Accueil
Aimé CESAIRE
Frantz FANON
Paulette NARDAL
René MENIL
Edouard GLISSANT
Suzanne CESAIRE
Jean BERNABE
Guy CABORT MASSON
Vincent PLACOLY
Derek WALCOTT
Price MARS
Jacques ROUMAIN
Guy TIROLIEN
Jacques-Stephen ALEXIS
Sonny RUPAIRE
Georges GRATIANT
Marie VIEUX-CHAUVET
Léon-Gontran DAMAS
Firmin ANTENOR
Edouard Jacques MAUNICK
Saint-John PERSE
Maximilien LAROCHE
Aude-Emmanuelle HOAREAU
Georges MAUVOIS
Marcel MANVILLE
Daniel HONORE
Alain ANSELIN
Jacques COURSIL

HONNEUR ET RESPECT A PIERRE PAPAYA, LA LUTTE CONTINUE

Pour l'heure, je vous demande d'entourer sa femme et sa fille. C'est primordial.
Thierry Caille

Pour l'heure, je vous demande d'entourer sa femme et sa fille. C'est primordial. Et d'abandonner un court laps de temps l'idée du militant au silence qu'impose la mort de l'homme.


Ensuite la lutte reprendra, avec la mémoire qu'il faudra conserver et de l'homme et du militant.

Et si un jour votre lutte aboutit, ce que je souhaite et ce dont je suis sûr, ne l'oubliez pas dans votre victoire.

Ami, si tu tombes un ami sort de l'ombre à ta place.

Le chant des partisans
Maurice Druon et Joseph Kessel

 

 

La mort n'éblouit pas les yeux des Partisans

Aragon


Il est difficile lors de la disparition brutale d'un ami, de marquer par le silence son respect et d'évoquer sa lutte qu'il faut continuer.

Je dirai peu de choses sur l'ami, que je n'ai jamais vu mais qui par quelques échanges, par téléphone ou par mail, à toujours été disponible, fraternel, humain et simple. Inutile d'entrer dans les détails qui sont d'ordre privé ou concernent sa collaboration au site MONTRAY KREYOL et qui en ont fait, pour moi, au fil du temps, un ami inconnu.

Je sais qu'il était un militant de la cause martiniquaise au sein du PKLS. Je connais donc ses rêves qu'il ne verra jamais réalisés. Je souhaite que ses camarades du PKLS, poursuivent leur lutte avec plus d'ardeur, plus de détermination, nourris de sa mémoire et que leur deuil nourrissent leur courage.

Il n'est pas mort au combat, bien sûr, mais c'était un combattant.

Sa lutte, votre lutte est juste et sera longue, semée de croche-pieds, de revers, d'échecs, de mépris et d'insultes. Mais votre lutte est juste et noble. Elle aboutira donc un jour. Même si vous  laissez en route, des camarades combattants.

Car votre lutte est plus grande que la vie d'un homme.

Pour l'heure, je vous demande d'entourer sa femme et sa fille. C'est primordial. Et d'abandonner un court laps de temps l'idée du militant au silence qu'impose la mort de l'homme.

Ensuite la lutte reprendra, avec la mémoire qu'il faudra conserver et de l'homme et du militant.

Et si un jour votre lutte aboutit, ce que je souhaite et ce dont je suis sûr, ne l'oubliez pas dans votre victoire.

Allez déposer une simple fleur sur sa tombe, celle de votre camarade Pierre Papaya.

Thierry Caille

Image: 

Commentaires

thierry | 01/01/2010 - 09:24 :
Pierre, Vaut mieux que tu vois pas çà, finalement. Tu mangerais ta barbe. Dors tranquille sur ton étoile. Thierry
thierry | 01/01/2010 - 09:51 :
Mêlez-vous de ce qui vous regarde Monsieur Thierry Caille. Vous êtes français en plus. Vos informations sont erronées. Notre camarade Pierre n'est absolument pas mort. Un sympathysant du PKLS

Connexion utilisateur

CAPTCHA
Cette question sert à vérifier si vous êtes un visiteur humain afin d'éviter les soumissions automatisées spam.

Pages