Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LE CREOLE GRENADIEN TENTE DE RENAITRE

LE CREOLE GRENADIEN TENTE DE RENAITRE

    Longtemps, l'île de Grenade utilisa un créole à base lexicale française assez similaire à celui de Sainte-Lucie et de la Martinique.

    Mais petit à petit, à compter du premier tiers du XXe siècle, la langue se mit à décliner (tout comme à Trinidad) jusqu'à disparaître complètement. Du moins, c'est ce que croyaient les linguistes, sauf que dans certaines campagnes reculées, elle continua à vivre chez les personnes âgées qui parfois la transmirent à leurs enfants. L'anglais, s'il avait définitivement pris le dessus, n'était toutefois pas la langue de la culture populaire grenadiennes. Cette dernière (chants, contes, proverbes, titims ou devinettes etc...) était et est encore presqu'entièrement dans l'idiome quasi-défunt à savoir le créole. Les Grenadiens se trouvèrent donc dans la situation cocasse de devoir chanter ou de conter dans une langue qu'ils ne comprenaient plus !!!

   Depuis quelque temps, des efforts sont déployés pour le gouvernement grenadien pour tenter de sauver le créole. Des cours sont instaurés dans certaines écoles. Ce pari pourra-t-il être gagné ? Difficile de le dire pour l'instant, mais en tout cas un seul et unique pays a réussi à faire renaître sa langue, il s'agit d'Israël. L'hébreu, en effet, n'était plus utilisé que comme le latin à l'église : dans les seules synagogues. Il n'existait plus comme langue parlée au quotidien depuis...2.000 ans !!!

   Ecoutons dans la vidéo ci-après l'agréable et surprenant créole grenadien...

Document: 

6.5 Lesser Antillean French Creole // Social Dimensions of Kéyòl