Accueil
Le billet du jour

Péché lambi...

   Chacun se souvient de ce roitelet, enfin de ce maire (c'est pareil de toute façon dans cette îles aux fleurs fanées) d'une commune enclavée, Fonds Z'Abricots, que la douane avait/aurait surpris avec 150kgs de lambis à bord de son bateau alors que la pêche de ce crustacé, menacé de disparition dans les eaux de la Martinique, est strictement réglementée.

   Sa Majesté le Maire, encarté EPMN, avait/aurait fait appel à The President of Martinique, alias "le Christ de Texaco" (Patrick Chamoiseau, Prix Goncourt), alias "le quimboiseur de nos peurs ancestrales"' (Serge Souffleur, Prix Barbancourt), qui s'était/se serait empressé de contacter son patron, The Préfet of Martinique (qui n'avait jamais été préfet, mais directeur de cabinet de Toto quand ce dernier était ministre des dernières colonies), lequel avait/aurait contacté le chef de la douane lequel avait/aurait demandé au sous-fifre qui avait/aurait arrêté en haute mer le maire de Fonds Z'Abricots de lâcher l'affaire illico presto.

   Bon, dis comme ça, ça a l'air diantrement compliqué, mais en fait ça ne l'est pas du tout, mais alors là pas du tout !

   C'est un machin d'une simplicité simplissime en fait. Une simple (ou une grosse, comme on voudra) erreur de traduction. Les anti-EPMN étaient immédiatement montés sur leurs grands mulets, enfin, chevaux, pour dénoncer Sa Majesté le Maire et le vouer aux gémonies. Les écologistes avaient rué dans les brancards, les évangélistes avaient appelé la foudre de Jéhovah sur la tête du coupable et les PPMistes avaient râlé contre un des leurs qui les foutaient une fois de plus dans la merde. Comme si ça ne suffisait pas avec les appartements vides de la Tour Lumina, les vedettes Madinina, les magasins de Louboutin et de sandalettes, l’affaire X-Pay, petit frère tropical de PAYPAL, les petite-mains et les neveux charroyeurs de coke et de grosses coupures, les téléphériques verts (de peur), les lycées de transit incapables de construire leur toilettes pour les intestins scolaires fragiles et tutti quanti.

   Sa Majesté avait été convoquée par The President of Martinique devant lequel il n'était plus qu'un roturier, un "bitako gwo zotey" en dialecte local, celui des bâtisseurs de paradis (artificiels).

   __Tu as merdé avec ton truc de lambis !

   __Non, Président, c'est une erreur...

   __Pff ! Tous font leurs conneries et après ils viennent pleurnicher pour moi "C'est pas ma faute ! C'est une erreur !". Man bon épi zot !

   __J'ai bien pêché des lambis mais...

   The President jaillit de son trône pointant un doigt vengeur au visage du maire de Fonds Z'Abricots :

   __Tu vois ! Tu reconnais tes torts ! Mais espèce de couillon, qu'est-ce qui t'a pris de ramasser 150gs ? Tu pouvais pas ramasser, je sais pas moi...50kgs par exemple.

   __La surpêche du lambi est interdite, monsieur le Président, sauf vot' respect et...

   __Non, mais ce bouffon se fout de ma gueule en plus ! hurla The President en se tournant vers ses conseillers (muets 100% du temps et payés pour l'être). Il vole des lambis et en plus, il a le culot de me dire que c'est interdit !!! Mais qu'et-ce qui m'a foutu un pays pareil ? J'ai fait quoi à Krishna et à Erzulie, hein Souffleur ?

   Silence de mort. The President cogite. Le toupet du maire lui sort par les yeux, l'indispose, lui soulève le foie.

   __Monsieur le Président, fait timidement le premier édile de la commune enclavée, vous...vous savez parler créole ?

   __Qu'est-ce que tu me racontes là ? Tu cherches à faire diversion ou quoi ? Et que si que je sais parler créole ! Nou ka pwan'y la ou lé lè ou lé ! Sé pa an sel manman ka fè yich méchan !...

   __Je suis très sérieux, monsieur le président...

   __Pff !

   __Oui, en créole, "péché lanbi", ça signifie "somnoler". Plus exactement « somnoler en dodelinant de la tête »....Je somnolais donc sur mon bateau en dodelinant de la tête quand la douane m'est tombée dessus, voilà tout !

   __Et t’as pris cette définition où ? éructe, peu convaincu, The President of Martinique.

   __Dans un dictionnaire du créole martiniquais. Enfin, le seul qui existe à ce jour…

   __Ah bon ? Ca existe ça ?

   __Oui…oui, monsieur le Président. Même que c’est un « chien abiyé an moun » qui l’a écrit !   

   The President of Martinique et sa garde rapprochée se rapprochèrent de l'édile campagnard. Stupéfaits, ébahis, ébaubis, époustouflés, écorniflés ! Puis, tous entamèrent une danse-ladja, hérité de nos peurs ancestrales, en plein bureau régional, et entonnèrent un chant guerrier originaire de Bobo-Dioulasso :

   __Nou pwan yo ! Nou pwan yo ! An b...da manman-yo !

   Dès le lendemain, un communiqué présidentiel fut publié : le maire de Fonds Zabricots n'avait aucunement attenté à l'espèce menacée qu'est le lambi. Il avait simplement somnolé en dodelinant de la tête sur son bateau à l'heure la plus chaude de la journée.

   Yé Mistikrik ! Yé Mistikrak !

   C'est pris fin...

Pages