Accueil

PAUL KIBANGOU, POLONAIS D’ORIGINE CONGOLAISE, CANDIDAT AUX ÉLECTIONS EUROPÉENNES

Il ne faut plus s’étonner de rien. C’est ainsi que dans la très « aryenne » et très catholique Pologne où jadis les Juifs étaient honnis et où encore aujourd’hui les Roms (Tsiganes) sont voués aux gémonies, voici qu’un immigré congolais ayant adopté la nationalité polonaise, Paul Kibangou, a décidé de se porter candidat aux prochaines élections européennes.

Son programme s’appuie sur une double idée : permettre, d’une part, à son pays d’adoption, la Pologne donc, de reconquérir des parts de marchés en Afrique et d’autre part, favoriser l’écoulement des produits africains sur le marché polonais.

Les Noirs étant très peu nombreux en Pologne, Paul Kibangou devra nécessairement compter, s’il veut être élu, sur le vote de ses compatriotes slaves. On notera que non seulement les Polonais n’ont pas de passé colonial et esclavagiste (ce pays fut plusieurs fois envahi et dépecé au cours de son histoire), mais que les mercenaires polonais de l’armée de Napoléon 1er, venue reconquérir Saint-Domingue et y rétablir l’esclavage, sont passés en masse du côté des Nègres révoltés et donc de Toussaint-Louverture et de Jean-Jacques Dessalines. A l’indépendance, le 1er janvier 1804, il leur fut accordé la nationalité du nouvel état, Haïti, et en 1806, ils échappèrent au « massacre général des Blancs » décrété par Dessalines, devenu entre temps empereur. Aujourd’hui, dans les villages de Cazal et de Fond-des-Blancs, en Haïti, on trouve encore les descendants blonds aux yeux bleus de ces mercenaires de l’époque coloniale. Rien, ni dans le langage, ni dans la manière de vivre, ni dans les croyances ne les distinguent de leurs compatriotes à peau noire.

La Martinique, elle aussi, a eu un rapport avec la Pologne : ce fut lors de la tentative de conquête du Mexique, au milieu du XIXe siècle, par Napoléon III. La flotte française fit escale durant un mois à Fort-de-France et de nombreux mercenaires polonais décidèrent de rester dans le pays ou de déserter dans les campagnes où ils épousèrent des négresses. D’où les patronymes martiniquais d’origine polonaise qui nous sont si familiers : Labinsky, Lowensky, Sobesky etc…D’où aussi le nom du quartier « Lowensky », en pleine campagne de Rivière-Pilote.

On ne peut donc que souhaiter bonne chance au candidat Paul Kibangou.