Accueil

HAÏTI : PREMIER EXPORTATEUR MONDIAL DE VETIVER

Par Tania Oscar https://challengesnews.com

Aujourd’hui le vétiver rapporte à Haïti 15,7 millions de dollars par an selon le ministère du Commerce et de l’Industrie. Haïti demeure en 2015 le premier exportateur mondial de vétiver. Le vétiver reste tenace sur le marché international comme l’une des plus importantes exportations haïtiennes. Comment améliorer sa croissance?

Quand notre équipe arrive aux Cayes samedi 12 septembre en pleine nuit, beaucoup se préparent à suivre de manière passionnée un combat de boxe entre le champion du monde invaincu Floyd Mayweather et Andre Berto que les Cayens considèrent comme l’un des fils de la ville. Un homme, sur sa mobylette, lance en riant dans la nuit : « On est champion du monde ! » Pierre Léger, le principal exportateur de vétiver en Haïti, venu à notre rencontre, ne cache pas sa joie : « Oui nous sommes champions du monde, d’abord numéro 1 dans l’exportation du vétiver, en quantité et en qualité devant l’Inde, l’Australie ou la Chine. Mais nous sommes livrés à nous-mêmes. Nous attendons de recevoir de l’Etat des subventions à l’exportation ».

Le succès du Vétiver date des années 50, lorsque l’industriel haïtien Louis Déjoie découvre les vertus de cette plante de la famille des graminées. Ces grandes touffes d’herbes aux racines profondes distillent un parfum qui dès 1959 procure le bonheur au parfumeur Jean-Paul Guerlain qui lance sa marque Vétiver.

Le vétiver, un vrai ambassadeur

Pierre Léger qui a repris le flambeau se sent fier quand il parle du vétiver tandis que notre équipe essaie le parfum qu’il lui offre : « Le vétiver est notre plus grand ambassadeur. Quand j’arrive en France ou au Rwanda on déroule le tapis rouge et l’image d’Haïti devient captivante parce que c’est son extraordinaire vétiver qui entraîne vers la gloire. » « Le Sud d’Haïti est réputé pour sa culture du vétiver, tout comme le Nord dans la production d’oranges amères utilisées par Grand Marnier et Cointreau. Ici, le vétiver pousse partout, les fragrances qui en sont tirées sont exceptionnelles », rappelle pour sa part Marie Alice Larosiliere, qui cultive le vétiver dans sa région de Cavaillon, près des Cayes.

Ce qui est attendu de l’Etat

Ancien président de la Chambre de Commerce des Cayes, Pierre Léger, entouré de ses chiens, parle de lancer bientôt des huiles essentielles de feuilles de citron: « Sur 24 hectares je fais planter depuis quelques jours 1,5 million de plantules de citron. Nous allons varier nos exportations. » L’industriel Jean-Pierre Blanchard, qui dirige l’entreprise Caribbean Flavor and Fragrance, diplômé de l’Institut technologique de Delft, en Hollande, qui s’est consacré à la passion du vétiver, formule un vœu : « Nous avons besoin de l’aide de l’Etat qui n’assure ni une bonne distribution de l’énergie, ni de l’eau, ni de services d’irrigation dans les zones de plantation! »

group-exportateur

LES DÉLÉGATIONS INTERNATIONALES se bousculent en Haïti pour venir à la rencontre de Pierre Léger

Vetiver1.leger-

TRUDI LOREN, créatrice de parfums pour Estée Lauder, lors d’une visite aux Cayes.

L’agronome Pierre Léger, tête de file de la filière vétiver, formé également aux hautes études d’Agronomie tropicale en Hollande, porte ses deux mains sur sa tête quand on lui parle de l’Etat: « L’Etat dites-vous ? Ce que nous voulons, c’est qu’il offre des subventions à l’exportation comme cela se passe au Brésil ou en Indonésie ! Pour le moment cela n’existe pas! » En attendant, il souhaite que les exportateurs continuent de compter sur eux-mêmes: « Ma compagnie Agri-Supply CO. SA Frager donne du travail à 27000 agriculteurs et 70 % des exportations de vétiver viennent d’eux. Haïti exporte pour plus de 80 tonnes par an aujourd’hui! »

« Il faut continuer à garder la tête haute, conserver la place de premier exportateur de vétiver au monde et maintenir la qualité. Un véritable défi à relever tous les jours », renchérit Georges Edouard Elie, un autre exportateur des Cayes, en se parfumant avec du vétiver. Vers midi, en quittant les Cayes ce dimanche 13 septembre, nous nous sentions bien et, surtout, nous sentions si bon…

50000 familles vivent du vétiver 50000 familles ont créé des coopératives d’agriculteurs qui se forment à la production de vétiver grâce au support technique de la Chambre de développement d’entreprises de la Belgique. La filière vétiver espère grandir davantage. Haïti exporte environ 80 tonnes par an. Selon les données du ministère du Commerce et de l’industrie, la France en représente le principal importateur avec même un record en 2012 quand elle en a importé pour 6903454 dollars, tandis que les Etats-Unis en achetaient pour 1880970 dollars, l’Espagne 1226387 et la Suisse 432859 dollars. La tonne coûte 150000 dollars et cinq bidons valent une tonne. « Le vétiver est passé devant le café et la mangue en termes d’exportation, explique Pierre Léger. Le rêve est de pouvoir revenir aux années 70 quand les produits du vétiver avoisinaient les 100 tonnes à l’exportation. » Aujourd’hui, le vétiver, qui est un modèle pour l’exportation haïtienne, rapporte à Haïti 15,7 millions de dollars par an.

Diversifier l’offre à l’exportation

Pierre-Leger.JAEX.CHAPIERRE LÉGER est le principal exportateur de vétiver haïtien.

Haïti, premier pays exportateur d’amyris et de vétiver dans le domaine des huiles essentielles, aspire à la modernisation. Les plus grands importateurs d’amyris et du vétiver haïtien, (entre autres Firminich, Givaudan, Guerlain, Symrise, etc.) multiplient les délégations. Ils viennent sur place chaque année rencontrer aux Cayes les producteurs, principalement Pierre Léger, l’un des industriels du vétiver et d’amyris les plus connus au monde. Les importateurs encouragent en 2015 une diversification de l’offre à l’exportation au niveau des huiles essentielles, d’autant plus que le bois d’amyris est en voie de disparition.

Ils encouragent l’amélioration du réseau routier long de 4 050 km dont 2 150 km de routes agricoles non encore défrichées, ce qui augmente la lenteur du transport. Garantir l’avenir dépendra de mesures adéquates pour attirer de nouveaux investissements et exploiter toutes les possibilités des huiles essentielles réalisables sur place.

Le vétiver, l’amyris, la cannelle, la citronnelle, l’eucalyptus, le camphrier, le girofle, l’anis vert, l’ail, le basilic, etc., qui ont des effets biologiques variés, sont très recherchés. Leurs arômes peuvent avoir des effets immunologiques, neurologiques, antihypertenseurs, etc. L’huile d’amande ou de noix de coco ouvre de nouvelles portes pour l’aromathérapie. Les importateurs formulent de nouvelles demandes de produits issus par exemple de la camomille, de la carotte, de la citronnelle, des feuilles de jasmin, d’ylangylang, des mandarines, des feuilles de menthe, des oignons, des pamplemousses, du poivre noir, du romarin, du thym, et de la verveine. Tout ne dépend que de nous, à commencer par une nouvelle vision.

 

Pages