Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

Justice : Jean-Pierre Sainton débouté pour la deuxième fois face au site-web CARIBCREOLENEWS

Justice : Jean-Pierre Sainton débouté pour la deuxième fois face au site-web CARIBCREOLENEWS

   Nous avions reçu en février dernier le message ci-après avec demande de diffusion, de Danik ZANDRONIS, directeur de publication du site guadeloupéen CARIBCREOLENEWS (CCN), plus connu sous le sigle de CCN. Nous ne l'avions pas publié, mais face aux attaques et menaces de poursuite en justice que subit Cathy LIMINANA-DEMBELE, nous avons décidé de remettre l'affaire sur le tapis.

   Voici ce message de CCN et notre commentaire ensuite : 

     "Justice. Jean Pierre Sainton, que CCN avait qualifié de "négationniste tropical ", a été   pour la  seconde fois débouté  dans son procés en diffamation contre  Jos Rovelas et  Danik  Ibrahim Said  Zandwonis, directeur de CCN" 

 

   Ces deux affaires s'inscrivent dans le contexte de ce que l'on peut appeler "l'affaire Niort/Zandronis" qui a fait beaucoup de vagues lors de l'année écoulée. En effet, le premier, Jean-François NIORT, maître de conférences "métro" à la Faculté de Droit et d'Economie de Fouillole, avait republié le tristement fameux "CODE NOIR" de 1685 en critiquant l'analyse qu'en avait faite, deux décennies auparavant, Louis SALA-MOLINS, universitaire franco-catalan qui faisait jusque-là autorité en la matière. Selon NIORT, tout n'est pas totalement négatif dans ce texte de loi et on y trouve des articles qui accordent une certaine protection à l'esclave. A l'entendre, SALA-MOLINS aurait donc pêché par exagération ou par ignorance, n'étant pas historien, mais philosophe.  

   Sauf que la nouvelle vision du "CODE NOIR" par Jean-François NIORT déclencha la fureur de nombre de nationalistes guadeloupéens, qui taxèrent ce dernier de négationniste, et sur son site-web, CARIBCREOLE NEWS, D. ZANDRONIS l'avait même sommé de quitter la Guadeloupe sinon...Aussitôt, une coalition d'historiens "métros" et guadeloupéens, parmi lesquels Jean-Pierre SAINTON, vola au secours de NIORT au nom du "droit sacré à la recherche scientifique", droit qu'ignorerait lesdits nationalistes lesquels seraient dans la "fabrication de faits glorieux" et non dans l'examen dépassionné de ce qui s'est réellement passé.

   L'affaire déborda vite de son cadre intello-universitaire pour atteindre le monde politique et syndical et ensuite le grand public. Le LKP prit position contre les présumés "négationnistes" et Danik ZANDRONIS traita, sur son site-web, Jean-Pierre SAINTON de "négationniste tropical". Expression que reprit, toujours sur le même site, l'artiste guadeloupéen bien connu Jos ROVELAS.  Jean-Pierre SAINTON porta plainte alors contre ZANDRONIS et ROVELAS pour "diffamation".

   Il a donc perdu ses deux procès...

   NB. Il est bon de rappeler que ce même SAINTON et 8 autres comparses avaient déjà demandé, il y a quelques années de cela, à ce que Raphaël CONFIANT soit traduit devant le Conseil de discipline de l'ex-UAG pour "antisémitisme" à cause d'un article critiquant virulemment Israël (qui à l'époque bombardait pour la énième fois la bande e Gaza), article publié par l'écrivain martiniquais dans l'hebdomadaire ANTILLA. Le Conseil d'administration de l'université avait examiné leur requête et l'avait rejetée, la qualifiant de nulle et non avenue, R. CONFIANT ne parlant pas d'Israël dans ses cours et le journal ANTILLA n'ayant aucun rapport avec l'Université...

Pages