Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Le jour d'après (29 octobre) ou bal fini, violon dan sak

Le jour d'après (29 octobre) ou bal fini, violon dan sak

   Il existe une expression créole du temps-longtemps qui convient à merveille à ce que nous vivons s'agissant de la langue créole, de sa défense et de sa valorisation.

   Le 28 octobre de chaque année, nos politiciens de tous bords s'efforcent d'organiser un événement autour de cette fameuse "JOURNEE INTERNATIONALE" du créole : dictées créoles, conférences, rencontres entre générations, découverte de l'artisanat etc. C'est devenu presqu'un devoir depuis qu'en 1981, l'île de la Dominique a choisi cette date qui progressivement s'est imposée dans tous les pays créolophones ainsi que leurs diasporas en Amérique du Nord et en Europe. Un devoir folklorique pour certains, identitaire pour d'autres, patriotique pour d'autres encore. C'est là un grand pas car jusqu'au milieu des années 70, la Droite assimilationniste rejetait le créole, le qualifiant de "patois qui empêche à nos enfants d'apprendre le bon français". Ce genre de discours n'a désormais plus cours, même chez les plus grands partisans du drapeau bleu-blanc-rouge.

   Ce qui fait qu'aujourd'hui, tout le monde s'efforce de célébrer le créole le...28 octobre.

   Sauf que le 29 octobre, au pipiri-chantant, chacun revient aux choses sérieuses et par conséquent à la langue de l'Amère-patrie à savoir le français. C'est que, malheureusement, en dépit des progrès indéniables accomplis quant à la reconnaissance de notre langue et de notre culture depuis une quarantaine d'années, le peu cartésien principe du "Je parle français donc je suis" a encore de beaux jours devant lui. Surtout quand la personne doit intervenir dans les médias. Or, ce dont la Martinique a besoin c'est d'une vraie politique linguistique et pour la mettre en œuvre d'un Office de la langue créole. Ce projet figurait noir sur blanc dans le programme de l'actuelle majorité qui dirige la CTM, programme diffusé en 2015, mais pour d'obscures raisons, l'Office de la Langue Créole est devenu une simple Direction de la Langue Créole qui, certes, travaille très consciencieusement, mais avec les maigres moyens qui lui sont alloués.  

   Or, ce que demandent les créolistes depuis des décennies est pourtant simple. Voici :

 

   . que la CTM prenne une délibération reconnaissant la graphie-GEREC comme graphie officielle du créole.

 

   . qu'elle fasse pression auprès du Ministère de l'Education Nationale pour que le créole soit enseigné dès l'école primaire comme matière obligatoire à raison de 2h par semaine et cela jusqu'en classe de Terminale.

 

   . qu'elle veille à ce que la radio et la télé d'Etat (pour laquelle nous payons une redevance) respecte le cahier des charges des stations installées dans les territoires où existe langue dite "régionale" dans le jargon administratif français. Cahier des charges qui impose d'attribuer un quota d'émissions dans la dite langue et qui est loin d'être respecté en Martinique.

 

    Ces trois mesures constituent un embryon de politique linguistique et leur mise en pratique serait déjà mieux que rien mais hélas, nos politiques de tous bords semblent n'en avoir que faire. Pourtant les exemples de la Corse, de Tahiti, du Québec, de la Catalogne etc. sont là pour prouver que ces mesures sont efficaces même si elles sont loin d'être suffisantes. Donc se contenter de célébrer le 28 octobre, c'est bien mais cela revient pour la majorité de nos décideurs à se donner bonne conscience. A peu de frais en plus !

   On en revient à la fameuse expression bal fini, violon dans sak. Le bal terminé, on range les violons dans leurs sacs. Dès le 29 octobre donc...


 

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages