Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL
Tribune

La société Antillaise se racialise et devient dystopique

Jean-Marie Nol
La société Antillaise se racialise et devient dystopique

Même sans en connaitre la définition, il y a fort à parier que peu d'entre nous connaissent ou apprécient la dystopie. Connue aussi sous le nom de contre-utopie, il s’agit d’un courant littéraire rencontrant aujourd'hui un succès fracassant. Elle vise à dépeindre,  pour ce qui concerne notre sujet, une fiction d'une identité noire, où le bonheur semble impossible. Contraire d’une utopie, le récit de fiction dystopique vire systématiquement au cauchemar en annonçant un avenir sombre avec la montée du populisme et du racisme, ainsi que l'ombre menaçante de la révolution numérique et l'intelligence artificielle ou un monde futuriste sans espoir avec le changement climatique.

La Martinique et la Guadeloupe jouissent actuellement d'une société où l’immédiateté est la seule dynamique, il devient alors impossible de réfléchir sur les conséquences à moyen et long terme de nos actes ainsi que sur notre nouveau rapport au futur, qui ne fait que se rappeler à nous sous la forme d’innombrables menaces et non plus comme la promesse d’un avenir meilleur. La menace est en train de se poser aujourd'hui avec la crise économique du coronavirus et la fracture sociale pour les minorités raciales en France - le danger d'explosion sociale en plus.

La pandémie de coronavirus met à mal toute l'économie mondiale. Le moment est peut-être venu de tout changer au lieu de s'en inquiéter, car tous les grands agrégats de l’année 2020 donnent le tournis : la consommation, pilier de la croissance en France, se replierait de 10 %.

Après le plan d'urgence de plus de 110 milliards d'euros déjà débloqué depuis le début de la crise, auquel se sont ajoutés plus de 300 milliards d'euros de garanties de prêts pour les entreprises, le gouvernement a décidé dans cette deuxième phase de soutenir plusieurs secteurs particulièrement touchés par le confinement (automobile, tourisme, aéronautique...), ce qui représentera un nouvel effort de 40 milliards d'euros. Conséquence: le déficit public devrait se creuser à 11,4% du PIB et la dette publique s'envoler à 120,9% du PIB.

Le pays mettra des années à apurer ces excès. «Nous sommes de plus en plus endettés» car «nous avons dépensé beaucoup d’argent», mais «la situation est sous contrôle», a voulu rassurer Gérald Darmanin, ce jeudi, sur France 2, tout en admettant que «220 milliards d’euros de déficit de l’État (…), 50,2 milliards d’euros de trou de la Sécu, ce sont des chiffres qui peuvent donner le tournis. Mais le problème de la France ne se réduit pas à la catastrophe annoncée de la récession de l'économie. Le pouvoir central va également devoir faire face à une crise concomitante d'ordre sociale mais également identitaire sur le territoire français.

Le risque est bien pour les Martiniquais et Guadeloupéens  de revendiquer une identification "raciale".

Aujourd'hui, on passe subrepticement en Martinique et en Guadeloupe de la question sociale liée à la départementalisation à la question raciale.

C’est une logique poussée aujourd'hui à son terme : la politique de la race est ici mise à nu par les tenants du noirisme et du pan africanisme.

Le fait de mettre en avant en Martinique et en Guadeloupe, la dimension raciale des problèmes hérités de la période esclavagiste et ensuite coloniale ne conduit-il pas à occulter les facteurs socio-économiques de la crise à venir ?

Il n'y a pas de discours neutre, qui éviterait tous les écueils. Mais ne pas parler des choses n'est pas sans effet non plus. Manifestement, il n'a pas suffi de ne plus parler d'assimilation et d'intégration pour en finir avec le racisme. En fait, ce qui est sûr, c'est que les inégalités sociales vont  s'aggraver et se racialiser avec la crise économique et sociale du Covid 19.

Cette crise du Covid 19 va remettre en question nombre de nos modèles mentaux, ces croyances fondamentales par lesquelles nous appréhendons le monde. Cette remise en question crée un vide, qui est aussi un espace où plein de choses sur le plan sociologique peuvent se produire dans la décennie à venir tant en France hexagonale qu'aux Antilles françaises.

Mais, plus que le constat d’un déclin de l'utopie sociale révolutionnaire , c’est la critique, voire la haine, de l'utopie racialiste qui nous intéresse ici. La destruction des statues de schoelcher a montré combien l’argument du procès assimilationniste  de nos aînés reste vivace dès lors qu’il s’agit d’élaborer une alternative à l’ordre établi. L'affaire Georges Floyd qui a suivi et qui a suscité beaucoup d'émotions aux Antilles, n’a fait que confirmer cette tendance.  Auparavant simple moyen de contestation de l'ordre colonial établi , l’utopie racialiste acquiert une crédibilité nouvelle et la société binaire qu’elle promet est désormais appelée à se réaliser,selon les activistes, non plus dans un ailleurs lointain, mais ici et dans un futur plus ou moins proche.

Le contentieux est clair : parler de race aux Antilles, sinon de racisme d’état, enfreint le consensus antiraciste universaliste qui réunit depuis la fin de la décolonisation les groupes politiques de tous bords , les organisations syndicales et les intellectuels.

De façon paradoxale, c’est au moment même où l’utopie racialiste semble avoir le plus de chances de triompher que s’amorce le déclin de la pensée utopique républicaine aux Antilles.

Qui peut croire encore que notre société soit organisée sur ce critère républicain d'égalité , ou en tout cas sur ce seul critère ? Certes, c’est ce qu’on nous raconte : la République universaliste qui ne prend en compte aucune propriété particulière (sexe, origine, couleur de peau, religion, etc.). Mais qui peut le croire ? C’est donc que les personnalités politiques minoritaires se sentent piégées. Ce que démontrent leurs protestations contre les discriminations , ainsi que le désir de liberté vis à vis du pouvoir central Parisien, c’est que cette rhétorique républicaine continue de s’imposer dans notre société… alors même que nous savons qu’il s’agit d’une mythologie !

Cette audience inédite de la théorie racialiste auprès des populations de Guadeloupe et Martinique , conjuguée à l’effacement de la différence entre dystopie et science-fiction, fait que le genre dystopique règne aujourd’hui sans partage sur le paysage culturel Antillais alors que l’utopie révolutionnaire est réduite à sa forme techno-scientifique .

Sans s’attarder sur le paradoxe, les critiques de certains humanistes n’ont de cesse de dépeindre l’utopie racialiste comme une créature double, à la fois monstre et chimère . Après les expériences coloniales du XXème siècle, l'utopie de la théorie raciale du XXIe siècle ne serait que la matrice d’une politique mortifère, toute tentative utopique se concluant nécessairement par une catastrophe. Aujourd’hui, la question raciale vient apporter un démenti aux discours qui se réclament de l’universalisme républicain ; mais elle ne permet plus davantage de représenter la société Antillaise exclusivement en termes de classes. À l’ombre des actes de vandalisme des statues de Schœlcher , c’est la représentation d’une défiance envers une France racialisée qui depuis s’est imposée dans le débat public. On n’ignorait pas le racisme en France ; on découvre combien les discriminations raciales, dans l’emploi, le logement et à l’école, face à la police et à la justice, structurent des inégalités sociales. En retour, se font jour des processus complexes d'identifications des Antillais ainsi que des tensions dans le langage politique de la race, naguère encore interdit de cité :  Ainsi l’émergence d’une « question raciale » – et plus seulement « raciste » – ou « immigrée », qui croise la « question sociale » sans s’y réduire, interroge désormais l’ensemble des paradigmes qui sous-tendent les représentations de la société française et notamment aux Antilles où la radicalité s'impose comme une évidence dans le paysage politique.

Cette radicalité se nourrit de la peur des uns et de ressentiments des autres , sans projection vers l’avenir, et c'est là le plus grand danger qui nous guette à terme.

La question sociale a été réglée qu'on le veuille ou non par la départementalisation. L'idéologie révolutionnaire de la décolonisation n'a plus d'audience aux Antilles, alors demeure comme substitut la question raciale, dans la mesure où la nature humaine a horreur du vide. A l'avenir, il serait intéressant de voir comment la France va régler ce problème épineux dans les années de crise qui attendent tous les Français y compris les Antillais ?...

Dans le temps court , il y a de vrais risques d'affrontements à court terme.

La combinaison de plusieurs facteurs va produire un cumul de risques sur les plus fragiles . Il y aura donc une exacerbation des inégalités sociales sur fond de tensions raciales déjà existantes.

L'effondrement de l'économie pourrait entraîner une radicalisation de la société française et Antillaise et des conséquences humaines, sociales et donc politiques dramatiques.

Il va nous falloir nous armer de patience et décider quelle attitude adopter vis-à-vis de ce phénomène de racialisme qui tendra de plus en plus à imprègner notre société menacée d'un avenir sombre.

Èvè pasyans ou ka vwè lonbrik a pis.

(Avec de la patience on voit le nombril d'une puce)

Il faut savoir être patient

Jean-Marie Nol, économiste

 

Commentaires

OrfeuNegro | 10/06/2020 - 08:43 :
Pour rappel, ce sont des scientifiques nazis qui ont envoyé l'homme dans l'espace dans le cadre du projet Manhattan, déclassifié et très largement documenté, donc difficilement contestable. Il semble qu'il vaille donc mieux asséner Heil Hitler que Avé Césaire pour avoir grâce à vos yeux ! Par ailleurs, un homme guadeloupéen comme Raoul George Niccolo que l'on qualifierait sans doute de noiriste aujourd'hui pour certaines de ses positions, mais qui était avant tout un réel humaniste, a révolutionné les télécommunications et la physique nucléaire à l'échelle mondiale. Aussi, la conclusion de votre texte me semble en tous points biaisée sinon très faible et partisane. Enfin, votre conception de la dystopie est assez cocasse. Imaginez plutôt un peuple qui en domine un autre par la force pendant des siècles, le poussant à détester sa propre apparence physique, à renier son histoire, et qui même après sa libération l'enferme dans un système de gouvernance qui le maintient non seulement dépendant mais favorise en plus de façon assez pernicieuse ceux qui lui ressemblent le plus par la clarté de leur peau ou la "finesse" de leurs traits. Non, je ne parle pas des Hutus et des Tutsis, quoiqu'on pourrait s'y tromper ... Imaginez encore que lorsque ce peuple nouvellement "libéré" mais qui n'a jamais cessé d'être affublé de termes avilissants et qui occupe encore massivement les ghettos de son territoire, se lève enfin pour réclamer reconnaissance de son préjudice et un semblant de respect, on lui rétorque que c'est lui le dictateur et le révisionniste, et ce sur un territoire où il représente aujourd'hui une très large majorité de la population. Là on commencerait à s'approcher d'un univers dystopique. En revanche, la perte de quelques privilèges face au réveil des masses est peut-être votre cauchemar, mais en rien une dystopie ...
Balivot | 10/06/2020 - 16:03 :
Tout à fait d'accord sur le fait que la question sociale a été reglée qu'on le veuille ou non... Et donc il reste la question "raciale" que certaines agitent pour on ne sait quelle raison au final (pour diviser les gens surement et ca fonctionne : les benets de tous bords accourent dès qu'il y a ces discours, bien dommage). Car tant qu'on rangera les personnes dans des cases pour leurs couleur de peau alors il y aura des problèmes. Arrêtons d'être idiots, incultes et fermés et ouvrons nous aux autres. Ne serait qu'en discutant un peu avec "l'autre", on se rend compte qu'il est comme nous et qu'il a les mêmes aspirations. C'est dommage car cette ouverture d'esprit manque souvent, notamment en Martinique ou la peur de l'autre prend une tournure ridicule (autre = blanc, saint lucien, béké etc...) Et "Il faut savoir être patient"... Oui, mais quand on voit les dérives de tout cela, nous pouvons avoir peur pour l'avenir qui devient de plus en plus sombre (terme qui sera surement bientôt interdit vu l'absurdité du monde dans lequel on vit) : 1) je pense par ex. aux polémiques sur le film "autant en emporte le vent" qui est un exemple parmi tant d'autres : au titre de l'antiracisme on en vient à appliquer une censure digne des plus grands régimes totalitaires. Si on laissait les gens avoir un peu de jugeote, on pourrait très bien laisser le film tel qu'il est et le replacer dans son contexte de l'époque... Et laisser les gens réfléchir sur tout cela en prenant un certain "recul". Au lieu de cela on applique une censure idiote qui va nous amener à des situations absurdes. 2) Les réseaux sociaux vomissent une haine sans limite de tous bords, et pas tout le temps de ceux que l'on croit. Ok il existe un racisme "anti noir" (meme si personnellement je ne l'ai jamais vécu, j'ai du avoir de la chance, et venant d'une famille modeste je n'ai eu aucun problème pour "m'en sortir" en suivant une voie normale, le tout grâce à un Etat soi disant défaillant ou totalitaire - grâce à une scolarité quasi gratuite etc... ) et nous demandons plus de reconnaissance et de respect mais à ce titre est ce que cela justifie à notre tour d'etre raciste anti blanc? Et bien NON et je trouve ridicules les personnes qui en viennent à être littéralement raciste anti blanc de nos jours au titre d"une défense du black power. Car au final elles ne valent pas mieux que les racistes blancs. Et l'on voit ces derniers jours fleurir sur WP une liste de blancs à la tête des institutions publiques de la Martinique : Pour moi cela équivaut à une publication raciste et honteuse, donc qui ne vaut pas mieux que les publications racistes d'un RN de Marine le Pen. Que cherche t on : on les met tous dans un airbus et ils rentrent "chez eux"? Et, nos problèmes viennent ils de ces gens? Et bien NON. Qu'on arrête d'être aussi fermés et peut etre que justement l'avenir ne s'assombrira pas?

Pages