Accueil

Juifs, musulmans et chrétiens prient ensemble pour la première fois à Jérusalem pour mettre fin au coronavirus

Juifs, musulmans et chrétiens prient ensemble pour la première fois à Jérusalem pour mettre fin au coronavirus

Rabbins, cheikhs, imams et patriarches Ils se sont réunis sur la terrasse de l’hôtel King David à Jérusalem pour prier ensemble pour la fin du coronavirus. «Dieu, toi qui nous as nourris de la famine et qui nous as fourni l’abondance, tu nous as libérés de la peste et tu nous as libérés de maladies graves et durables. Aidez-nous », telle était la demande formulée par les dirigeants des différentes religions de la ville sainte dans une prière commune qui, selon les organisateurs, est sans précédent.

Les grands rabbins d’Israël, Yitzhak Yosef et David Lau, le patriarche gréco-orthodoxe, Theophilos III, le patriarche latin, Pierbattista Pizzaballa, les imams Gamal el Ubra et Agel Al-Atrash et le chef spirituel druze, Sheik Mowafaq Tarif, se sont joints à leurs prières . , chacun dans sa propre langue liturgique, pour envoyer au monde un message de force face à la pandémie. Il s’agissait d’une initiative conjointe du Rabbinat d’Israël, des Ministères des affaires étrangères et intérieures et du Conseil mondial des chefs religieux. En plus de demander à Dieu de mettre fin au coronavirus, les chefs religieux averti de l’augmentation du racisme et de la xénophobie qui a provoqué la pandémie dans différents pays.

L’archevêque Pizzabala a rappelé la description que la Bible de Jérusalem fait de la maison pour la prière de tous les peuples et a souligné l’importance que cette initiative soit développée ici parce que “la pandémie ne comprend pas les races, les religions ou les frontières politiques”. Le patriarche latin a souligné que le coronavirus «a causé quelque chose d’assez étrange, comme voir des juifs, des musulmans et des chrétiens répéter la même prière. J’espère que cela se répétera après Covid19 car Jérusalem en a besoin. ”

La prière est venue après une Pâques atypique, vide de pèlerins et avec le Saint-Sépulcre fermé. Il en est de même pour la Pâque juive, marquée par les règles strictes de l’enfermement, et qu’il appartiendra aux musulmans de souffrir maintenant pendant le mois sacré du Ramadan qui va commencer. Le coronavirus a réalisé l’union, même momentanée, des principales religions de la ville sainte.