Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

La première dame de l’État d’Ondo exhorte les Nigérians à investir dans la science plutôt que dans la religion

La première dame de l’État d’Ondo exhorte les Nigérians à investir dans la science plutôt que dans la religion

Mme Betty Akeredolu, première dame de l’État d’Ondo, a souligné la nécessité pour le Nigéria et les Nigérians de revoir leurs priorités, en investissant davantage dans la science et moins dans la religion.

Aquacultrice de profession, philanthrope et première dame de l’État d’Ondo (épouse du gouverneur Oluwarotimi Odunayo Akeredolu), au Nigéria, Betty Anyanwu-Akeredolu est également la fondatrice de la BRECAN, Breast Cancer Association of Nigeria, qu’elle a créé dans le but de sensibiliser au cancer du sein, après y avoir elle-même survécu.

“Il est indéniable que les religions étrangères pour lesquelles nous nous tuons au Nigeria, ont échoué dans le monde entier, particulièrement en cette période d’anomie, et que seule la science peut sauver l’humanité. En effet, le Coronavirus a ridiculisé les religions quelles qu’elles soient ainsi que les Nigérians dont la vie dépend de la prière et du jeûne pour que des miracles se produisent, et cela, dans un monde numérique de la science et de la technologie.”

“Lorsque j’ai dit que j’étais plus que convaincue que la religion était faite par l’homme, un bastion du sexisme ayant assujetti les femmes, alimenté l’inégalité entre les sexes et étouffé la pensée progressiste, retardé le développement et n’ayant ajouté aucune valeur à nos vies, j’étais été traitée de tous les noms.”

“Je reste inébranlable avec ma conviction ! Ce virus m’a donné raison, dans une large mesure. Les Nigérians, en particulier, ont tellement investi dans la religion que cela n’a rien donné. Point ! Maintenant qu’un virus mortel ravage le monde, où regardons-nous? Science ou religion ?”, s’enquit-elle.

Mme Akeredolu a par ailleurs exhorté les Nigérians à éviter tout contact avec quiconque manifestant des symptômes du Covid 19, à respecter les mesures d’hygiène (lavage fréquent des mains avec du savon et de l’eau courante, solution désinfectante), à appliquer les gestes barrières, et à signaler toute personne présentant des symptômes de la maladie à l’hôpital le plus proche, afin qu’un traitement efficace lui soit administré.

Commentaires

michel mirgan | 23/04/2020 - 20:34 :
Développer la science en Afrique pose un problème de fonds à la culture et la civilisation africaines fondamentalement hostiles à la science et à la rationalité avec le rôle structurel des sorciers,féticheurs,et du "quimbois" .La généralisation profonde de la culture scientifique amènera forcément un affaiblissement des cultures traditionnelles africaines et partant une déculturation accélérée du continent..Rester soi-même dans la sorcellerie ou choisir la science en se déculturant? Difficile à résoudre !!

Pages