Accueil
Le billet du jour

Le faux « have a dream » du révérend Jessie Jackson

   Il est toujours bon de commencer par des évidences dans cette Martinique où les gens ont tendance à confondre « koko » et « zabriko » selon une vieille expression créole.

   D’abord, Blancs américains et Noirs américains vivent sur le même territoire, dans le même pays qu’ils ont bâti ensemble, certes sur fond de génocide amérindien et d’esclavage des Africains. Quoique tragique, l’histoire de chacun de ces deux groupes est totalement imbriquée, même si la ségrégation pouvait donner le sentiment inverse. Blancs et Noirs n’ont jamais vécu totalement séparés les uns des autres depuis la plantation de coton dans l’Alabama jusqu’aux studios actuels de Hollywood en passant par les années de la Black Renaissance et du jazz dans les années 1920-30 du XXè siècle. Ou encore l’US Army durant les deux guerres mondiales.

   A l’inverse près de 8.000kms séparent Français et Martiniquais. Une vaste étendue d’eau appelée, cher révérend Jackson, océan Atlantique qui fait que la France et la Martinique se situent sur deux continents différents : le continent européen pour la première, le continent américain pour la seconde. Français et Martiniquais n’ont absolument pas la même histoire, même si on a longtemps inculqué aux élèves martiniquais « Nos ancêtres les Gaulois » et même si nombre de soldats martiniquais ont participé, de gré ou de force aux deux guerres mondiales et à diverses guerres coloniales menées par l’ex-Empire français. La Martinique et la France n’ont, cher révérend, ni le même climat, ni la même cuisine (il n’y a ni avocat ni bois d’Inde dans la gastronomie française), ni la même musique (il n’y a pas de tambour-bèlè et de « tibwa » dans la musique hexagonale) ni la même langue (même si les Martiniquais ont fini par devenir francophones aussi), ni les mêmes croyances populaires (il n’y a pas de « chouval-twa-pat » et de zombie dans l’imaginaire français).

   Bref, cher révérend, la France et la Martinique sont deux peuples différents alors que Blancs et Noirs américains constituent le même peuple. Sans doute notre pays est-il trop minuscule pour que vous le sachiez cette vérité d’évidence (à moins que vous n’ayez des lacunes en géographie) ou alors ceux qui vous ont invité chez nous vous ont délibérément induit en erreur puisque Césairistes auto-proclamés, ils feignent d’ignorer que Césaire a toujours dit et répété que « la Martinique deviendra indépendante un jour ». Sont-ce eux qui vous ont soufflé cette énormité, ce faux « dream » aux allures de Martin Luther King tropicalisé, selon lequel « Un jour, la France aura un président issu de l’Outre-mer » ? Donc si l’on comprend bien, ces zélateurs de la Négritude n’ont qu’une ambition : diriger un pays qui n’est pas le leur, qui est située à 8.000kms du leur  et qui est, en outre, peuplé, à 90% par des Blancs. Il est vrai que dès 1972, le sociologue dahoméen (béninois) Stanilas Adotevi écrivait de manière implacable dans son fameux ouvrage « Négritude et négrologues » :

   « La Négritude est la manière noire d’être Blanc ».

   Qu’un Noir américain veuille devenir président des Etats-Unis, c’est tout à fait normal car c’est SON pays. Qu’un Martiniquais veuille devenir président de la France relève de la pure aberration. Du faux « I have a dream ». Du rêve mensonger, aliéné, en totale contradiction en tout cas avec les combats menés par les Martiniquais, du premier Nègre marron anonyme jusqu’à l’indépendantiste d’aujourd’hui en passant par les nombreux esclaves révoltés, les briseurs de chaînes de 1848, les insurgés de l’Insurrection du Sud en 1870, ceux de décembre 59 et de février 1974, oui, combats pour que la Martinique puisse un jour se diriger elle-même.

   Comme Sainte-Lucie. Comme Barbade. Comme la Jamaïque. Comme Trinidad.

   Du coup, on a comme un doute, cher révérend, sur vos lacunes en géographie précédemment supposées car il est impossible que vous ignoriez l’existence des îles qui viennent être nommées. Croyez-vous sincèrement que le rêve d’un Barbadien, d’un Jamaïcain ou d’un Trinidadien soit de devenir premier ministre d’Angleterre ? Vous savez bien que non. Son rêve est de diriger son île, son pays et éventuellement (Négritude oblige) un pays d’Afrique noire.

   En venant donc en visite en Martinique, chose qui nous honore, vous vous êtes malheureusement laissé instrumentaliser ou vous vous êtes sciemment montré complice d’une opération assimilationniste orchestrée par les pseudo-descendants d’Aimé Césaire. En distillant ce faux rêve, ce « dream » affligeant à la jeunesse martiniquaise vous avez poignardé dans le dos le mouvement national martiniquais. Celui qui veut faire de la Martinique une nation à part entière, souveraine et libre, dans le concert des nations.

   Non, révérend Jackson, nous ne sommes pas français comme vous, vous êtes américain. Pour toutes les raisons expliqués plus haut. Nous sommes Martiniquais, Caribéens, Américains au sens non yankee du terme. Le rêve, le seul rêve, d’un jeune Martiniquais d’aujourd’hui devrait être de devenir président de la Martinique.

   Mais votre venue aura au moins servi à quelque chose : démasquer le pire ennemi actuel de l’indépendantisme martiniquais à savoir l’assimilationnisme noiriste. Vaste coalition informelle qui va du PPM à certains mouvements rastas, du MODEMAS aux Régionalistes de Droite, des associations de « bèlè » et autres défenseurs du tam-tam en passant par la masse de tous ceux qui braillent « Noir ! » ou « Nègre ! » à la moindre occasion tout en s’accommodant du colonialisme français et de l’impérialisme américain que vous représentez, cher révérend, que vous le vouliez ou non, votre pays les Etats-Unis étant « L’Empire » et étant dirigé depuis six ans par un Noir. Empire qui mène des guerres scélérates partout à travers le monde.

   Vous ne nous avez  pas rendu service, mais « thank you » quand même (en créole, on prononce « fann tchou »)…

NB. Au fait, la France est une république laïque au cas où vous l’ignoreriez, donc votre prière baptiste en plein hémicycle du Conseil régional était anticonstitutionnelle. Mais ça aussi, ceux qui vous ont invité auraient dû vous l’avoir dit…

Commentaires

Sebastien K | 24/07/2015 - 23:42 :
Chacun peut avoir Le rêve de son choix tout le monde n'est pas obligé d'avoir le même rêve. Obama est né à Hawaii et son père n'est même pas Afro-américain. Il représente malgré tout un symbole pour beaucoup de noirs. La France a eu un jour un empereur corse et une impératrice béké donc rien d'impossible à celui qui a le désir et les opportunités. D'accord pour dire que les USA, même dirigés par un noir ne sont pas un modèle à suivre à tout prix. D'accord pour dire qu'en France, la religion n'a pas à s'inviter dans les institutions. D'accord enfin pour dire que le modèle post-esclavagiste des USA diffère de celui de la France. Mais pour autant, laisser à chacun s'approprier le rêve de son choix, c'est aussi ça la liberté
fierfrance | 25/07/2015 - 19:45 :
Un francais de souche noir président . Et pourquoi pas ? Les francais martiniquais sont francais meme avant ceux de Nice . Pourquoi il serait plus légitime qu'un Nicois soit mieux président de la France et un non un Martiniquais . La Martinique est une région éloignée , mais elle est avant tout francais avant Nice . Ceux qui pensent que c'est impossible sont des voleurs de rêves . Voler des rêves c'est comme dire a un martiniquais que le Nicois vaut plus que lui . Un francais est un francais quelque soit la distance , Non , la distance n'est pas un handicap , au contraire c'est une richesse pour qu'un Martiniquais devienne président de son pays la FRANCE .
Alain JABES | 26/07/2015 - 16:56 :
Alain JABES Guadeloupe Caribbean Island Je reste d'accord sur ton analyse globalement mon frère Martiniquais, cependant, permets moi de t'apprendre que je n'ai jamais pour ma part, attaqué CESAIRE, et pourtant je ne l'ai jamais ressenti comme un combattant résolu de la cause des colonisés Antillais. Par ailleurs s'ils se trouvent des Guadeloupéens qui se servent de lui CESAIRE pour phraser, de mon coté, je ne me parerai jamais d'une telle hypocrisie, Mais bon.... Je suis aussi un peu gêné quand tu termines tes propos en faisant référence à la constitution du maître, moi pour ma part je l'autorise ( LE REVERENT ) " Jessy.. JACKSON à prier où il veut quand il veut... chez nous En Terre Caribéenne, d'ailleurs il ne m'a pas échappé qu'il a dit qu'il était entré au bercail En kréol " A KA An MAN "

Pages