Accueil

Quelle place pour les "Békés" à la Réunion ?

zinfos974.com
Quelle place pour les "Békés" à la Réunion ?

Un nombre croissant de patrons "Békés" s'installe à la Réunion. Au delà de l'effet d'aubaine à court terme, il convient de s'interroger sur les conséquences de ces arrivées sur le tissu économique réunionnais.

A la tête de ces investisseurs, Bernard Hayot, celui qui les a précédés il y a déjà de nombreuses années et qui, ayant réussi son implantation, les incite à faire comme lui, à ne plus investir aux Antilles, qu'il considère comme "perdues" et à le rejoindre à la Réunion.

Le groupe Hayot est aujourd'hui bien sûr installé aux Antilles, mais aussi en métropole, à la Réunion, en Nouvelle Calédonie, au Maroc, en Algérie, en Chine... C'est 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires et entre 80 et 100 millions d'euros de bénéfices par an. Autrement dit, une force de frappe considérable, qui lui permet d'acheter ce qu'il veut là où il veut.

A la Réunion, Hayot est déjà propriétaire de Carrefour, Mr Bricolage, Décathlon, Yves Rocher, Danone, Renault, Contrans, Ecoré, etc... Et il continue à acheter.

Et c'est bien là que se situe le problème. Il occupe d'ores et déjà une position dominante dans nombre de domaines à la Réunion, et il continue à s'étendre dans toutes les directions, tout en renforçant ses positions là où il est déjà présent.

Par exemple, le groupe betteravier Tereos a récemment racheté le groupe Quartier Français, le 1er groupe industriel de la Réunion. Seule la branche "sucre" du groupe l'intéresse et il s'apprêterait à vendre les principales filiales. Devinez qui est sur les rangs pour racheter? Gagné! Le groupe Hayot...

Prenons un autre exemple, le fameux projet Gerri... Voilà un projet soit-disant fait par et pour les Réunionnais. Avez-vous vu un groupe local impliqué dans le projet? Aucun! On y trouve Total, EDF, GE Money (un groupe américain...),  Renault et... le Groupe Bernard Hayot. Lequel a voyagé dans l'avion présidentiel...

Au fait, pourquoi avoir choisi de mettre en exergue les véhicules électriques Renault, comme par hasard représenté par Hayot à la Réunion, alors que Peugeot, représenté par Caillé, importera dans l'ile des voitures électriques un an avant? Et pourquoi le groupe Caillé s'est-il vu opposer une fin de non-recevoir quand il a tenté de participer à l'opération?

Vous me direz que nous avons Jacques de Chateauvieux, qui préside le projet Gerri. C'est vrai. Mais, là encore, quand le Président de la République a fait applaudir tous les participants au projet à Saint-Pierre, un seul a été oublié alors qu'il était pourtant présent sur le podium : Jacques de Chateauvieux... Je vous laisse imaginer sa réaction devant l'affront subi...

Enfin, dernier épisode de cette guerre économique : le groupe Hayot a déposé un dossier qui sera examiné jeudi par la CDAC (Commission départementale d'aménagement commercial) pour l'implantation d'un hypermarché Carrefour de 6.000m² (la plus grande surface uniquement alimentaire de l'île...) juste en face du l'hyper Géant du groupe Caillé, dans la ZAC Canabady à Saint-Pierre. L'objectif est clair : fragiliser le "navire amiral" de la branche distribution du groupe Caillé et du même coup porter un coup fatal à un groupe déjà bien abîmé par la crise dans l'automobile.

Sur le plan technique, le dossier a peu de chances de passer puisque le premier critère normalement pris en compte par la commission est celui de l'aménagement du territoire. Or, les accès à la ZAC Canabady sont déjà saturés par les embouteillages et ce serait une ineptie d'y implanter une grande surface supplémentaire.

Restent les contingences politiques. Et il est de notoriété publique que ces dernières, surtout si elles sont accompagnées d'arguments sonnants et trébuchants, peuvent parfois surprendre.

Une grande responsabilité va peser sur les membres de la CDAC qui vont prendre cette décision.

On sait comment les "Békés" dirigent les Antilles et les dégâts qu'ils y ont fait. Reste à savoir si certains ont envie qu'ils imposent les mêmes méthodes à la Réunion... Avec les mêmes conséquences qu'aux Antilles dans 10 ans... A moins que ce ne soit le but recherché?

 

Source : http://www.zinfos974.com/Quelle-place-pour-les-Bekes-a-la-Reunion_a14414.html