Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LES MAURICIENS APPELÉS À FAIRE DES SACRIFICES, QU'EN EST-IL DES ÉLUS DE LA RÉPUBLIQUE ET LEURS CONSEILLERS ?

par E. Moris
LES MAURICIENS APPELÉS À FAIRE DES SACRIFICES, QU'EN EST-IL DES ÉLUS DE LA RÉPUBLIQUE ET LEURS CONSEILLERS ?

Le Covid-19 Bill et Quarantine Bill, ont été votés à l'assemblée nationale vendredi 15 mai en plein confinement, dans un climat de grogne nationale. Au sein de l’Assemblée nationale, mais aussi et surtout à l’extérieur, la polémique enfle et une grande colère s'est installée. Car à l’exception du gouvernement, les amendements de la loi, sont loin de faire l'unanimité.

Lors de la présentation en 2ème lecture de ces deux projets de loi: le Covid-19 Bill et le Quarantine Covid Bill, le mercredi 13 mai, Pravind Jugnauth a déclaré: « Il faut avoir recours à un esprit de sacrifice et de patience à tous les niveaux »

Combien de fois ne l'avons nous pas entendu demander aux Mauriciens dès le début de la crise de faire des sacrifices, puis se flatter de savoir gérer les fonds publics.

« Sa kass fond public la, mo faire kuma dire li mo propre largent sa, mo bizin faire de sorte ki mo depense li bien ».

Sauf que depuis, pour lui prouver le contraire avec l'éléphant blanc du complexe multi-sport de Côte d’Or, le Metro express ou encore Air Mauritius sous administration volontaire, sans compter la chute de la SBM, les caisses sont vides.

Dette publique de Rs 320 milliards soit 65 % du PIB.

Le chef du gouvernement, Pravind Jugnauth, très absent dans la crise du Covid-19, n'hésite pas à demander à tout le monde de faire des «sacrifices», alors que les élus bénéficient de salaires et  allocations indécents en cette période de crise. Tout comme leur contribution au fond de solidarité est considérée comme une insulte aux Mauriciens. Confinés pour la plupart à domicile depuis deux mois, juste après les grandes vacances de Noël, les députés touchent près de Rs 150 000 par mois sans les allocations et privilèges.

Les Mauriciens appelés à faire des sacrifices, qu'en est-il des élus de la République et leurs conseillers ?

Les Mauriciens appelés à faire des sacrifices, qu'en est-il des élus de la République et leurs conseillers ?

Quand ce ne sont pas la dilapidation des fonds publics, ce sont les dépenses pour faire vivre le clan Jugnauth qui font frémir.

Il est bon de rappeler également que  les proches collaborateurs du clan Jugnauth, siègent sur le conseil d’administration d’un ou de plusieurs corps parapublics, tout en empochant des milliers, voire des millions de roupies mensuellement.

A titre d'exemple, la fille de l'ancienne speaker de l’Assemblée nationale, proche parent de Pravind Jugnauth, Naila Hanoomanjee est la directrice de Landscope Mauritius . Elle perçoit au moins un salaire de Rs 300 000 avec des allocations et autres privilèges.

Le Chief Executive Officer de Mauritius Telecom (MT), Sherry Singh  toucherait un salaire estimé à un montant d’un million de roupies mensuellement. Sans compter qu'il est conseiller au bureau du Premier ministre et récent membre du comité d'administration de Air Mauritius.

Le cousin de lady Sarojini Jugnauth, Nayen Koomar Ballah

Le secrétaire au Cabinet, de chef de la Fonction publique, président du conseil d’administration de Metro Express Ltd, de la SBM, de la Mauritius Regulatory Authority, de Mauritius Telecom et de MultiCarrier (Mauritius) Ltd. Qui plus est, il siège sur les conseils d’administration d’Air Mauritius et de Mauritius Duty Free Paradise. Il empoche plus d'un demi-million chaque fin du mois et la coquette somme de Rs 2,5 millions en 2018 comme chairman du pôle bancaire de la SBM.

Les Mauriciens appelés à faire des sacrifices, qu'en est-il des élus de la République et leurs conseillers ?

Les Mauriciens appelés à faire des sacrifices, qu'en est-il des élus de la République et leurs conseillers ?

Tous les conseillers du Premier ministre coûtent mensuellement à l'État la somme de Rs 1,8 million.

Ken Arian : conseiller spécial du Premier ministre  , toucherait au moins Rs 250 000 mensuellement. Il est le président de trois corps parapublics, soit Airport of Rodrigues Ltd, Airports of Mauritius Ltd et Airport Terminal Operations Ltd. Il siège aussi sur les boards de Mauritius Duty Free Paradise et de Rodrigues Duty Free Paradise Ltd Depuis mars 2018, . Son salaire en tant que Senior Adviser du Premier ministre s’élève à Rs 92 000. Sans compter les allocations et autres privilèges.

La garde rapprochée du Premier ministre : un ex steward et une coach sportive

Dev Manraj qui siège au conseil d’administration de l’Economic Development Board, du Metro Express, de Mauritius Telecom, d’Air Mauritius Holding Ltd a un salaire d'environ Rs 200 000.

Les Mauriciens appelés à faire des sacrifices, qu'en est-il des élus de la République et leurs conseillers ?

Les Mauriciens appelés à faire des sacrifices, qu'en est-il des élus de la République et leurs conseillers ?

Sarah Rawat-Currimjee, Senior Adviser au bâtiment du Trésor en matière de sport, éducation et jeunesse aussi n’est pas mal lotie.

À son salaire de Rs 92 000, elle obtient des allocations de Rs 64 500. Sans compter qu’elle siège sur 4 conseils d’administration dont Landscope Mauritius et se retrouve dans quasiment tous les déplacements à l'étranger du couple Jugnauth. Son mari Azim Currimjee est Independent Director à la SBM et vice-président de l’EDB, où il touche environ Rs 85 000 par mois. Selon un document déposé au Parlement en 2017, il avait eu un salaire annuel de près de Rs 2 millions rien qu’à la SBM.

 Raj Meetarbhan a un salaire de Rs 86 000 et des allocations de Rs 11 500.

Notons, pour ce qui est des autres conseillers du Premier ministre, que le Dr Streevarsen Narrainen a un salaire de Rs 206 000 ainsi que des allocations de Rs 50 000.

Sans oublier les salaires et privilèges de toute une armada de chamcha dans les organismes de l'Etat, en passant par la MTPA, L'IBA, l'Icac, l'ICTA, la MBC....

Pages