Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Législatives 2017 : victoire historique des nationalistes en Corse

Législatives 2017 : victoire historique des nationalistes en Corse

Pour la première fois, les autonomistes arrachent trois sièges à l'Assemblée nationale. Un nouveau coup de semonce après la prise de la région en 2015.

De l'aveu même d'un leader de la droite insulaire, « c'est un tremblement de terre dans le paysage politique corse ». Les nationalistes avaient annoncé la couleur depuis plusieurs semaines : ils ne comptaient pas faire de la figuration dans cette élection. À l'heure où le pays tout entier est submergé par une vague macroniste, la Corse, elle, est emportée par une déferlante nationaliste.

En remportant trois sièges à l'Assemblée nationale dimanche soir, à l'issue du second tour des élections législatives, les autonomistes et indépendantistes, unis dans cette élection sous la bannière « Pè a Corsica » (Pour la Corse, ndlr), réalisent un tour de force sans précédent. Tout d'abord parce qu'ils envoient, pour la première fois, des députés fouler le sol du Palais-Bourbon. Ensuite parce qu'ils sont parvenus à renverser le jeu politique dans une élection qui, disent-ils, n'est pas la « leur ».

C'est dans la deuxième circonscription de Haute-Corse, la plus rurale de l'île, que le jeu semblait le plus ouvert, dès le départ, pour les nationalistes. Au soir du premier tour, Jean-Félix Acquaviva, le bras droit du patron de la région, Gilles Simeoni, était déjà placé en ballottage très favorable (36 %) face au candidat de La République en marche !, Francis Giudici, laissé loin derrière avec 23 % des suffrages. De quoi laisser peu de place au suspense pour le second tour. Le nationaliste n'aura pas eu de difficultés à maintenir son avance : son score de 63,5 % dimanche soir face à son concurrent lui permet de réaliser une entrée fracassante dans l'hémicycle de l'Assemblée nationale. Jean-Félix Acquaviva, 44 ans, pur produit de la génération montante du nationalisme dans l'île, aura su tirer son épingle du jeu face à des adversaires de droite et de gauche pour le moins divisés dans cette circonscription. Le conseiller exécutif de Corse pouvait compter, du reste, sur des conditions particulièrement favorables : en choisissant de ne pas briguer de quatrième mandat dans son fief électoral, le député sortant (DVG) Paul Giacobbi, en retrait de la vie politique depuis sa condamnation pour des « détournements de fonds publics » le 25 janvier dernier, a laissé un boulevard à ses concurrents.

La voie paraissait, en revanche, beaucoup moins dégagée pour le nationaliste Michel Castellani, qui dû batailler dur pour se frayer un chemin dans la première circonscription de Haute-Corse. Avec 60,5 % des voix au soir du second tour, il envoie dans les cordes le député-maire (LR) sortant de Biguglia, Sauveur Gandolfi-Scheit, qui tenait la circonscription depuis 2007. Pour faire pencher le scrutin en sa faveur, il a pu compter sur l'appui du bastion de Bastia, remporté aux dernières municipales de 2014 par les nationalistes, et le soutien d'une partie des forces politiques traditionnelles. Militant nationaliste de la première heure, l'adjoint du maire de Bastia fera donc son entrée, à 71 ans, au Palais-Bourbon.

Un tour de chauffe pour la régionale de décembre

Mais la plus grande secousse est venue de la Corse-du-Sud pour les nationalistes. En ballottage défavorable au premier tour dans la deuxième circonscription du département, le poulain des autonomistes, Paul-André Colombani, 50 ans, est parvenu à s'imposer (55,9 %) dimanche soir dans la citadelle réputée « imprenable » des de Rocca Serra, qui détenaient le siège de député sans interruption depuis… 1968. C'est sans doute la victoire la plus symbolique pour les nationalistes : en détrônant le député sortant (LR) Camille de Rocca Serra, dernier « héritier » de cette dynastie politique, ils précipitent l'effondrement d'un « bastion du clanisme », pour reprendre l'expression de Paul-André Colombani, dans un entretien à Corse-Matin du 2 juin dernier. Nul doute que l'ère du « dégagisme », l'usure de la dynastie et la récente enquête judiciaire visant le parlementaire sortant pour avoir « sous-évalué » sa déclaration de patrimoine ont également donné un coup de pouce aux nationalistes pour faire la différence au second tour.

Reste que, avec désormais trois députés qui s'apprêtent à pousser les portes du Palais-Bourbon, c'est un nouveau coup de tonnerre envoyé par les nationalistes au sommet de l'État et au nouveau président de la République après leur victoire historique aux régionales de décembre 2015. Bien que d'aucuns leur prédisent une présence « symbolique » dans un hémicycle où ils seront certainement « noyés » dans les flots de députés macronistes, les autonomistes comptent y faire entendre, dixit Jean-Félix Acquaviva, « la voix du conseil exécutif de Corse », le mini-gouvernement de l'île. Objectif : faire valoir leurs revendications autour d'un statut de résident pour les habitants de l'île, une « coofficialité » de la langue corse et du français, ainsi qu'une demande d'amnistie pour les prisonniers dits « politiques ». Des revendications traduites depuis 2013 par des votes majoritaires de l'Assemblée de Corse, mais demeurées lettre morte jusqu'à présent auprès du gouvernement. En parallèle, les nationalistes comptent négocier de nouvelles compétences pour l'île avec, notamment, un pouvoir législatif, et mettre sur la table la question d'un nouveau statut institutionnel en inscrivant la Corse dans la Constitution via un article dédié « reconnaissant formellement ses spécificités ».

Mais, sur le plan électoral, cette nouvelle percée des nationalistes confirme surtout leur dynamique et leur ancrage dans une île où ils sont en pleine ascension depuis 2010. Cette « victoire historique », en guise de tour de chauffe, leur met, en tout cas, du vent dans les voiles à l'heure où les autonomistes et les indépendantistes s'apprêtent à livrer bataille en décembre afin de conserver les rênes de la région pour le lancement de la nouvelle collectivité unique de Corse.

Pages