Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Résolution du meeting du vendredi 28 août 2015

présentée à ce jour par :

Collectif de mobilisation des enseignants néo titulaires et stagiaires de Martinique  

Collectif parents personnels pour l'unité contre les suppressions de postes et les mutations forcées 

SNETAA FO 

UPEM ( Union des Parents d'élèves de Martinique) 

FCPE

Cette résolution est en cours de discussion avec d'autres organisations syndicales

Nous participantes et participants au meeting du 28 août 2015 pour l'annulation des suppressions de postes et le maintien en Martinique des néo titulaires  et stagiaires qui en ont fait le vœu.

        

         Nous pouvons comprendre que gérer la ressource humaine n’est pas simple.

         Mais comment admettre que depuis de nombreuses années notre académie détienne le record des suppressions de postes (804 depuis 2009) avec, pour conséquences, de plus en plus de  classes surchargées, la non satisfaction des vœux de nombreux élèves, le non remplacement d'enseignants absents, obligeant alors les familles à dépenser d’importantes sommes d’argent pour des cours particuliers,  la multiplication de postes d'enseignants partagés entre deux ou plusieurs établissements, le non remplacement de départs à la retraite, la quasi impossibilité de retour pour les stagiaires et néo titulaires mutés hors de Martinique ?

 

         Considérant que, afin de faire appliquer avec zèle cette politique de dégradation de l'école publique, les gouvernements rétribuent la performance des Recteurs par une prime dite de responsabilité proportionnelle au nombre de suppressions réalisées. Ainsi, M. le Président François Hollande, dans le sillage du gouvernement Sarkozy qui avait  institué cette prime  par décret du 12 novembre 2010,  l'a augmentée de 10 000€ par un arrêté du 23 décembre 2014.

 

         Considérant que la baisse démographique utilisée comme justification de ces suppressions est le fruit d'une politique d'émigration massive des forces vives du pays via le BUMIDOM, politique qui se poursuit aujourd'hui par l'incitation à la mobilité de nos jeunes, surtout diplômés.

 

         Considérant que  la  baisse des effectifs scolaires  provoquée par cette politique ne doit pas continuer d'être un critère principal pour la baisse des moyens mais au contraire doit permettre d'améliorer la qualité de l'enseignement et l'accompagnement de nos jeunes de plus en plus en difficulté après le baccalauréat.

 

         Considérant que cette politique a entraîné une dramatique diminution de la population martiniquaise. Ainsi, le Président de la Commission  Emploi Formation et Dialogue social de la CGPME Martinique a lancé un cri d'alarme sur le fait que, selon l'INSEE, la Martinique a perdu 40 000 habitants de moins de 40 ans  entre 2006 et 2014.

        

Considérant la recrudescence d’affectations hors de Martinique d'enseignants néo titulaires et stagiaires, alors même qu'il existe des postes et besoins dans l’Académie

 

Considérant l'extrême lourdeur des charges financières pesant sur ces enseignants mutés.

 

         Considérant que l'argument du concours National utilisé pour justifier ces mutations forcées est remis en cause par le très officiel rapport sur l'Emploi Outre-Mer du député réunionnais Patrick LEBRETON qui préconise la priorité d'emploi en outre-mer aux ressortissants d'outre-mer et un contrat de retour pour ceux obligés de partir : «  Les Outre-Mer sont réellement différents tant par les modes de vie que par la géographie, la structure économique et les écosystèmes. […] L'exemple le plus significatif est la maîtrise de la langue locale. […] leur non maîtrise pour des agents affectés à des missions de contact avec les usagers, peut s'avérer problématique »

        

         Considérant que dans le contexte actuel de chômage et d'hémorragie démographique le maintien en Martinique des enseignants martiniquais est une question  de survie humaine  et culturelle du pays.

 

Considérant que nous avons atteint la limite du supportable.

 

         Refusons cette politique de suppressions de postes et de mutations forcées qui frappe  l'académie depuis de trop nombreuses années

         Exigeons le rétablissement des postes et moyens supprimés et le maintien en Martinique des néo titulaires et stagiaires qui en ont fait le vœu

         Nous solidarisons du combat en cours, destiné à trouver une solution définitive à ce problème récurrent.

         Réclamons , pour ceux mutés hors de l'académie, une prise charge complète de leurs frais de déménagement et de transport, ainsi que des mesures sérieuses d'aide au logement sur leurs lieux d'affectation

 

         Appelons à la tenue dans la semaine de la rentrée d'Assemblées générales et à l'élaboration avec les parents d'élèves d'états de lieux visant à montrer les besoins réels des établissements souvent camouflés par l'imposition d'heures supplémentaires qu'il conviendrait de refuser massivement.

         Appelons à un rassemblement avec les organisations syndicales et les associations de parents d'élèves samedi 5 septembre, 9h, maison des syndicats, pour faire le point sur ces états des lieux et prendre au besoin les mesures d'action nécessaires.

 

         Proposons de lancer une campagne unitaire avec l'appui des élus en direction du gouvernement pour faire respecter le droit de vivre et travailler au pays, le droit au retour de celles et ceux qui ont été forcés de partir, le déblocage à cet effet de moyens incluant la diminution des effectifs, la transformation en postes des BMP de 18h, le remplacement des départs à la retraite, et le blocage des postes et moyens existants pour leur affectation aux enseignantes et enseignants martiniquais ou conjoints, sauf pour les disciplines déficitaires.

 

 

 

PETITION

 

Les soussignés se solidarisent de la résolution  ci jointe votée au meeting du 28 août 2015 pour l'annulation des suppressions de postes et le maintien en Martinique des néo titulaires et stagiaires qui en ont fait le vœu, résolution présentée par :

Collectif de mobilisation des enseignants néo titulaires et stagiaires de Martinique  

Collectif parents personnels contre les suppressions de postes et les mutations forcées 

SNETAA FO  

UPEM  

FCPE 

 Cette résolution est en cours de discussion avec d'autres organisations syndicales.