Accueil

Où sont passés les $40 Millions: JACMEL DEMANDE DES COMPTES À STÉPHANIE BALMIR VILLEDROUIN

Où sont passés les $40 Millions: JACMEL DEMANDE DES COMPTES À STÉPHANIE BALMIR VILLEDROUIN

Où sont passés les quarante millions de Chavez ?

Madame la Ministre du tourisme, Stéphanie Balmir Villedrouin, vous avez la parole.

LES FAITS 

On était à environ 6 mois du tremblement de terre du 12 Janvier 2010. Jacmel, titubant sous le poids des décombres, avec peine se relevait.

Jacmel, la fière, la ville d’Alcibiade Pommerac, de Roussan Camille, de Morisseau Leroy, de René Depestre, de Michael Jean, de Jean Metellus… Etc… a toujours trouvé un moyen de se relever de ses déboires: Incendies meurtrières de 1858, de 1896 et de 1958 ; désastres naturels des cyclones Hazel, Ines, Flora, Gordon, elle avait trouvé la résilience pour renaitre de ses cendres…

Le président Chavez du Venezuela, associant la parole au geste, avait fait don de quarante millions de dollars américains à la ville de Jacmel après le séisme du 12 Janvier 2010 «Jacmel, je m’en souviens.»  a-t-il dit.  Il faut brièvement se rappeler que le drapeau de la Grande Colombie a été confectionné dans la rade de Jacmel et c’était bien à Jacmel que Simon Bolivar avait lancé son expédition victorieuse, comme un Robert Bruce, après deux défaites cuisantes. Le président Pétion lui avait fourni des vivres, des munitions, de l’argent, mis à sa disposition quatre cent soldats aguerris avec la seule condition de libérer les esclaves dans les territoires conquis.

Jacmel, je m’en souviens… La mémoire n’est pas un tiroir ou l’on viendrait  tirer des informations à volonté.  La mémoire est affective.

La ville de Jacmel avait pompeusement accueilli l’Ambassadeur du Venezuela et La Ministre Stéphanie Balmir Villedrouin.  La manne du ciel, le grand Chavez, on se  répétait, l’un l’autre.

La Ministre du Tourisme, Son Excellence Madame Stéphanie Balmir Villedrouin  était la coordinatrice, la maestria. Elle était en charge. Elle dirigeait.  Mes amis, c’était environ deux fois par semaine qu’elle se montrait à Jacmel.  Réunions par ici, réunions par là … à l’hôtel Lamadou, à l’hôtel Florita, à l’hôtel Caribe, au ministère du tourisme. L’enjeu était de taille. Jacmel accourut… haletante, tressaillante. Des tressaillements de joies, des roucoulements pareils, on eut dit, à ces Alléluia, ces Amen, ces Grace la miséricorde, ces AyiBobo qu’on entend dans les cérémonies religieuses, et La Ministre présidait.

 La mémoire est affective. Jacmel s’en souvient...

 La Ministre du Tourisme reçut les quarante millions par tranches de vingt millions. Elle en avait annoncé la bonne nouvelle à grande pompe. A un groupe de jacméliens dans la salle, c’était à l’Hôtel Florita, qui demandait avec insistance d’intégrer des jacméliens dans le comité d’exécution, elle avait répondu péremptoirement; «Faites-nous confiance»

Le plan pour les quarante millions, c’était quoi ?

1-      Doter Jacmel d’un aéroport international en premier lieu

2-      Construire un «  Board Walk », Lacou New York rendu célèbre par le Sénateur Zenny

3-      Rénover la Place Simon Bolivar

4-      Aménager le Port Touristique… brise-lames… etc… aménagements qui rendraient possible ou faciliteraient l’entrée des bateaux de croisière.

5-      Aménager un Centre de Convention dans les locaux de l’ancienne douane de Jacmel.

 La Ministre du Tourisme, Son Excellence, Madame Stéphanie Balmir Villedrouin, lors d’une réunion à l’hôtel Florita de Jacmel nous avait dit, je cite: « La même équipe qui avait construit l’aéroport de Puntacana va se charger de la construction de l’aéroport de Jacmel » La Ministre expliquait, plan à la main «L’aéroport va être dans cette direction, non, pas de ce côté, oui, exactement dans cette direction»

 C’était l’atmosphère des réunions… Jacmel, jubilante, avait confiance… les jacméliens… jubilants… avaient fait confiance…

 Un beau matin, elle s’en est allée, Madame La Ministre… sans bruit, sans compte… Elle a disparu à l’horizon comme une comète laissant derrière elle, une ville consternée... rêves brises, espoirs en lambeaux.

On a eu le Centre de convention. L’édifice existait déjà: l’ancienne douane de Jacmel. On l’a doté d’un toit flambant neuf, de lampes, de très belles céramiques. Le cout ne peut excéder 500.000 dollars américains (toit : 150,000 dollars, céramiques 50.000 mille dollars, lampes 100.000 dollars, peinture, briques, climatisation et finitions 150.000 mille dollars)…

Le Board Walk, on l’a eu… une merveille: de très jolis lampadaires, des céramiques, travaux d’infrastructures… Une très bonne place d’attraction pour le public jacmélien et pour les visiteurs… Bravo Madame la Ministre!

Coût à l’excès: 2,000.000 de dollars américains.

 La place Simon Bolivar a été aménagée: 200,000 dollars américains.

 Le port n’a pas été touché.

Jacmel n’a pas eu son aéroport international…

Où sont passés les quarante millions de Chavez? La question demeure entière.

Joseph Léon Paul; M.D
Diplomat American Board of Orthopedic Surgery

Pages