Accueil
Grand Meeting du Collectif de mobilisation des néo-titulaires

INTERVENTION DE DANIEL BOUKMAN

Voilà le texte de l'intervention  de Daniel Boukman, lors du Grand Meeting du Collectif de mobilisation des néo-titulaires, vendredi 28 août 2015, à Fort-de-France, Martinique, sous le Grand Carbet du Parc Aimé Césaire.

Kontel  antan lontan an vol  zwézo janbé dlo

Kontel antan lontan chinpontonng nan tjè-yo

Kontel antan lontan pou lapéti’y bouwo !

Pou lapéti’y bouwo !! car en effet voici de nouveau recommencées ces incessantes saignées que, sous le couvert de lois scélérates,  les gouvernements français successifs n’ont cessé de pratiquer en vampirisant les forces vives du peuple martiniquais .

Aux lendemains des émeutes de décembre 1959, ce fut la BUMIDOM-isation de centaines de jeunes Martiniquais victimes d’une néo-traite négrière et dont les départs le plus souvent sans retour expliquent en partie la déficience démographique actuelle

A cette déportation légalisée succède aujourd’hui la LADOM-isation qui fonctionne sur un mode qualitatif dans la mesure où, sous prétexte de mobilité, il s’agit en fait de priver progressivement notre pays de sa jeunesse pré-universitaire.

Et puis, dans le même temps, a été mis en place la RSMA-isation, organisme à deux volets  ; d’une part, on offre aux jeunes sans emploi des formations dont le plus souvent, faute d’insertion professionnelle au pays, ceux qui en bénéficient  partent sous d’autres cieux à la recherche d’un travail.

L’autre volet de l’opération RSMA-isation, consiste à recruter comme engagés volontaires des jeunes compatriotes -filles et garçons- appelés à servir dans l’armée française lors de futures opérations militaires .

Bref ! BUMIDOM-isation, LADOM--isation RSMA-isation, c’est dans ce même projet d’hier et d’aujourd’hui que s’inscrit la déportation de ces dizaines de néo-titulaires, action néfaste programmée par les services de l’éducation nationale, qu’ils soient installés  en France ou en Martinique .

Il convient de saluer le légitime refus des victimes de ces décisions iniques , refus légitime d’accepter l’inacceptable mais il convient surtout de leur apporter une solidarité concrète, agissante dont la plus efficace est de s’organiser  de façon offensive sur le plan syndical, politique, associatif, afin qu’un terme soit définitivement mis à ces divers procédés d’hémorragie de la jeunesse de Martinique,  prélude à ce qu’il faut de nouveau qualifié de  génocide par substitution

Document: 

tract_modif2.pdf

Post-scriptum: 
En PJ, le tract du Collectif

Pages