Accueil

OUVERTURE D'UNE LICENCE D'INTERLECTE A L'UNIVERSITE DE SUEDE

OUVERTURE D'UNE LICENCE D'INTERLECTE A L'UNIVERSITE DE SUEDE

   Bonne nouvelle pour les trop nombreux chômeurs martiniquais qui, dès l'aube, assiègent les bureaux de Pôle Emploi ! Enfin quand les transports en communs ne sont pas en grève.

   En effet, on vient d'apprendre que l'université de Suède (oui, le pays où sont décernés les Prix Nobel !) ouvre en cette rentrée un tout nouveau diplôme et que pour en assurer l'encadrement pédagogique, il recherche des instructeurs martiniquais : une licence d'interlecte. Mieux : aucun doctorat n'est requis comme dans toute université qui se respecte. Un test sera organisé fin septembre (les cours débuteront le 15 octobre) avec des linguistes suédois sous la haute supervision scientifique du découvreur de l'interlecte, un Antillais qui n'a jamais badiné avec le baragouin et qui, toute sa vie, a cherché la langue antillaise.
   Pour se préparer à ce test, il est quand même recommandé de savoir ce qu'est l'interlecte. Cet idiome, en effet, n'entretient que des rapports épisodiques ou plutôt épileptiques avec les deux qui sont en vigueur depuis bientôt quatre siècles dans notre île ensoleillée à savoir le créole et le français. L'interlecte n'est pourtant ni de l'esperanto ni du petit-nègre quoiqu'il entretienne des liens étroits avec ce dernier. Jusqu'à ce jour, il a été difficilement discernable et cernable et aucun mouvement de défense et de promotion de l'interlecte n'a jamais vu le jour. Aucun livre n'a encore été rédigé dans cette parlure et personne n'a encore réclamé à cors et à cris la création d'un CAPES d'interlecte et encore moins d'une Agrégation d'interlecte.
   Qu'à cela ne tienne ! L'Université de Suède et son savant antillais ont décidé de se jeter à l'eau.
   Si cela vous tente de postulez pour devenir instructeur dans cet établissement supérieur scandinave, testez-vous d'abord à l'aide du court texte ci-après en interlecte. Si tout vous paraît naturel, normal, si rien ne vous interpelle ni ne vous choque, alors vous êtes presque sûr d'être embauché:
  "Bomaten-an, man té à deux doigts di vini lakay-ou, mé man té ni an empêchement de dernière minute parce que boug-la ki té pou réparé véhicule-mwen an pa sa respekté les horaires. Silon sa man apwann, sé labitid-li trété moun par-dessus la jambe é magré i ka trapé ladjè épi kliyan'y de manière régulière, sé pa pou sa i ka chanjé di ligne de conduite. Misié sé nivé-mwen mé ou za konnet les liens familiaux de nos jours, yo ka distend telman que sé pa menm lapenn éséyé fè'y la moindre remontrance."
   Ne soyez point horrifié par ce baragouin, c'est juste de l'interlecte !...

Pages