Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

La police n'est que le reflet d'une société gangrenée par le racisme

La police n'est que le reflet d'une société gangrenée par le racisme

   Les médias ont déjà commencé à focaliser l'agression du producteur de musique antillais, dans le 17è arrondissement, sur la police et la seule police.

   Or, cela aboutit à une sorte de diversion qui permet à certains d'éviter ou d'occulter une vérité criante : c'est la société française toute entière qui est gangrenée par le racisme, pas seulement la police. En effet, il est trop facile, en effet, de pointer du doigt quelques "moutons noirs" (oh la jolie expression !) au sein des forces de l'ordre alors que des Eric Zemmour, Alain Finkielkraut et autres parades quasiment chaque jour à la télévision, diffusant un venin qui se répand dans toute la société et forcément dans la police. 

  C'est toute la société française qui emploie journellement des expressions racistes comme "négro", "sale nègre", "bougnoule", "bicot", "raton" et autre "crouille". Nègres, Arabes, Roms, Asiatiques etc. sont quotidiennement victimes de micro-agressions (c'est-à-dire verbales) qui dégénèrent parfois en macro-agressions (attaques physiques) et d'autres fois en méga-agressions (attaques policières). La police n'est donc pas seule en cause. Loin de là !

   Quand on compare avec notre société antillaise, si de temps à autre des "Nègres" s'en prennent sans raison à des "Métros" ou à des Blancs étrangers, cela n'a aucune commune mesure avec ce qui se passe dans l'Hexagone. AUCUNE !

   Quant à la caste du Cap-Est, cela fait 72 ans qu'un Nègre n'a pas touché à un seul cheveu d'un Béké (c'était en 1948 lors de l'Affaire dite des 16 de Basse-Pointe) et ces messieurs-dames ont quand même le toupet de parler de "racisme anti-Békés". Dans le même temps, on ne compte plus le nombre de Nègres tués durant des grèves ou des manifestations depuis 1901 et la grève de l'Usine du François jusqu'à aujourd'hui.

   La société antillaise, toute marquée par des siècles d'esclavage qu'elle soit, est tout de même plus saine, au moins sur le plan des relations raciales que son alter ego française...

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages