Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

L'ECRIVAINE ANDREA MARCOLONGO INVITEE DE LA FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES

L'ECRIVAINE ANDREA MARCOLONGO INVITEE DE LA FACULTE DES LETTRES ET SCIENCES HUMAINES

   Ce jeudi 05 mars, la jeune écrivaine italienne Andrea MARCOLONGO était invitée à parler de son dernier livre devant les étudiants et enseignants.

   Agée de trente ans à peine, elle est devenue, du jour a lendemain, un véritable phénomène mondial avec son premier livre, La langue géniale, consacrée au grec ancien, elle qui, comme elle le précisera, a vécu dans une famille très modeste du centre de l'Italie où il n'y avait jamais eu un seul livre. Or, le premier qu'elle a publié, à sa stupéfaction, alors qu'elle le croyait destiné à une petite minorité de connaisseurs, s'est vendu à...1,5 million d'exemplaires et a été traduit à ce jour en 46 langues !!!

   Andrea MARCOLONGO est donc venue parler non pas de ce premier livre, mais du deuxième, La Part du héros, qui connaît déjà un succès qui pourrait à terme dépasser celui de La langue géniale si l'on en croit les nombreux articles que lui ont consacré la presse. Après une introduction très éclairante et fouillée de l'ouvrage par le Pr Cécile BERTIN-ELISABETH, doyen de la Faculté des Lettres et Sciences humaines, et une intervention savante et enthousiaste à la fois, par visioconférence, de Franck COLLIN, maître de conférences agrégé en Lettres classiques dans cette même faculté, l'auteur a expliqué ce qui l'a motivé à écrire ce deuxième ouvrage : le besoin de recourir à la sagesse antique face aux défis actuels de la mondialisation, notamment la transformation de la Méditerranée en véritable mouroir pour des dizaines de milliers de migrants. Andrea MARCOLONGO a rappelé ainsi que l'accueil de l'étranger était l'un des traits majeurs, voire même l'un des devoirs des citoyens dans l'Antiquité, chose que la colonisation, puis la conquête du monde par l'Occident moderne a complètement oublié au profit d'une course à l'enrichissement à tout prix et par tous les moyens.

   La rencontre s'est achevée avec la traditionnelle séance de questions-réponses à laquelle l'auteur s'est prêtée bien volontiers, notant au passage l'importante et difficile question des rapports entre "langue" et "langage" que lui a posée une étudiante. Le soir, même Andrea MARCOLONGO s'est rendue à Madiana afin de rencontrer un public non universitaire.

Image: 

Pages