Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

LA COLLECTIVITE DE SAINT-BARTH AUTORISE LA BAIGNADE PARCE QUE...

LA COLLECTIVITE DE SAINT-BARTH AUTORISE LA BAIGNADE PARCE QUE...

 ...parce que...parce que...Aucun de nos "grands médias" locaux ne vous le dira évidemment. Soit leurs "grands journalistes" ne le savent pas soit ils font exprès de se taire.

 La réponse est pourtant simple : parce que la Collectivité Territoriale de Saint-Barthélémy est régie par l'Article 74 de la constitution et non l'Article 73 comme la Martinique et les autres "départements français d'Amérique" selon leur (emphatique) désignation habituelle.
 Or, les mêmes "Français d'Amérique" qui, en Martinique, avaient rejeté par 78% la consultation de 2010 sur l'Article 74, ont été les premiers à protester contre ou à dénoncer la prétendue inertie de la...CTM. Genre : pourquoi CHABEN ne bloque-t-il pas l'aéroport ? C'est inadmissible ! Pourquoi n'empêche-t-il pas les bateaux de croisière d'accoster au port de Fort-de-France ? C'est scandaleux ! Pour quoi ceci, pourquoi cela et blablabla...DU GRAND N'IMPORTE QUOI ! Un président de collectivité territoriale régie par l'Article 73, en l'occurrence Alfred MARIE-JEANNE, ne dispose pas des mêmes prérogatives qu'un président de collectivité territoriale régie par l'Article 74, en l'occurrence Bruno MAGRAS, président de la collectivité de Saint-Barth. C'est aussi simple que ça !
  Autrement dit MAGRAS peu décider que la baignade peut reprendre dans son île alors que MARIE-JEANNE n'en a pas le pouvoir.
  Dans les collectivités territoriales régies par l'Article 73, c'est le Préfet et lui seul qui peut décider de ce genre de choses. Evidemment, l'Article 74 n'a jamais été une panacée. Ce n'est qu'un tout petit début de commencement d'autonomie, une poussière d'autonomie, MAIS C'EST MIEUX QUE RIEN et l'épidémie de coronavirus vient de le démontrer de manière éclatante. Dès lors, on a dû mal à comprendre pourquoi les champions auto-proclamés de l'autonomie, en particulier le PPM (Parti Progressiste Martiniquais), avaient appelé à voter "NON" lors de la consultation de 2010. Comment comptent-ils "sortir hors des jours étrangers" (A. CESAIRE) ? Par la révolution armée peut-être. Interdit de rire !
   Quant aux 78% d'électeurs ayant voté "NON", ils sont mal placés, très mal placés, pour venir aujourd'hui demander des comptes à la CTM. Demandez-les au Papa Blanc et à son représentant local, le Préfet !...

Commentaires

michel mirgan | 16/04/2020 - 13:17 :
Tout à fait d'accord !!! FOK NOU SAV SA NOU LE !!!!Un bémol néanmoins :Pourquoi évoquer es journalistes?Ils ne sont pas responsables de l'incohérence des électeurs.

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages