Accueil
Vendredi 7 décembre 2018

Gerry L’Etang présente « Fillette Lalo » à la Bibliothèque Schoelcher

Gerry L’Etang présente « Fillette Lalo » à la Bibliothèque Schoelcher

Cette rencontre autour de l’ouvrage de Gerry L’Etang (Martinique) et Dominique Batraville (Haïti) est organisée par la Collectivité Territoriale de Martinique de 18h30 à 21h30, vendredi 7 décembre.

Corinne Mencé-Caster : « Sommes-nous dans le roman? Oui sans doute si on tient que celui-ci a part au banquet de l’historique et du merveilleux, de l’épique et du quotidien, du grotesque et du tragique.

Je retiendrai – tout en vous invitant à lire ce beau texte dérangeant – qu’à la lecture de Fillette Lalo, on ne saurait oublier que tout homme, et en l’occurrence, toute femme, porte les stigmates d’une Bête que les travers de l’Histoire peuvent endormir ou réveiller. Dame Ernst, en ce sens, n’est pas hors de notre humanité. »

Mandibèlè : « Rakontay-la (la narration) sé dé matjè-a mété douvan zié-nou an, ka mennen anlo doulè, ka boulvèsé é ka rann malad. Sa ensipòtab. Men érezman, Jéri Létan ek Dominik Batravil sa matjé. Bel litérati pa lékriti ka rakonté bel bagay men lékriti ki sa fè viv sa ki pasé oben sa ki fet kisiswa di sa i ka palé. …..

…… Liv-taa sé an liv an mizi-an mizi ou ka vansé adan lekti-a, ou ka vini fouyaya (très curieux). Pas ou présé sav sa ka vini apré. An liv fok li atoutfos.» 

Charles-Henri Fargues : « «Fiyèt Lalo», c’est toute la misère du monde, c’est un chant de mort. D’une mort implacable et douloureuse. Alors, pour le lire, il faut tenir ce petit livre à bout de bras. Loin du corps. Comme dans un réflexe de protection car ses trente chapitres sont comme autant de coups de boutou sur la tête, comme autant de piqués de jambette dans le corps. Au foie, aux tripes, pas au cœur, surtout pas au cœur, évitez le cœur! Laissez-les vivre pour qu’ils crèvent à petit feu.

Ce feu des cigarettes écrasées dans l’œil des suppliciés. Ce feu des parties génitales brûlées à l’acide ou au tison. Car il faut faire mal, il faut faire souffrir, il faut avilir, et en laisser quelques-uns suffisamment vivants pour qu’ils racontent l’épouvantable, pour qu’ils répandent partout l’effroi de ces monstruosités ordinaires du régime de Papa Doc. »

« Fillette Lalo », de Gerry L’Etang et Dominique Batraville, ISBN 9782357204171, HC Editions, Paris, 80 p. 12,5 euros.

 

Image: 

Pages