Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LE HAVRE : CAMILLE GALAP PART AU COMBAT

LE HAVRE : CAMILLE GALAP PART AU COMBAT

L'ancien président de l'université du Havre, aujourd'hui directeur adjoint de l'Esen (Ecole supérieure de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche) à Poitiers, se lance dans la bataille des élections municipales de 2014. Au Parti socialiste, Camille Galap sera opposé à Laurent Logiou lors de primaires organisées à l'automne.
_ {{Pourquoi avoir choisi de vous présenter au Havre ?}}
_ « Le Havre est ma ville de naissance et j'y suis très attaché. J'y ai effectué une bonne partie de ma scolarité. Je suis d'ailleurs le premier docteur en biologie de l'université du Havre. J'ai vécu à la cité des Douanes, à Bléville… J'ai travaillé dans le monde associatif, où mon action s'est toujours dirigée vers l'humain. Je crois en la justice et le progrès social, ce qui me positionne plutôt comme étant un homme de gauche. »
_ {{Quand avez-vous pris votre décision ?}}
_ « Il y a eu plusieurs temps. Lorsque j'étais président de l'université, je devais garder une certaine neutralité pour travailler avec les différents acteurs. Ceci dit, dans mon action, je défendais mes valeurs, toujours dans l'intérêt de l'étudiant. Quand j'ai fini mon premier mandat de président en 2010, je n'étais pas certain de me représenter. Quelques personnes que je croisais me disaient : '' Qu'allez-vous faire après votre présidence ? Ce serait bien de vous lancer en politique ''. »
_ {{Votre implication aux législatives de 2012 a-t-elle pesé, vous qui avez été conseiller municipal pendant six ans à Etainhus ?}}
_ « Lors des élections législatives, j'ai été impliqué comme président du comité de soutien d'Estelle Grelier [NDLR : la candidate socialiste élue députée de la 9e circonscription]. Je l'ai rencontrée quand elle était vice-présidente de la Région en charge de l'enseignement, et j'ai constaté que nous partagions un certain nombre de valeurs. Elle a détecté en moi la capacité d'écoute, de négociation, de dialogue. Dans la mesure où je pense que je peux porter un projet ambitieux et dynamique pour Le Havre et être en capacité de rassembler largement à gauche, c'est ce qui m'a convaincu que j'avais une certaine appétence pour le sujet. »
_{{ Sauf qu'au Parti socialiste, il y a déjà un candidat « naturel », en la personne de Laurent Logiou ?}}
_ « Lorsqu'il y a plusieurs personnes, cela crée de l'émulation, du débat. On peut porter un projet collectif dans l'intérêt des Havrais. Les primaires créent une dynamique. C'est un grand moment de démocratie. Cela donne aussi de la légitimité au candidat qui est soutenu. »
_ {{Quelles sont vos relations avec les membres du PS havrais ?}}
_ « Je suis en bons termes avec tout le monde. Ce n'est pas mon mode de fonctionnement de valoriser Camille Galap en enfonçant les autres. Dès maintenant, je vais m'impliquer car il faut aller à la rencontre des gens, échanger, construire un vrai projet. Quinze mois avant l'élection, ce n'est ni trop tôt ni trop tard. Ensuite, il va falloir travailler à rassembler la gauche havraise. Et le dernier combat, ce sera les municipales car il faut choisir la personne qui sera mieux placée pour pouvoir l'emporter face à Edouard Philippe [le député-maire UMP sortant du Havre]. »
_ {{Si vous êtes désigné candidat, quelles seront vos priorités ?}}
_ « L'emploi, la jeunesse, favoriser le décloisonnement entre les différents quartiers et la ville basse… Je souhaite qu'il y ait vraiment un mieux vivre ensemble. Une municipalité doit faciliter les relations entre les acteurs du territoire pour que tout le monde soit gagnant, et que Le Havre soit une ville exemplaire, compte tenu de sa localisation dans l'estuaire de la Seine, sur la façade maritime… C'est tout cela qui va générer un sentiment d'appartenance au Havre. Par ailleurs, quand quelqu'un décide de venir s'installer dans une ville ou de créer son entreprise, tout l'environnement est à regarder : les services offerts à la population, la question liée à l'accès aux soins, à la culture, au sport… Si j'arrive au terme de ce combat, je ne serai pas un maire absent du terrain. Je serai à proximité des gens, à l'écoute… »

{{{Des primaires organisées à l'automne}}}

A l'instar des primaires citoyennes qui se sont tenues en 2011 pour désigner le candidat socialiste à la présidentielle, des primaires devraient avoir lieu courant octobre, au Havre, dans le cadre des prochaines élections municipales. Ces primaires organisées « partout où c'est utile » dixit Harlem Désir, premier secrétaire du Parti socialiste, ne devraient pas être ouvertes à tous, mais uniquement aux adhérents de la section havraise. « Il s'agira de désigner le premier des socialistes, explique Matthieu Brasse, secrétaire de section. Mais pas encore la tête de liste de la gauche. »
_ Deux candidats à l'investiture socialiste sont d'ores et déjà connus à la Porte Océane : Camille Galap et Laurent Logiou, vice-président de la Région Haute-Normandie, qui fut candidat aux dernières élections législatives de 2012 face à Edouard Philippe, le maire UMP du Havre, dans la 7e circonscription. Le dépôt des candidatures - il pourrait y en avoir d'autres - a été fixé à septembre. Matthieu Brasse se félicite que « Laurent Logiou souhaite y aller et que Camille Galap nous rejoigne et souhaite également y aller ».
_ Marié et père de famille, Camille Galap est âgé de 47 ans.
Entre 2000 et 2005, il a occupé le poste de vice-président de l'université du Havre avant d'en prendre la tête entre 2005 et 2012. Son second mandat a été marqué par le passage à l'autonomie dans le cadre de la loi LRU (libertés et responsabilités des universités).
_ Docteur en biologie, il occupe aujourd'hui la fonction de directeur adjoint de l'Esen (Ecole supérieure de l'Education nationale, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche) à Poitiers.
_ Camille Galap est un grand sportif. Il pratique notamment toujours le karaté, discipline pour laquelle il a obtenu plusieurs titres nationaux.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages