Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

La neuvième planète du système solaire pour­rait être un trou noir

par Pablo Oger
La neuvième planète du système solaire pour­rait être un trou noir

Des astronomes de l’université Harvard émettent l’hypothèse selon laquelle l’hypothétique Planète Neuf située aux confins de notre système solaire pourrait être un trou noir miniature, révélait Universe Today le 10 juillet.

Dans leur article, Abra­ham Loeb et Amir Siraj, des astrophysiciens de la Black Hole Initiative de Harvard, formulent l’idée qu’un petit trou noir d’une masse estimée à environ cinq fois celle de la Terre pourrait se cacher quelque part dans le nuage de Oort, une zone située bien au-delà de l’orbite des planètes principales du système solaire et de la ceinture de Kuiper, parmi ses corps célestes glacés.

Nuage d’Oort

À mesure que ces corps de glace fondent, ils pour­raient ainsi être aspirés dans ce mini trou noir. Lorsque cela se produit, une éruption visible de gaz serait émise par ledit trou noir, qui pourrait éventuellement être détectée par les chercheurs du Legacy Survey of Space and Time (LSST) qui entrera en acti­vité lorsque l’observatoire Vera C. Rubin, au Chili, sera terminé plus tard cette année.

« Si plusieurs salves sont observées au cours d’une année, le mouvement de la source peut être utilisé pour identifier les para­mètres orbitaux du trou noir », écrivent les chercheurs. « De plus, si la Planète Neuf est un trou noir avec une charge magnétique, l’émission synchrotron du flux d’accrétion autour d’elle pourrait rendre ses éruptions beaucoup plus brillantes et plus facilement détectables. »

Bien que cette théo­rie du trou noir ne soit pas nouvelle, les profes­seurs Loeb et Siraj proposent ici une méthode simple pour l’infirmer ou la confirmer. Encore faudra-t-il attendre la fin de la mise en place du LSST et au moins une partie de sa mission de dix ans de surveillance du ciel austral. Cependant, si vous souhaitez apporter votre pierre à la recherche, la NASA a toujours besoin de bénévoles pour l’aider dans sa quête des planètes.

Source : Universe Today

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages