de l'hebdomadaire Paris Match, dont il était un collaborateur régulier, le journaliste avait été touché alors qu'il se trouvait en compagnie de confrères à proximité d'un carrefour, théâtre d'affrontements réguliers entre l'armée israélienne et de jeunes Palestiniens.

Selon les témoignages d'autres journalistes présents sur les lieux, Jacques-Marie Bourget, frappé aujourd'hui d'une invalidité de plus 40 %, aurait pu être victime d'un tir provenant d'un hôtel surplombant le carrefour et où avaient pris position des soldats israéliens.

L'expertise de la balle restée entre le poumon et l'omoplate et extraite ultérieurement tend à accréditer ces témoignages. Elle a montré qu'il s'agissait d'un projectile de fabrication israélienne pouvant être tiré par les fusils d'assaut M-16 ou Galil dont sont équipés les fantassins israéliens. Une commission rogatoire a été délivrée, le 27 avril 2005, par une juge du tribunal de grande instance de Paris. Les autorités israéliennes se sont gardées d'y donner suite, ainsi qu'à une demande de déplacement de la magistrate.

Le Quai d'Orsay, sollicité à de nombreuses reprises par l'avocat de la victime, maître William Bourdon, a conseillé une saisine directe de la justice israélienne qui, selon les diplomates chargés du dossier, donne "davantage de résultats", ce dont doute l'avocat de Jacques-Marie Bourget.

Le 29 août, William Bourdon a sollicité l'aide du président de la République, Nicolas Sarkozy, pour débloquer le dossier. Quelques jours plus tard, la justice israélienne a signifié officiellement à la juge française qu'elle ne collaborerait pas avec elle dans cette affaire.

{{Gilles Paris}}

{LE MONDE - 24.09.07 - Article paru dans l'édition du 25.09.07
_ Monde.fr}

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages