Accueil

Qui est Natou Pedro Sakombi, la deuxième femme de Kemi Seba ?

Ignace SOSSOU (in "News BENIN WEB-TV")
Qui est Natou Pedro Sakombi, la deuxième femme de Kemi Seba ?

   Très active sur les réseaux sociaux, la ravissante femme belge d’origine nigériane et congolaise, Natou Pedro Sakombi, en plus d’être la seconde épouse du remuant leader panafricaniste Kemi Séba, est aussi  une chercheuse indépendante en Histoire.  Collectionneuse des casquettes d’auteure et  chroniqueuse radio spécialisée dans le récit de l’histoire de l’Afrique et de la femme noire, Natou Pedro Sakombi est la Directrice du magazine féminin « Reines et Héroines d’Afrique ».

   Femme polyvalente, Natou Pedro Sakombi soutient (aux côtés de sa co-épouse, l’institutrice camerounaise Etuma Seba) corps et âmes son mari face aux grands défis politiques que l’Afrique connait en ce début de siècle. « Le combat que mène Kemi depuis presque vingt ans maintenant a pris ces derniers temps un tournant décisif. Jamais depuis les prétendues indépendances, la société civile africaine ne s’était autant mobilisée pour la libération du continent » avait-elle fait savoir en septembre 2017 lors d’une interview.

   Aussi belle que brillante, et surtout aussi brillante que polyvalente, Natou Pedro Sakombi estime que la question du francs cfa que Kemi et l’ONG Urgences Panafricanistes ont su remettre sur la place publique, suscitant d’ailleurs la vexation de certains experts, est en réalité une sorte de printemps africain qui est lancé. « Pensez-vous qu’une personne suscitant autant d’ébullition puisse être appréciée des pilleurs de l’Afrique et de ces africains qui profitent des bienfaits que leur offre la mangeoire ? » s’est-elle interrogée.

   Très attachée aux valeurs africaines, Natou Pedro Sakombi pense que l’africain est l’être le plus spirituel qu’il soit. Pour elle, le fait d’avoir violé le respect de certains totems, le fait d’avoir rompu certaines alliances ancestrales, est l’une des raisons du déclin et de la décrépitude culturelle, économique et politique de l’africain.

Pages