Accueil

Scandale CEREGMIA : c'est le Parquet National Financier de Paris qui a désormais les choses en mains !

Scandale CEREGMIA : c'est le Parquet National Financier de Paris qui a désormais les choses en mains !

   Finie la rigolade ! Pas trop tôt diront ceux qui, depuis cinq ans, s'échinent, contre vents et marées, à faire éclater la vérité quant à ce dossier où plus de 10 millions d'euros, essentiellement des fonds européens attribués à l'université des Antilles, sont en jeu. 

   En effet, c'est ce samedi 25 mai qu'il a été officiellement transmis par le Parquet de Fort-de-France au Parquet National Financier dont le siège est à Paris. Cette dernière est une redoutable institution, disposant de moyens considérables et doté d'un personnel hautement qualifié composé de fins limiers, de spécialistes des finances publiques et autres informaticiens surqualifiés. Bonda sé boug CEREGMIA a miné ! dirait-on en langage insulaire, ce qui peut se traduire par Les types du CEREGMIA sont foutus ! en langage hexagonal.
   Rappelons que 7 personnes sont mises en examen, 6 universitaires et 1 agent-comptable, quoique le rapport de l'IGAENER (Inspection Générale de l'Education Nationale et de la Recherche) en liste 34 autres, ce qui fait un total de 43 personnes impliquées à différents niveaux. Soit trois de plus qu'Ali BABA ! Personnes qui auront, elles aussi, à rendre des comptes, le moment venu. Et ça tant en Martinique qu'en Guadeloupe et en Guyane puisque le CEREGMIA régna vint ans durant sur ces trois territoires dits "ultramarins". Finie donc la rigolade !
   Sinon nos 7 inculpés ("mis en examen" dit-on en langage poli) sont poursuivis pour les délits suivants :
   
  . Atteinte à la liberté et à l'égalité d'accès aux marché publics ou de délégation se service public.
 
   . Recel de ce délit.
 
   . Escroqueries en bande organisée au préjudice des intérêts financiers  de l'Union Européenne par la captation indue de fonds communautaires (FEDER, FSE et ADEME).
 
   . Soustraction de biens par une personne chargée d'une fonction publique.
 
   . Faux et usage de faux en écritures publiques et immixtion dans une fonction publique.
 
   Bigre ! serait-on tenté de dire, ce qui peut se traduction par "Manman-manman !" en langage ensoleillé. Et à cela il faut ajouter tous ceux qui, en dépit de ces graves accusations, ont tout tenté pour essayer réintégrer le trio dirigeant du CEREGMIA au sein de l'Université des Antilles, n'eut-été la vigilance des combattants de l'anti-corruption. Cela au nom d'une soi-disant "politique d'apaisement" !!! Politique "malpwop" qui doit certainement dissimuler des complicités non encore mises à jour et dont le Parquet National Financier s'occupera aussi. Rira bien qui rira le dernier. Kontinié fè kouyon, zot ké sav !
   Sinon pas moins de 14 projets de l'ex-CEREGMIA sont dans le collimateur des enquêteurs, projets tous portés ou conduits par celui-ci et son patron de l'époque, Fred CELIMENE. 14 projets qui ont bénéficié de la somme faramineuse de 10 millions d'euros au bas mot. Au bas mot car en réalité, il s'agirait de nettement plus. Quarante-trois personnes doivent faire dans leur froc désormais et ce n'est que justice car les fonds publics ne tombent pas du ciel : ce sont les impôts payés par les citoyens...
Image: 

Pages