Accueil
Conseil Régional

MARRONNAGE INSTITUTIONNEL OU DERIVE AUTOCRATIQUE ?

par Louis BOUTRIN

Mardi 6 avril 2010 – La Commission Permanente se réunit pour la première fois depuis l’investiture du nouveau président du Conseil Régional. Certains médias sont conviés pour relayer l’événement. Ils y étaient. Et, ce sera désormais le cas pour chaque commission permanente. Quand la Com. assure son succès électoral, il n’y a pas de raison de changer de stratégie. Curieusement, une zone d’opacité demeure sur les intentions du nouveau président sans que l’on s’en émeuve outre mesure. Explications avec décodeur !

{{Oui, opacité,}} notamment sur la création de 7 commissions ad hoc. D’abord sur la représentativité de ces 21 secouristes (3 par commissions) qui sont appelés pour renforcer si ce n’est piloter ces fameuses commissions ad hoc. Qui sont-ils ? Des experts ? Des personnes qualifiées ? Des personnes ressources ? Mystère et boule de gomme ! Pourquoi n’ont-ils pas été présentés publiquement lors de la plénière du 26 mars dernier ? Pourtant, des noms circulent déjà.

Certains sont connus et reconnus pour leur maîtrise du sujet. D’autres, plus contestables, sont loin de faire autorité dans le domaine où ils sont pressentis. Triste, dans un pays qui regorge de matière grise et de compétences. Quant à leur rémunération, motus et bouche cousue. Ils travailleront très certainement bénévolement pour la Région Martinique. Et, merci pour la transparence affichée quant à l'usage de l'argent public. Il faudra bien que le Président WW de la Région réponde à ces questions précises et informe les contribuables martiniquais sur les indemnités qu’il compte dispenser (ou non) à MM Ozenat et Consorts, ainsi que sur les autres compensations en nature. Sinon, la Chambre Régionale des Comptes risque d’avoir quelques nuits de veille sous peu.

{{L'Autocratie s'installe !}}

Malgré les interrogations de l’opposition, aucune précision n'a été donnée à ce jour sur le contour juridique de ces dites commissions. Quel en sera le budget ? Quid du statut du personnel mis à disposition ? Nul ne sait car nous sommes en pleine expérimentation. Quelle sera l’articulation avec le Conseil Economique et Social Régional (CESR), cette assemblée consultative représentant les forces vives du pays ? Toutes les catégories socioprofessionnelles y sont regroupées en plusieurs collèges. Leurs membres sont démocratiquement désignés par leurs pairs et il sera difficile d’en modifier la composition. Idem pour le Conseil de la Culture de l’Education et de l’Environnement (CCEE). Il est vrai que l’on a tellement fredonné l’audace et l’innovation des semaines durant, qu’un zest de marronnage institutionnel ne fera de mal à personne. Et puis, après tout, pourquoi ne pas s’affranchir de ces deux Conseils Consultatifs quand, tel un autocrate, on peut désigner tout seul des « experts » que l’on a soi-même choisis. Ceci dit, les Martiniquais qui siègent à ces deux Conseils sauront apprécier. Wait and see !

Une question demeure toutefois. Fallait-il créer 7 autres commissions ce qui ramène le nombre total de Commissions à 27 ? Va falloir s’accrocher ferme pour éviter la réunionite car ces commissions ad hoc n’ont apparemment pas de pouvoir décisionnel. Il faudra forcement repasser par les commissions sectorielles, la commission permanente ou la plénière pour valider les éventuels rapports ou financer les projets. A moins que ? Quand on sait que les Conseillers régionaux doivent siéger dans 264 organismes extérieurs où ils représentent la Région, on mesure déjà les inévitables désertions avant la fin de la mandature.

D’ici là, on aura le temps d’ajouter un strapontin supplémentaire à la Commission permanente. Eh oui ! Le président de la Commission des finances a été oublié lors de la composition de la Commission Permanente, ce qui est pour le moins très ennuyeux car il sera difficile de programmer les dépenses sectorielles en son absence. Mais bon. Il suffira d’une nouvelle délibération et notre M. Bercy, siègera dans un vrai fauteuil à la Commission permanente. Ce n’est donc pas très grave en soi, mais quand on a passé son temps à déblatérer sur les insuffisances supposées de l’équipe de Chaben, on se doit de connaître son alphabet.

{{Oui, dérive autocratique.}} C’est le cas quand on désigne des Présidents avant même que les administrateurs ne se soient réunis pour élire ces dits présidents. D’ailleurs, le France-Antilles du 7 avril 2010 a fait très fort. Photos à l’appui, à la Une comme en page intérieure, les nouveaux présidents du CMT, du PARM, du PNRM, de l’ADEM sont présentés dans le quotidien du jour. On y apprend que telle élue « …hérite de la Présidence du CMT » et qu’en final de compte « …Tous ces nouveaux présidents prendront possession de leur mandat dans les jours à venir ». Un vrai délire. Les conseils d’administration n’ont pas encore siégé, les administrateurs n’ont pas encore voté mais tout ce beau monde est déjà affublé d’un costume de président taillé sur mesure. La Martinique est devenue un pays d’héritage. On hérite de tout et à une vitesse grand V. Pas question d’attendre les procédures réglementaires car on est aussi pressé que le Petit Nicolas après son élection à la Présidence de la République. Malheureusement, passé ce moment de fou rire, la réalité refait surface et inquiète quelque peu. Le rôle de l’opposition sera d’éclairer la population et, n’en déplaise à certains, de rendre public ce qu’elle considère comme étant les prémisses d’une dérive autocratique.

Aussi, le groupe des Patriotes Martiniquais et Sympathisants refuse de cautionner de telles pratiques. Il s’en explique à travers un Communiqué de presse où, dans l'optique de l'Assemblée Unique votée par les Martiniquais, ses élus proposent la mise en place d’une Commission Mixte de travail, Conseil Régional – Conseil Général, notamment sur les Risques Naturels Majeurs. Par ces temps où la planète semble perdre la boule, l’urgence est de développer une culture de prévention et d’assurer la protection des Martiniquais.

L.B.

Commentaires

alain__d | 12/04/2010 - 09:52 :
On voit bien que la 3° voie est ouverte: magouilles, mensonges, hypocrisies, la ronde des potes, des copains, des préférences. Les Martiniquais n'ont qu'à s'en prendre à eux même. Ne voulant pas prendre leur responsabilité ils ont choisi un irresponsable pour siéger à la tête de la région. Un doublon de Sarkozy, on dépense le pognon avec les potes, les amis, on s'enrichira sur le compte de ses 80% d'abrutis. Et on élèvera Fort de France au nom de capitale européenne délirant non....!