Accueil

RCI : quelle école de journalisme a fréquenté Jean-Marc Pulvar ?

RCI : quelle école de journalisme a fréquenté Jean-Marc Pulvar ?

   C'est la question que nous lui posons en espérant une réponse sous huitaine car sans réponse de sa part, nous nous trouverions dans l'obligation d'enquêter sur son cursus. Ou plus exactement nous chercherons à savoir si le brio de son cursus lui donne le droit d'être aussi scandaleusement partial sur une radio qui, certes ne vit pas de la redevance et de l'aide de l'Etat, mais des annonceurs publicitaires lesquels annonceurs misent sur la crédibilité du média qu'ils payent pour faire passer leurs pubs.

   Or, quelle crédibilité possède aujourd'hui RCI avec "journaliste" tel que Jean-Marc PULVAR, ancien pigiste à RLDM ("la radio de MARIE-JEANNE" comme dit le bon peuple), puis ancien pigiste au magazine ANTILLA ?

   Chacun se souvient que durant l'année 2015, Jean-Marc PULVAR avait outrageusement pris parti pour S. LETCHIMY et le PPM dont, il est vrai, la victoire était annoncée aux premières élections de la CTM (Collectivité de Martinique) par nos grands instituts de sondage tropicaux. Il avait relayé sans discontinuer la prétendue "Affaire GREEN PARROT" qui vient de faire pschiiit devant la 11è Chambre Correctionnelle de Paris.

   Dans le même temps, s'agissant du scandale CEREGMIA, sans jamais évoquer une seule fois les 4 rapports accablants écrits par des institutions françaises (parmi lesquels la Cour des comptes), rapports qui pèsent sur ce groupe de recherches en économie de l'Université des Antilles, il avait cherché à dédouaner leurs responsables, en particulier leur chef, Fred CELIMENE. Il est vrai que qui se ressemble s'assemble. Quand on défend le PPM on ne peut que défendre le CEREGMIA dont CELIMNE est membre depuis deux décennies au moins.

   Aujourd'hui, il interviewe des représentants du Collectifs des Etudiants qui s'oppose au retour sur leur campus du trio du CEREGMIA et il recommence, face à des jeunes déterminés et sincères, mais peu habitués à l'exposition médiatique, ses mêmes entourloupes visant à blanchir ses copains accusés d'avoir détourné 10 millions d'euros et sur lesquels pèsent 7 mises en examen dont celui de "détournements de fonds publics en bande organisée au détriment de l'Union européenne".

   Les responsables de RCI, qui fut la première radio écoutée en Martinique pendant des années, devraient s'interroger sur sa perte de crédibilité et se demander si par hasard le manque criant de déontologie de certains "journalistes" n'en seraient pas responsable. Car RCI tout comme MARTINIQUE 1è est censé être un média d'information, pas un média d'opinion.

   Or, Jean-Marc PULVAR n'a eu de cesse de le transformer en média d'opinion...

Pages