Accueil

Miss Algérie 2019 trop noire pour les internautes algériens

Miss Algérie 2019 trop noire pour les internautes algériens

   Il ne faut pas confondre un peuple et ses internautes, telle est la première réflexion qui vient à l'esprit lorsque l'on apprend que ceux d'Algérie se sont déchaînés contre la nouvelle Miss de leur pays parce qu'elle est "noire". Déjà pour le jury, composé uniquement d'Algériens, c'est elle qui a été choisie donc pour lui, il n'y avait de toute évidence pas de problème.

  Ce jury aurait fort bien pu couronner une Miss blonde aux yeux bleus, genre kabyle, puisqu'apparemment c'est le principal critère de beauté dans ce pays malgré 6 ans d'une guerre féroce avec les Français (1954-1962) qui a tout de même fait 1 million de morts. Les Noirs ne portent évidemment aucune responsabilité dans cette tragédie et un Noir, le Martiniquais Frantz FANON, s'est même mis entièrement au service de la Révolution algérienne comme chacun sait.

   En fait, la négrophobie algérienne s'abreuve à deux sources : une source ancestrale liée à la Traite dite "orientale" (dont les opérateurs furent les Arabes) qui a précédé la Traite "atlantique" (dont les opérateurs furent les Européens) de plusieurs siècles ; une source moderne, liée à la colonisation française de l'Algérie à partir de 1830, lestée de l'esclavage des Nègres aux Antilles (1635-1848). Le mélange de ces deux sources donne un fleuve négrophobe souterrain, mais tout aussi dangereux que le fleuve négrophobe euro-américain à ciel ouvert lui.

   Souterrain parce qu'en effet, il n'y a jamais eu de théorisation de la "race" en terre arabo-musulmane (même si on en trouve quelques éléments chez Ibn KHALDOUN, père de la sociologie). Pas de GOBINEAU, BROCA ou HITLER. Cela alors même que les Arabes furent en contact avec les Noirs des siècles avant les Européens et que la langue arabe est considérablement plus ancienne que le français, l'anglais, l'allemand, le portugais etc. Souterrain encore parce que les Arabo-musulmans ont montré une égale féroce envers les chrétiens blancs puisqu'entre le IXe et le XIIIe siècles, il y a eu près de 2 millions d'esclaves espagnols, français, corses, italiens, siciliens, maltais etc. au pays des "Barbaresques" (le Maghreb d'aujourd'hui). Souterrain ensuite parce qu'il n'y a jamais eu d'apartheid officiel en pays arabo-musulman, pas de toilettes, de bancs ou de plages réservées aux "Blancs" comme dans l'ancienne Afrique du Sud. Souterrain enfin parce que le mot "kachlouche" (ou "kachloucha" au féminin) n'est jamais crié, hurlé ou braillé comme son équivalent nord-américain "nigger", mais généralement prononcé entre les dents.

   Racisme sournois donc. Racisme qui refuse de s'avouer comme tel. 

   Qui se défausse comme suit : BILAL, le tout premier muezzin de l'islam était un Noir ; Anouar AL-SADATE, le président égyptien était un Noir bien plus noir de peau que Barack OBAMA ; le grand argentier du régime de Mouamar KHADAFI était un Noir ;  le gardien de but de l'équipe d'Algérie est un Noir et bla-bla-bla. On touche là en fait au vrai problème : le déni de réalité. Tant que les Arabo-musulmans ne considéreront pas la Traite orientale comme les Européens ont fini par considérer la Traite atlantique (Loi TAUBIRA, par exemple), ne la regarderont pas en face, ne la dénonceront pas et ne prendront pas des mesures symboliques de réparation, leur racisme sournois et parfois virulent comme dans le cas de Miss Algérie continuera à prospérer.

   Mais, peut-être souffrent-ils d'un problème oculaire puisqu'il voit la Méditerranée...blanche (Al bahar al-abyad al-matawassat), cette mer d'un bleu si magnifique qu'ils nomment "la mer blanche intérieure". Ha-ha-ha !...Sans compter que faire défiler des femmes portant des robes jusqu'aux chevilles et qui ne montrent pas un centimètre de leur corps, ça revient, comme on dit aux Antilles, où les anciens aimaient cuisiner de la viande de chat avec des pois rouges, à "acheter un chat enfermé dans un sac". Car enfin, si l'on singe l'Autre, en l'occurrence l'Occidental, en reprenant ses concours de miss, autant le singer complètement et non hypocritement...

Image: 

Pages